En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 2 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 56 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 39 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 9 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 54 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 9 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 31 sec
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Même quand la France essaye de décentraliser, elle centralise

Publié le 23 mai 2014
La régionalisation est un chantier très complexe qui va précisément dans le sens inverse qui est celui de l'Histoire : au lieu de rapprocher les lieux de décisions des Français, elle les en éloigne.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La régionalisation est un chantier très complexe qui va précisément dans le sens inverse qui est celui de l'Histoire : au lieu de rapprocher les lieux de décisions des Français, elle les en éloigne.

Les auteurs de ce quinquennat ont donc décidé qu'ils auraient deux grandes réformes. La première : le mélange étrange d'austérité et du pacte de responsabilité, c'est-à-dire une baisse des charges sociales (dont l'impact sur l'emploi sera rendu nul par la politique d'austérité). La seconde, une nouvelle vague de décentralisation.

Que dire ?

Tout d'abord, il est significatif qu'aucune de ces deux politiques n'aura d'impact sur l'emploi, qui est la première préoccupation des français ; la politique d'austérité est délétère pour le pouvoir d'achat des Français, qui est leur deuxième préoccupation. A une époque où le pays est non seulement en crise économique, mais en crise politique profonde de confiance en ses élites et ses dirigeants, il est frappant de constater cela.

Mais sur la régionalisation, il y a beaucoup de choses à dire.

La première, que personne ne signale, est qu'il s'agira d'un chaos énorme. Fusionner de grandes organisations n'est pas une pratique simple. En théorie c'est simple, et en pratique c'est très compliqué, car il s'agit de fusionner non seulement des structures juridiques mais énormément de cultures et de processus non écrits qui font la vie des organisations. Même dans le monde de l'entreprise, où la flexibilité est beaucoup plus important et le leadership souvent plus fort, la plupart des fusions échouent. Dans le domaine du service public, surtout en France, le bilan est souvent désastreux. Par exemple, de nombreuses années après sa création après amalgamation de nombreuses autres structures, le RSI continue à ne pas fonctionner. De même avec Pôle emploi. En pratique, on constate souvent que les fusions censées créer plus d'efficacité et d'économies ont l'effet quasiment inverse. Encore une fois, c'est même souvent le cas dans le secteur privé. C'est sans doute à cause de cela, que les théories nient mais que le bon sens indique, que les Français sont très dubitatifs face aux idées de fusions de collectivités, comme on l'a vu avec le référendum de fusion des collectivités en Alsace, appuyé par toutes les formations politiques et rejeté par les alsaciens.

La deuxième est que cette régionalisation va précisément dans le sens inverse qui est celui de l'histoire : au lieu de rapprocher les lieux de décisions des Français, elle les en éloigne. Elle remonte les compétences des départements aux régions, et elle fusionne les régions. A noter que c'est aller à l'encontre de la tradition et de l'histoire de la Nation française, qui s'est justement construite en opposition au fédéralisme ou quasi-fédéralisme qui est la règle chez nos voisins.

Mais c'est surtout un symptôme de cette fascination si française et si étrange pour la centralisation, le dirigisme, et le colbertisme. Lorsque la décentralisation a été entreprise il y a déjà plus de 30 ans avec les lois Defferre, l'objectif était bien de... décentraliser. Après ces lois tout le monde s'est rendu compte que le travail n'était pas fini et qu'il fallait le continuer et chacun a donné ses propositions. Mais presque toutes ces propositions reviennent à une nouvelle centralisation. Le génie français : même lorsqu'on essaye de décentraliser, on recentralise. La vertu de la décentralisation c'était de tenter de saper le syndrome de Paris et du désert français, le syndrome d'un pays où rien ne peut se faire sans décision central. Mais au lieu de guérir le syndrome, on l'aggrave en créant une douzaine de mini-Paris.

