En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 1 min 31 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 52 min 20 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 52 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 52 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 6 sec
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 38 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 30 min 16 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 4 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 34 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 28 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 32 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 50 min
Le Nettoyeur

Ces visions de l'avenir dont nos dirigeants manquent cruellement

Publié le 20 juin 2014
Avant d'engager toute réforme, le milliardaire américain Peter Thiel suggère de commencer par réfléchir à l'avenir, auquel personne ne pense en France.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avant d'engager toute réforme, le milliardaire américain Peter Thiel suggère de commencer par réfléchir à l'avenir, auquel personne ne pense en France.

Nous préoccupons-nous encore de l'avenir ?

Le terme qui qualifie sans doute le mieux l'activité de nos dirigeans - politiques, bien sûr, mais aussi d'entreprises et dans d'autres secteurs - est sans doute celui de "gestionnaires."

Il est évident que depuis vingt ans nos hommes politiques ont une vision purement gestionnaire de leur exercice du pouvoir. Dans les années 80, il y a eu deux tentatives de politique ambitieuse en France : l'aventure socialiste de 1981, et l'aventure libérale de 1986. Et chacune a été considérée, pour des raisons différentes, comme un échec. Et chacun des directeurs de ces aventures - François Mitterrand et Jacques Chirac - en ont tiré la même réponse : dorénavant, le leader politique doit être gestionnaire. L'idée qu'il y ait un but précis - qu'il s'agisse d'une utopie socialiste ou d'une utopie libérale - et que nous avons les moyens de l'atteindre est révolue.

Les dirigeants du secteur économique ont la même perspective. Quelle est la principale initiative complètement nouvelle envisagée par une grande entreprise du CAC 40 ? Vous pourrez attendre longtemps la réponse à la question. Les grands projets industriels de notre époque sont des redites, en plus gros, du même principe. L'A380 est une prouesse technologique et industrielle, mais conceptuellement, c'est une version plus grosse de ce qui a été fait avant. Le avion à deux étages, le Boeing 747, a fait son premier vol en...1969. Il y a quarante ans, l'ancêtre d'Airbus faisait le Concorde, qui était vraiment différent des autres avions. L'EPR d'Areva, qui n'arrive jamais, est dans son principe le même type de réacteur nucléaire que nous avons déjà, mais plus gros et plus performant, alors que ces mêmes réacteurs étaient réellement une innovation dans les années 1960.

Le milliardaire américain Peter Thiel est principalement connu pour avoir été un des fondateurs de PayPal et le premier investisseur extérieur de Facebook, mais il est principalement un intellectuel. Une de ses principales préoccupations est d'examiner quelle vision les sociétés ont de l'avenir.

Il propose une grille de lecture selon deux axes : d'un côté, on peut penser que l'avenir sera meilleur que le passé, ou qu'il sera pire, on est optimiste ou pessimiste ; de l'autre, on peut penser que l'avenir est déterminé ou indéterminé.

Pour Thiel, l'Occident après la Seconde guerre mondiale avait une mentalité optimiste-déterministe. Non seulement l'avenir serait radieux - les Trentes glorieuses - mais il y avait une vision précise de ce à quoi il ressemblerait. Les Etats-Unis créeaint le Programme Apollo, avec un objectif à la fois ambitieux et précis : poser un homme sur la Lune et le ramener vivant sur Terre. La France de de Gaulle se lançait dans le nucléaire, créait le Concorde, posait les bases d'un programme spatial européen.

A contrario, selon lui, aujourd'hui les Etats-Unis ont une mentalité optimiste-indéterministe. Les américains sont connus pour leur optimisme indécrottable, mais aujourd'hui ils n'ont plus de vision concrète de cet avenir. C'est ce qui pour lui explique la montée de la finance : pour faire de la finance, il faut être optimiste - aucun sens d'investir si on ne pense pas qu'on va gagner de l'argent - mais l'objectif du financier est de diversifier son portefeuille, au lieu de parier sur un secteur ou une entreprise en particulier. C'est aussi la raison de la répétition de bulles financières : si l'avenir doit être radieux, mais que personne ne sait comment on va y arriver, à chaque fois que quelque chose a l'air prometteur, on mise tout sur le nouveau cheval. L'élite américaine actuelle est constituée de Baby Boomers, c'est-à-dire de gens pour qui l'expérience dominante des vingt premières années de leur vie était un progrès constant - pour lequel ils n'avaient jamais à travailler.

Pour Thiel, l'exemple principal de pessimisme-déterminisme, aujourd'hui, c'est la Chine. Le monde entier a peur de la Chine, mais la Chine a peur d'elle-même. Les dirigeants chinois savent très bien que le rythme effréné de leur croissance crée des dislocations environementales et sociales dramatiques, et qu'à un moment la machine cassera. On parle des chinois milliardaires, on parle beaucoup moins du fait que tous les chinois riches n'ont qu'une préoccupation : sortir leurs actifs du pays. Ceux qui n'ont pas cette possibilité épargnent le plus possible - la Chine a un des taux d'épargne les plus élevés au monde - malgré une inflation qui rogne leur épargne, car ils ont peur de l'avenir. Pour la Chine, le scénario catastrophe est très clair.

 

Et l'Europe ? Pour Thiel, l'Europe est pessimiste-indéterministe, et je pense qu'il a raison. Nous avons peur de l'avenir, mais nous ne savons pas à quelle sauce nous allons être mangés. La gestion de la crise de l'euro prend comme donné une vision du monde où la croissance sera toujours plus faible, mais il n'y a aucune idée pour en sortir, ou même pour se préparer. Nous ne savons pas s'il y aura une catastrophe ou juste un long déclin. Nous savons juste qu'un ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle recouvre l'Europe.

La position pessimiste-indéterministe est évidemment un cercle vicieux : si tout va mal se passer, à quoi bon essayer d'y faire quelque chose ; si on ne sait même pas ce qui va se passer, comment élaborer un plan de sortie. Le cercle vicieux est aussi prophétie auto-réalisatrice.

Comment pourrons-nous en sortir, alors ? Peut-être, Thiel suggère, devrions-nous commencer par réfléchir à l'avenir. Personne n'y pense. Personne n'en parle. Aucun candidat à une élection présidentielle n'ose dessiner un portrait de la France dans 30 ans. L'idée d'un programme national audacieux d'inventions est remplacé par des gestes symboliques sans intérêt. Si le président d'Airbus voulait dévouer plusieurs milliards d'euros à un projet audacieux d'avion spatial, il serait étripé par les marchés financiers.

C'est un problème. Parlons-en.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 20/06/2014 - 20:52
Nos dirigeants ont
fait appel à des voyants. Le gros nain a comme voyant un ivoirien.