En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 11 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 35 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 55 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 36 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 54 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 1 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 59 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 48 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 1 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 27 sec
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 43 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Crise de l'Europe : le chemin qui permettrait d'en sortir

Publié le 30 mai 2014
A mi-chemin entre les courants fédéralistes et souverainistes, une troisième option pourrait permettre de sortir l'Europe de l'impasse : construire une union principalement économique, avec la libre circulation des biens, des services et des personnes mais sans super-Etat ou super-gouvernement.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A mi-chemin entre les courants fédéralistes et souverainistes, une troisième option pourrait permettre de sortir l'Europe de l'impasse : construire une union principalement économique, avec la libre circulation des biens, des services et des personnes mais sans super-Etat ou super-gouvernement.

Est-il enfin possible d'admettre que la construction européenne est en crise ? Est-il enfin possible d'admettre qu'il faut peut-être changer de direction ? Après le référendum de 2005 ; après la crise de l'euro ; après ces élections qui propulsent les partis populistes ?

Le mot approprié pour la situation du projet européen est bien celui de crise. Le terme nous vient d'Aristote, qui le tenait lui-même de son père, médecin. C'est un terme médical : dans la médecine grecque antique, la crise est le moment où les symptômes du patient sont révélés et le médecin doit faire le bon diagnostic et appliquer le bon remède. Après la crise, il n'y a que deux options possibles : soit le patient est guéri, soit il meurt, selon que le médecin aie bien détecté la crise et l'aie bien lue, ou pas. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre la crise de la construction européenne : le patient est en danger de mort. Si on ne fait pas le bon diagnostic, le patient mourra.

Quel est ce bon diagnostic ?

Il faut commencer par ce qui devrait être une évidence : il n'est pas possible, dans l'état actuel des choses et dans tout avenir prévisible, d'avoir une Europe fédérale, à moins d'abolir la démocratie en Europe. Europe fédérale, ou Europe démocratique, il faut choisir. Parce que les peuples européens rejettent une Europe fédérale. Ils ne l'ont pas seulement fait savoir par de nombreux scrutins. Ils l'ont fait savoir par leur comportement pendant la crise.

La crise économique de l'Europe est une crise de l'euro, mais c'est une crise parce que les européens se sentent citoyens de leur nation d'abord et européens ensuite. L'euro est une monnaie pour des peuples qui ont des niveaux de productivité très différents. Une monnaie unique pour des niveaux de productivité différents créent des dislocations économiques, puisque pour certains la monnaie sera soit trop forte, soit trop faible. La réponse est soit d'abandonner la monnaie unique, soit de mettre en place une redistribution des plus productifs vers les moins productifs. Dans les unions monétaires dont les membres se sentent liés par une citoyenneté commune, cette redistribution va de soi : aux Etats-Unis, l'état de New York est bien plus productif que l'état du Mississippi, mais ça ne met pas en jeu l'éxistence ou même la solidité du dollar, parce que l'Etat fédéral organise la redistribution entre les états. Et si, ce qui est normal dans toute union politique, il y a des débats autour du niveau de cette redistribution, personne ne remet en cause sa légitimité.

La crise de l'euro nous a donné précisément l'image inverse. Le peuple allemand, pourtant le plus fédéraliste des peuples européens, ne veut pas redistribuer ses ressources durement gagnées pour compenser les grecs et autres peuples moins productifs. Le contraste avec la réunification allemande est frappant : l'Allemagne de l'Ouest a accepté de s'appauvrir massivement et de ralentir la croissance du pays pendant 10 ans pour payer l'intégration des Allemands de l'Est. Pourquoi ? Les allemands de l'Ouest et de l'Est se ressentent membres de la même nation. Ce n'est pas le cas - c'est le moins qu'on puisse dire - des allemands et des grecs.

S'il y avait eu une volonté populaire d'union fédérale européenne, il n'y aurait jamais eu de crise de l'euro - point. C'est en ce sens que, au-delà des questions techniques de traités ou d'économie monétaire, la crise de l'euro est une crise de la construction européenne.

Pourtant, comme le fou du proverbe qui fait sans arrêt la même chose en attendant à chaque fois une conséquence différente, nos élites n'ont pas fait le diagnostic de la crise. La réponse à chaque rejet de l'Europe est toujours plus d'Europe. Etant donné qu'il est évident que s'il n'y avait pas de rejet de l'Europe la réponse serait aussi plus d'Europe, on voit l'aspect pathologique de la fixation idéologique : quelque soit la question, la réponse est toujours la même. John Maynard Keynes, à qui on reprochait après la crise de 1929 d'avoir changé ses théories, répondit “Quand la situation change, je change mon point de vue - pourquoi, vous vous faites quoi?”

Lorsque j'écris qu'il faut choisir entre une Europe fédérale et une Europe démocratique, parfois je me dis que les élites européennes sont d'accord avec moi et fait leur choix : les “avancées” sont faites en dépit des choix démocratiques des peuples, depuis les référendums de 2005 suivi par le Traité de Lisbonne, puis l'union bancaire, et maintenant ces élections parlementaires dont, chacun sait, les résultats ne seront pas suivis de changement de politique. Il y a chez certains européïstes un utopisme qui fait penser au marxisme : la dialectique historique rend inévitable notre nouveau paradis des peuples ; chaque crise est une opportunité "d'accroître les contradictions" ; et si des gens résistent à la grande marche vers l'avenir, ma foi, on ne fait jamais d'omelette sans casser des oeufs.

Aujourd'hui, la question de l'Europe fédérale n'est plus une question théorique de point de vue idéologique, c'est une question de fait. Les européens ne veulent pas d'Europe fédérale. Point. Les faits, disait Lénine, sont têtus.

Alors, que faire ? En France, notre débat ne semble contenir que deux options : l'option fédéraliste des partis de gouvernement, et l'option que l'on pourrait appeler socialo-souverainiste des autres partis, c'est-à-dire une Europe dont la fonction principale, avec ou sans euro, avec plus ou moins de compétences pour Bruxelles, serait de mettre en place un protectionnisme économique. Le problème de cette option est qu'elle serait désastreuse économiquement.

Il y a pourtant une troisième option, qui me semble être la seule vraiment viable, compatible avec la démocratie et l'économie, celle que j'appellerai l'option britannique : faire de l'Union européenne une union principalement économique, avec la libre circulation des biens, des services et des personnes, mais sans super-Etat ou super-gouvernement.

Pour les souverainistes, cette vision atteindrait leur objectif principal, qui est le maintien de la souveraineté nationale. Pour ceux qui caressent encore le rêve fédéraliste, ils pourraient voir cette vision comme une concession à la réalité, une courte pause dans la grande marche inévitable de l'histoire qui permet à tout le monde de respirer.

Et pour les européens, ils auraient enfin une Europe qui répond à leurs attentes, qui leur donne plus de prospérité tout en respectant leur identité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eric ADAM CVD
- 01/06/2014 - 13:56
Que de poncifs sectaires et irréalistes!
Cette présentatio est parfaitement absurde...
76% des Français, 65% des Européens veulent plus d'EUROPE et non moins d'Europe.
Ce qui est rejeté, c'est l'Europe des Clans et des Sectes non démocratiques (et pour cause!) Les Citoyens Européens, contrairement aux Dirigents indignes des Etats et de la Commission, sont prèts pour une Fédératio ou une Confédération, voire une UNION Communaitaire, bienplus large qu'une collaboration économique.
Mais ce qui importe, c'est la manière de concevoir la Démocratie et le RASSEMBLEMENT des Peuples, dans une vaste SOUVERAINETÉ des Citoyens.
Si les ETATS se dotent au préalable de Constitutions identiques, fondées sur les vrais principesDémocratiques respectant les volontés de leurs Peuples sans Exclusive, alors rien ne les gène quant au rassemblement, au féderalisme même.
Commençons par nous doter ici, en France, d'une Constitution Démocratique rejetant la confiscation de la Souveraineté Populaire au seul profit des Partis Sectaires qui se gavent entre eux au détriment des Citoyens et de leurs Intérêts, et vous verrez que nous retrouverons NOTRE GRANDEUR perdue et que nous seron un exemple que les Peuples Européens voudront suivre!
Eric ADAM
cloette
- 30/05/2014 - 22:57
La difference
Entre les États fédéraux des USA et l'Europe c'est la langue !
En plus des mentalités déjà différentes à l'intérieur d'un même pays, ( Lillois Marseillais, ou Turinois et Napolitain voire Romain, )
Les liens sont historiques, culturels, nul besoin d'Europe pour les renforcer, ce n'est pas par la contrainte ou l'utile qu'on tisse des liens, cette Europe est devenue un truc informe !
2bout
- 30/05/2014 - 15:41
Mr Gobry,
On peut exposer ses idées sans déformer la réalité : L’Allemagne a un solde créditeur au budget européen.