En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

Johnny, ta gueule !

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 13 min 17 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 21 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 1 heure 59 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 25 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 13 heures 39 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 14 heures 39 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 20 heures 47 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 22 heures 10 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 52 min 19 sec
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 2 heures 45 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 23 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 3 heures 42 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 13 heures 51 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 17 heures 54 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 8 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 23 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Crise ukrainienne : comment l'ignorance économique de l'Europe l'empêche de tenir tête à la Russie

Publié le 14 mars 2014
La peur de sanctionner économiquement la Russie pour son intervention en Crimée vient d'un type d'ignorance économique particulièrement répandu dans les classes politiques européennes : le mercantilisme.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La peur de sanctionner économiquement la Russie pour son intervention en Crimée vient d'un type d'ignorance économique particulièrement répandu dans les classes politiques européennes : le mercantilisme.

La Russie est probablement en train d'envahir l'Ukraine. La Crimée a déjà été envahie et les troupes russes sont actuellement massées à la frontière Est de l'Ukraine, peut-être prêtes à envahir l'Est russophone du pays (ou tout le pays?).

Est-ce que 2014 sera un nouveau 1914 ? Nous sommes encore bien loin de cela - mais, cela dit, personne en 1914 ne pensait que nous étions à la veille de la pire guerre jamais connue.

Un des événements qui va déterminer la suite de cette histoire est la réaction de l'Europe - pas de l'Union européenne, qui n'a ni voix ni politique, mais des principales nations européennes, notamment la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Vont-ils punir la Russie pour son intervention en Crimée ou la laisser faire et ainsi encourager Poutine à continuer dans ses agressions ? Personne ne songe à attaquer la Russie militairement, mais l'étendue des sanctions économiques potentielles pourrait bien déterminer l'avenir de la politique russe.

Or, comme chacun sait, pour que des sanctions économiques soient efficaces, il faut un relatif accord international pour les mettre en place. Si, par exemple, les banques russes sont bloquées dans un pays mais peuvent continuer à y investir par des partenariats avec le pays voisin, la punition ne sera sentie par personne.

Les Etats-Unis semblent déterminés à sanctionner la Russie. Et les nations européennes ont condamné l'incursion criméenne dans les termes les plus forts. Mais, très très vite, elles ont fait savoir que cette condamnation ne serait pas assortie d'actions concrètes. On voit bien là l'audace et le courage politique du leadership européen.

Quelle raison ? Ces raisons sont purement économiques, mais d'une mauvaise manière économique. Les dirigeants politiques savent bien qu'ils vivent à une période de crise, que leurs fortunes politiques sont liées à la situation économique, et ils ont une peur bleue de se faire vider aux prochaines élections. Tout ce qui peut faire du mal à l'économie est à éviter.

Le problème est que cette peur de sanctionner la Russie vient souvent d'un type d'ignorance économique particulièrement répandu dans les classes politiques européennes : le mercantilisme.

Dans cette idée, la raison pour laquelle il ne faudrait pas sanctionner la Russie c'est parce que les entreprises russes “investissent” en Europe. Cet “investissement,” nous en avons besoin, et si nous ne le recevons pas, nous irons mal, car dans la guerre économique mondialisée, il y a une bataille à somme nulle pour que chaque pays attire le plus d'investissement.

Cette vision trouve son paroxysme le plus caricatural dans la situation britannique. Depuis les années 90, la Grande-Bretagne est devenue un havre pour les oligarques russes. Avec des limitations sur les nouvelles constructions, l'argent russe a fait exploser les prix de l'immobilier à Londres, et à travers le statut fiscal de “non-domicilié”, la Grande-Bretagne est devenue un paradis fiscal pour les oligarques de tous les pays.

Pour les dirigeants britanniques, très clairement, c'est le fait d'accueillir des milliardaires étrangers qui fait la prospérité de Londres, et punir la Russie ferait fuir ces milliardaires et déprimerait l'économie britannique. Ce sont les riches qui font tourner l'économie, parce que c'est eux qui ont l'argent et en le dépensant ils font tourner l'économie.

C'est une erreur. On ne le répétera jamais assez. La richesse, ce ne sont pas des actifs. La richesse, ce n'est pas de l'argent. La richesse, c'est ce qui est créé lorsque des êtres humains collaborent librement ensemble. La Grande-Bretagne est un pays de soixante millions de personnes avec l'état de droit, une infrastructure moderne, un niveau d'éducation élevé, et qui parle la langue internationale. La Grande-Bretagne n'a aucun besoin d'une poignée de milliardaires russes pour acheter ses clubs de foot pour être prospère. Elle a juste besoin de laisser ses citoyens travailler ensemble. Il est beaucoup plus probable que ces milliardaires russes soient néfastes pour l'économie, en rendant les loyers londoniens non-abordables (et donc handicapant la coopération dans ces foyers d'innovations que sont les grandes villes) et en détournant de nombreuses personnes d'occupations plus productives pour servir les besoins de ces oligarques.

Oui, des sanctions économiques envers la Russie auraient un coût - disproportionnellement porté par les russes - mais pas parce qu'il ferait fuir les milliardaires. Au contraire. Ca serait un bonus.

Tout le monde croit que l'économie, c'est les riches. La gauche le déplore, la droite le glorifie. Alors que c'est juste faux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
barjoe
- 18/03/2014 - 17:58
Encore un prestigitateur de la réalité
Bizarre, quand la France intervient pour un oui, pour un non dans son pré carré africain, afin d'installer ou dégager un pantin à sa solde, sans demander l' avis de personne et surtout pas des peuples concernés, quand les USA envahissent un pays et virent le président coupable de ne pas ètre pro Américain ( Grenade), quand des pouvoir élus mais non pro occidentaux se font virer manu militari par des révolutions soit disant "spontanées", quand d' autres régimes pro occidentaux écrasent dans le sang des manifestants réclamant plus de liberté ( Cameroun 2008, Bahrein 2011), on ne voit pas nos analystes du dimanche monter au créneau.
ISABLEUE
- 18/03/2014 - 10:37
Et pas un mot sur le peuple de Crimée
qui a voté oui pour son rattachement à la Russie !!!

les êtres humains, tout le monde s'en fiche !!
Le Kosovo a eu droit à son "auto-détermination" et pourquoi la Crimée ou l'Ukraine ne l'aurait pas ????

Les Décideurs européens voulaient s'en prendre à Assad et cautionner les milices islamistes, et là contre Poutine et pour les Nazis d'Ukraine !!
Ils marchent sur la tête ! : les peuples ne se laisseront pas faire pour les caprices de Strabourg et de Bruxelles .
XI
- 17/03/2014 - 11:37
Un tissu d'âneries , ce n'est
Un tissu d'âneries , ce n'est pas plutôt le créateur de nullos-sphère ..