En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 52 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 25 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 29 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 22 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 50 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 23 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 4 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 40 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 9 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 36 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Revue de blogs

Main aux fesses dans le métro parisien : le témoignage en ligne d'une jeune femme fait débat

Publié le 18 mars 2014
Un témoignage en ligne sur un "pelotage" très serré d'une jeune femme qui s'est défendue dans le métro parisien a déchaîné un torrent de réactions, paradoxalement souvent hostiles.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un témoignage en ligne sur un "pelotage" très serré d'une jeune femme qui s'est défendue dans le métro parisien a déchaîné un torrent de réactions, paradoxalement souvent hostiles.

"Je venais d’entrer dans la rame, j’étais encore debout dans l’attente de trouver une place assise et je tentais de reprendre mon souffle en m’accrochant tant bien que mal à la barre pour ne pas défaillir (mes poumons ayant la taille d’une demi-cacahuète fourrée à la nicotine, il m’en faut peu). Je n’ai donc pas fait attention au quadra lambda qui se tenait juste derrière moi (...) Du coup, lorsqu’il a fait mine de se baisser pour ramasser un truc par terre, j’ai pas réagi. Et c’est ainsi que j’ai senti ses doigts se faufiler sous ma jupe et s’enfoncer dans mon entrejambe, à travers mes collants. Comme à ma triste habitude, j’ai réagi au quart de tour, je me suis retournée et je l’ai attrapé par les cheveux avant de lui matraquer la gueule à coups de petits poings osseux. Les autres passagers ont eu un moment de flottement, n’ayant pas assisté à la scène précédente, et se demandaient ce qui avait bien pu me passer par la tête pour que je me déchaîne violemment sur ce pauvre homme qui n’avait, semblait-il, rien demandé. Je me suis donc époumonée pour expliquer rapidement la situation, l’homme a tenté de placer quelques coups, en vain, et je l’ai recadré une dernière fois, juste avant que les portes ne s’ouvrent sur le quai et que deux gentilles paires de bras m’aident à le balancer hors de la rame, où il a dû passer quelques minutes à chercher ses dents avant de ramper jusqu’à son trou pour ne plus jamais en sortir (du moins, c’est tout ce que j’espère)."

A priori, Le témoignage de Jack parker, pseudo d'une journaliste et blogueuse parisienne, dans '"Baisse les yeux. Ravale ta colère et déglutis tes larmes" sur son blog et sur Madmoizelle aurait du être applaudi. Toute sa génération n'en peut plus du "harcèlement de rue" : propositions, insultes, sifflets, attouchements dès qu'elles mettent une robe ou une jupe. Mais non. A l'agression a succédé une rafale de commentaires soit solidaires, soit très méchants, de la part d'hommes, (dont elle a fait des captures d'écran) sur son compte twitter. Parmi les plus civilisés : "De la merde d'hystérique féministe qui confond accident léger dans le métro dont les freins font s'entrechoquer passagers et paranoïa de la victime". Les autres comprenant souvent le mot  "connasse" et excusant le "tripoteur". Parce que "Jack" portait une jupe. 

Sauf que "Jack" n'est pas un cas isolé. Le ras-le-bol monte partout en témoignages sur les blogs et Facebook contre une constante guerre des regards, mots et corps dans les lieux publics, dont Jack, ulcérée, fait la liste : "Et ça fait pas avancer le bordel de râler, mais putain, à ce stade, on fait quoi ? Je vais pas m’amuser à tabasser tous les connards qui se permettent de me toucher, j’ai quand même autre chose à foutre de mes journées. Tous ceux qui se frottent contre moi dans le métro, qui mettent leur main un peu trop près de la mienne sur la barre pour me caresser du bout de leur doigt, qui m’attrapent des mèches de cheveux au vol, qui laissent trainer leur main à 1mm de ma cuisse et qui profitent de la moindre secousse pour parcourir la distance restante accidentellement, qui me dissèquent et me déshabillent longuement du regard sans la moindre pudeur, qui poussent des hmmmmm… sur mon passage, qui m’ordonnent de sourire pour eux, de leur dire bonjour, de leur répondre, d’aller prendre un verre avec eux, de les suivre chez eux, de monter dans leur bagnole, de leur filer mon numéro, la liste est longue putain, et ça me fout la gerbe. Ça me gonfle, ça me gonfle, ça me gonfle, et je sais pas quoi faire, et je peux rien y faire, et ça m’énerve, et j’en ai marre, et ça me gonfle, et putain, sortez-moi de là. "

Le blog féministe Crepe Georgette a conduit l'an dernier une petite enquête informelle parmi ses lecteurs et lectrices sur "l'agression sexuelle dans les lieux publics" et particulièrement les "pelotages" dans les transports en commun :

 "123 femmes ont témoignées avoir été pelotées dans l'espace public. 33 ont réagi, 90 n'ont pas réagi et ont eu peur, ont été surprises, ont été sidérées. Le motif de surprise chez les femmes s'exprime de manière différente que chez les hommes ; les femmes mettent plus en avant qu'elles ont douté de ce qu'elles ressentaient. Étaient-elles bien touchées ? Allait-on les croire si elles s'énervaient ? Allaient-elles viser la bonne personne ? N'était-ce pas accidentel ?

Celles qui ont réagi l'ont fait de trois manières différentes :

- En changeant de place ;
- En criant contre l'agresseur ;
- En frappant l'agresseur (la réponse la plus physique a été de lui saisir les parties génitales).

Plusieurs de celles qui ont réagi ont dit qu'elles ne réagissaient pas il y a quelques années."

Mais l'autocensure règne toujours, poursuit Crepe Georgette : "La majorité des femmes ne réagit pas à cause d'une peur paralysante (nous sommes éduquées à peu réagir et dans la peur panique face au viol) ou parce qu'elle n'a pas confiance dans ce qu'elle ressent. Les regards extérieurs ont, également, peu confiance dans ce que peuvent dire les femmes. On le voit dans certains cas d'agression racontés (sur le blog), les femmes ont vu nier leur agression, ce qui entraîne une réaction somme toute logique où l'on se dit qu'on a exagéré, que peut-être même on débloque un peu. Est-ce si grave, n'est-on pas en train de se comporter comme une hystérique ?..."

Elle cite un autre témoignage étonnant, reproduit dans le New York Times, cette fois-ci dans le métro de New York. Là aussi, il est question d'une jeune femme victime d'une agression lourde d'un homme collé à elle. Elle ne se défend pas, craignant qu'il ne s'agisse d'un fou et qu'il soit armé. Mais c'est en sortant de la rame et du traumatisme qu'elle est approchée par une agent de la brigade des pickpockets, qui a vu ou deviné ce qui s'est passé. La brigade lui conseille de porter plainte, ce qu'elle a fait. Pourquoi les officiers de la brigade de pickpockets interviennent-ils dans les "pelotages" commis ou non, subreptices ou avérés, qu'ils voient ou devinent ?  Parce que, disent-ils, "la vraie épidémie dans le métro, ce ne sont pas les pickpockets, ce sont les pelotages."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (71)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Duffy
- 24/03/2014 - 13:38
J'ai fait un commentaire provocateur et machiste
il a ete censuré, pourquoi?
VeLiVoS
- 22/03/2014 - 11:31
pave777 - 20/03/2014 - 22:03
le problème n'est pas dans la queue mais dans la tête : la volonté et la conscience.
copélia
- 22/03/2014 - 10:56
Des culottes bouffantes
contre la faim inassouvie et la réduction de l'appétit des adeptes des transports en commun!