En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 9 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 15 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 19 heures
© Reuters
© Reuters
Diplomatie de couloir

Syrie : le Parlement convoqué en session extraordinaire

Publié le 28 août 2013
Un débat sur la situation en Syrie aura lieu le 4 septembre prochain.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un débat sur la situation en Syrie aura lieu le 4 septembre prochain.

Tout s'est précipité en 24 heures. Le sort de la Syrie semble scellé. Les Occidentaux vont intervenir militairement dans le pays, cela ne fait plus aucun doute. Ce mardi, la question d'une future action militaire était sur toutes les lèvres. La communauté internationale a multiplié les tractations en coulisses en ce sens. Ainsi, si officiellement rien est scellé, les Etats-Unis et leurs alliés semblent de plus en plus déterminés à lancer une frappe contre le régime de Bachar al-Assad. Une action militaire en réaction à l'attaque chimique du 21 août dernier près de Damas, qui aurait fait plus d'un millier de morts.

Ce mardi, le président français François Hollande s'est exprimé devant les ambassadeurs français. Il a affirmé que "le massacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse et la France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents". "La France est prête à exercer sa responsabilité partout dans le monde", a poursuivi le chef de l'Etat, qui a fait part de sa décision d'accroître son soutien militaire à l'opposition syrienne et de son souci de protéger les populations civiles. Si François Hollande n'a pas formellement annoncé une intervention militaire, il a invoqué "la responsabilité de protéger les civils", telle que définie par les Nations unies.

Il a enfin précisé qu'il réunirait jeudi un Conseil de défense qui réunira à l'Elysée, le chef de l'Etat, le Premier ministre, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, et le chef d’état-major des armées."Engager ou ne pas engager la France, agir ou ne pas agir, décider ou ne pas décider, intervenir ou laisser faire, cette question (...) va revenir dans les prochains jours" a conclu le chef de l'Etat français. C'est dans cet esprit que le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a annoncé aujourd'hui sur iTélé que le Parlement serait convoqué "en session extraordinaire pour un débat" sur la Syrie, le 4 septembre prochain.

"Une aventure hasardeuse"

Car l'allocution présidentielle ne fait pas l'unanimité en France. En effet, la classe politique apparaît très divisée quant à une éventuelle intervention militaire en Syrie. A l'UMP, Jean-François Copé et François Fillon ne se sont pour le moment pas encore exprimés sur le sujet. Un mutisme observé aussi par le numéro un du PS, Harlem Désir.  En revanche, d'autres ont été plus volubiles quant à la détermination de la communauté internationale de frapper militairement le régime de Bachar al-Assad.  Ainsi, si Rachida Dati dit craindre "que le chaos succède au chaos", un autre ancien ministre UMP, Benoist Apparu, a de son côté défendu "la nécessité d'une intervention" sous des formes "à définir".

Voyant se profiler "une mécanique implacable" qui, "à certains moments, rappelle la préparation de la guerre en Irak" en 2003, le président du MoDem François Bayrou a lancé "un appel pressant à la prudence". Il préconise d'"attendre des preuves certaines" du caractère chimique de l'attaque, et la certitude qu'elle a bien été commanditée par le régime de Damas. D'autres se sont montrés plus catégoriques dans leur opposition. C'est le cas de Florian Philippot. Le vice-président du Front national refuse ce qu'il appelle une "diplomatie de cowboys". A droite toujours, le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan appelle quant à lui François Hollande à ne pas participer "à cette aventure hasardeuse".

"Nous sommes prêts à y aller"

"Partout où les Occidentaux ont tenté d'imposer par la force leur démocratie, cela s'est terminé en fiasco", souligne-t-il rappelant les précédents de l'Irak et de la Libye. Enfin à l'autre bout de l'échiquier politique, la même réticence existe. Ainsi, le numéro un du PCF Pierre Laurent, assure que "bombarder la Syrie serait ajouter la guerre à la guerre, entraînant le risque jusqu'ici inégalé d'un embrasement de toute la région". Sur la même ligne, son compère du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon, l'un des rares à avoir critiqué l'intervention française au Mali, redoute "une erreur gigantesque".

Mais le débat existe aussi à l'échelle internationale. Aux Etats-Unis, on se dit "prêt" à intervenir. C'est ce qu'a affirmé ce mardi le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, dans une interview à la BBC. "Nous sommes préparés. Nous avons positionné des éléments pour être capables de répondre à toute option choisie par le Président, a-t-il déclaré. Nous sommes prêts à y aller". Si Barack Obama n'a pas fait de déclaration publique, la Maison Blanche réfléchirait donc aux différentes options d'action militaire. Au Royaume-Uni, David Cameron, qui penche également pour une intervention, attend le feu vert du Parlement convoqué jeudi pour voter une "réponse proportionnée" à la présumée attaque à l’arme chimique.

"Des prétextes artificiels et infondés"

Une éventuelle intervention militaire en Syrie viserait "à réduire les capacités d’utilisation" d’armes chimiques, certifie le Premier ministre britannique. "Nous avons vu en Syrie des scènes consternantes de mort et de souffrances à cause de l’utilisation d’armes chimiques par le régime Assad et je ne pense pas que nous puissions le supporter", a-t-il insisté. Enfin, l’Allemagne a fait savoir qu’elle approuverait une éventuelle "action" de la communauté internationale à condition que l’usage d’armes chimiques était confirmé. En revanche, la Russie, soutien indéfectible de Damas, appelle à la "prudence". "Les tentatives visant à contourner le Conseil de sécurité et à créer une fois de plus des prétextes artificiels et infondés pour une intervention militaire dans la région vont créer de nouvelles souffrances en Syrie et auront des conséquences catastrophiques pour les autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord", a fait savoir ce mardi Moscou par le biais d'un communiqué.

On le voit, aucune décision officielle n'a été prise. La diplomatie de couloirs suit son cours. Une seule certitude cependant : la future action militaire ne se fera pas sous l'égide de l'ONU en raison du soutien russe. D'autant plus que le président syrien, Bachar al-Assad, a prévenu Washington que toute intervention militaire contre son régime serait vouée "à l’échec".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires