En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

07.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 55 min 24 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 49 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 32 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 2 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 7 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 2 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 7 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Dilma Rousseff, la providence et la parabole de la coupe du monde

Publié le 11 juillet 2014
La présidente du Brésil a fait une erreur que beaucoup de politiques font : dépenser des sommes folles dans un grand projet génial, dans l'espoir qu'il créera leur popularité et règlera leurs problèmes au lieu de prendre les décisions difficiles et impopulaires.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente du Brésil a fait une erreur que beaucoup de politiques font : dépenser des sommes folles dans un grand projet génial, dans l'espoir qu'il créera leur popularité et règlera leurs problèmes au lieu de prendre les décisions difficiles et impopulaires.

7-1

Tous les mots ont été utilisés.

La claque. La fessée. L'humiliation.

La déroute sportive du Brésil, écrasée par une autre équipe en coupe du monde, sur son terrain, a ses raisons sportives et aussi ses raisons psychologiques.

Mais c'est aussi un symbole frappant pour une nation dont l'implication dans la coupe du monde a été controversée dès le départ.

Jacques Attali a parfaitement résumé les enjeux : “Je plains cette nation qui a gaspillé une fortune pour organiser le spectacle de son humiliation.”

Le gouvernement du Brésil aura dépensé 14 milliards de dollars pour l'organisation du tournoi, sans réelle logique économique.

La logique était autre : politique. Le Brésil, malgré sa croissance forte, reste un pays relativement pauvre. Non seulement pauvre, mais avec de fortes inégalités sociales et des trappes à pauvreté très fortes, qu'il s'agisse de la pauvreté rurale ou des favelas. Et, depuis la crise mondiale, la croissance du Brésil a sérieusement ralenti.

Les manifestants contre le gouvernement avaient raison sur un point : le Brésil a un fort besoin d'améliorer ses infrastructures, qu'il s'agisse du logement ou d'autres services sociaux, et il est vrai qu'il semble intenable qu'un gouvernement soit plus prêt à dépenser 14 milliards pour construire des stades plutôt que pour construire des hôpitaux.

Le problème du Brésil est, à de nombreux points de vues, le problème de la France : une économie non seulement socialisée mais corporatiste, c'est-à-dire une économie qui crée des “insiders” qui s'enrichissent au dépit des “outsiders,” des gens comme le milliardaire brésilien Eike Batista ou nos Bouygues et autres, qui deviennent milliardaires au moins autant grâce à leurs liens avec l'Etat que grâce à leur génie entrepreneurial. Cette situation fut améliorée par les réformes des années 1990, mais jamais jusqu'au bout.

Sous la présidence de Lula, dans les années 2000, qui n'est pas revenu sur les réformes des années 1990, mais ne les a pas non plus approfondies, la hausse mondiale des prix des matières premières, beaucoup exportées par le Brésil et l'engouement financier général pour les pays émergent, a été comme un vent arrière qui a propulsé l'économie brésilienne et a renforcé la popularité personnelle de Lula et créé un sens général d'éxubérance.

Il est prudent de dire que cette éxubérance est partie.

Alors, que faire ?

Hé bien, ne pas faire ce qu'a fait Dilma Rousseff, c'est-à-dire dépenser une folle somme d'argent pour construire des stades qui ne servent à rien, pour un événement dont aucune analyse coût-avantage ne peut prétendre qu'il aura un bénéfice économique pour les brésiliens, dans l'espoir qu'une victoire brésilienne dans la coupe du monde à domicile sauve ses fortunes politiques.

Vanité des vanités, tout n'est que vanité : nos dirigeants politiques ont toujours l'espoir secret et vain qu'un quelconque grand projet génial créera leur popularité et règlera leurs problèmes au lieu de prendre les décisions difficiles et impopulaires. La providence, qui a souvent un grand sens de l'humour, a montré à Mme Rousseff de la manière la plus cinglante la vanité de cette attitude.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 12/07/2014 - 10:28
Poudre aux yeux et courage politique
Si seulement Dilma Roussef était seule à jouer ce jeu imbécile....
borissm
- 12/07/2014 - 10:02
Grandeur et football
La grandeur d'un pays ne consiste pas à taper dans un ballon.
MEPHISTO
- 11/07/2014 - 21:44
Projet de reconversion professionnelle en vue
Elle n'est nullement responsable de l ' élimination de la séléçao pour la finale du mondial de football. la faute incombe d'abord aux joueurs BRESILIENS qui n'ont pas été convaincants sur le terrain ,et ensuite celle du sélectionneur national FELIPE SCOLARI , qui n'a pas fait les choix judicieux dans la composition de l 'équipe sur ce match , face à la RFA ; au vue des ambitions qu'avait ce pays ; remporter pour la sixième fois et une première à domicile , la coupe du monde. mais la présidente de la république DILMA ROUSSEF focalisait déjà la colère sociale qui sévissait parmi les travailleurs BRESILIENS et les classes moyennes , bien avant cet évènement universel . quel sera l 'attitude de son peuple " en révolte " avant une compétition internationale , en 2016 , les jeux olympiques d ' été . aujourd' hui , elle doit être consciente qu 'un second mandat qu' elle pourrait solliciter dans le futur , est fortement compromis