En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Brut.

Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »

Publié le 04 décembre 2020
Le président de la République a accordé un entretien à la rédaction de Brut ce vendredi. Emmanuel Macron est notamment revenu sur la question des « violences policières » et sur l’article 24.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République a accordé un entretien à la rédaction de Brut ce vendredi. Emmanuel Macron est notamment revenu sur la question des « violences policières » et sur l’article 24.

Emmanuel Macron a été interviewé ce vendredi par la rédaction de Brut. Le chef de l'Etat a notamment répondu aux questions du journaliste Rémy Buisine. Le sujet des violences et du racisme au sein de la police était au cœur des échanges. Cet entretien, diffusé sur les réseaux sociaux et relayé par de nombreux médias, était principalement destiné à la jeunesse.   

« Il n'y a pas de racisme systémique dans la police. Les policiers ne s'engagent pas dans un camps, ils s'engagent pour servir. Ils défendent un ordre républicain. ».

Les journalistes de Brut ont interrogé le chef de l’Etat sur le terme de « violences policières » :

« Je peux dire qu'il y a des violences policières, si cela vous fait plaisir […] On n'est pas équitable. Je suis très vigilant quand on parle de violences policières. […] On veut installer l’idée qu’il y a une violence consubstantielle à la police, un racisme consubstantiel à la police, ça c’est non, je suis contre ça, c’est faux, c’est une manipulation ».

Sur les « violences policières », le président de la République a dénoncé un « slogan » utilisé par les Black Blocs et une partie de l'extrême gauche, préférant le terme de « violences par des policiers » :  

« Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis », car « c'est devenu un slogan pour des gens qui ont un projet politique ».

Emmanuel Macron a notamment dénoncé l’attitude des black blocs lors de la manifestation du week-end dernier. Le chef de l’Etat a dénoncé des « fous », des « gens ensauvagés » qui ont notamment attaqué une policière à Paris.

L’IGPN était au cœur des échanges également lors de cet entretien :

« Il faut donner plus de force à l'IGPN, avec une vraie indépendance. Il faut plus de transparence sur le suivi, une communication sur les sanctions ».

Sur le sujet des discriminations, Emmanuel Macron a reconnu qu’il y avait en France « une défiance entre la population et la police dans les quartiers difficiles » et qu’un individu de couleur était « beaucoup plus contrôlé et identifié comme étant un facteur de risque ».

Le chef de l’Etat a annoncé la mise en place imminente d’une plate-forme Internet gérée par l’Etat, le Défenseur des Droits ou les associations comme la Licra, pour dénoncer les discriminations.

« On pourra signaler, écouter et avoir un suivi si on veut porter plainte ».

Une procédure de formation des policiers va être mise en place pour les aider à prendre les dépositions issues de cette plate-forme.

Emmanuel Macron a aussi été interrogé sur l'article 24 de la loi « Sécurité globale », concernant l’encadrement de la diffusion d’images et de vidéos des policiers et des gendarmes :

« On a dit beaucoup de bêtises dans ce débat ».

L’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, la mort de Samuel Paty, la lutte contre le séparatisme, le cas de la jeune Mila, les tensions avec la Turquie, la laïcité étaient également au cœur des échanges lors de cet entretien du président de la République à Brut.

Les difficultés rencontrées par la jeunesse face à la pandémie de Covid-19 ont été évoquées par Emmanuel Macron qui a rappelé les aides déployées ou bien encore le dispositif 1 jeune, 1 solution et le service civique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 05/12/2020 - 18:08
La France d'hier a construit
le socialisme l'a "déconstruit" (dialecte vernaculaire) et Macron, lui, fait dans le "déconstruit" (novlangue).
Gpo
- 05/12/2020 - 06:48
Ce president est un problème
Depuis son élection minoritaire par effraction et complotisme.
Danger?
Nicolas59
- 04/12/2020 - 19:50
Deconstruction
Il reconnait que ce n’est pas seulement des concepts qu’il déconstruit mais plein d’autres choses.
Depuis 2017, les manifestations violentes et la répression policière est permanente.
C’est la paix civile qui est déconstruite .