La décentralisation qui va à la fois dans le sens de la culture et de la nation française, et dans le sens de l'avenir, c'est une décentralisation qui au contraire supprime les régions et renforce au contraire deux échelons primordiaux : l'agglomération, d'abord, parce que le 21ème siècle sera urbain, et le département, ensuite (avec coopération entre les départements si besoin est), parce que c'est l'échelon le plus historique et le plus proche des français.

La réforme proposée va précisément dans le sens inverse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RBD
- 24/05/2014 - 19:11
Enfin !
Enfin une contribution lucide sur l'une des grandes annonces du discours d'investiture de Valls !

Valls est un jacobin et le projet permettrait l'aboutissement d'un vieux rêve de plusieurs générations de hauts fonctionnaires de l'Aménagement du Territoire. Comme il est dit, même des fusions n'apporteront que très peu d'économie d'échelles, et des dysfonctionnements graves à prévoir.
D'ailleurs si les conseils généraux seront supprimés, et leurs compétences réparties (à qui ?), le département restera un cadre d'action de proximité pour le gouvernement avec le préfet à sa tête et toute son administration. Un déséquilibre des pouvoirs centraux et locaux se dessinent, il fera beau voir les mines de ceux qui le porteront maintenant lorsque l'on reviendra (tôt ou tard) à la configuration du quinquennat Sarkozy (majorité présidentielle de droite, collectivités locales de gauche).

Et subsidiairement, je crois que beaucoup de gens de la France rurale ou des petites villes ont voté Hollande en vue de préserver ce modèle de services publics proches. Voilà ce qu'il en est fait maintenant...
Benvoyons
- 24/05/2014 - 11:09
15 à 16Grandes Régions sans département avec des grosses villes
et communautés urbaines. C'est le contenu des pouvoirs de ces régions et de ces grosses villes et des ces grosses communautés urbaines qui donnera la baisse de charge que fera l'ensemble.
L’État comme tout bon Marxiste veut que la France soit uniforme. Comment croire que les besoins de la Bretagne soient les mêmes que la région PACA.
Comment croire que les besoins de les régions du Sud Ouest soient les mêmes que les régions du Nord et de l'Est . Les besoins de la régions Centre ne sont pas du tout les mêmes que les autres régions Françaises. Donc il faut plus de pouvoir dans les régions pour la Police locale, son économie et pour ses échanges économiques, et son organisation sociale. Chaque région tout en faisant parti de la France à des cultures différentes des faits historiques différents donc des philosophies différentes. Hors pour le moment l’État ne fait que restreindre les dynamiques locales.
L’État doit être la Police Nationale, la Justice,la Défense Nationale, les Affaires Étrangères. Concernant l’Éducation Nationale et bien elle organise les programmes en tenant compte des spécificités régionales. La logistique, l'organisation humaine cela doit être les Régions.
Benvoyons
- 24/05/2014 - 10:47
Oui bien mr Gobry l'on peut voir les choses comme vous le dite
mais cela reste totalement inefficace au niveau budgétaire. En effet pour des ententes constructives il vaut mieux des entités plus grandes. Il vaut mieux enlever les départements et avoir une région. Maintenant il faut définir une région économique. Les régions qui sont limitrophes avec d'autres pays doivent être organisées en tenant compte de ces échanges économiques. C'est à dire que la région "centre " devra être plus grande pour obtenir le même niveau de richesse. Donc une région doit être modelée dans sa grandeur par rapport à sa puissance économique actuelle avec ses frontières et de ce qu'il faudra faire pour qu'elle puisse prendre de la puissance économique dans l'avenir. D'ailleurs les responsables des régions qui sont proches de l'Allemagne, Belgique, Suisse, Espagne, Italie doivent avoir l'autorité sur un dialogue économique, sociale,directement avec ces pays. Pour obtenir une puissance plus grande. Maintenant le pouvoir des Maires pour les villes capitales et importantes doivent avoir des pouvoirs beaucoup plus important, dans les domaines de Police,économie, du sociale qu'aujourd'hui.
15 à 16Grandes Régions sans département avec des grosses villes et communautés urb.