En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques

04.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

05.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

06.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

07.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 8 heures 50 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 10 heures 2 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 12 heures 36 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 17 heures 30 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 18 heures 23 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 7 heures 15 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 9 heures 23 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 11 heures 51 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 13 heures 40 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 7 heures
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 8 heures
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 10 heures
© Kay Nietfeld / POOL / AFP
© Kay Nietfeld / POOL / AFP
"Ouvrir un nouveau chemin"

Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat

Publié le 02 juillet 2020
Le chef de l’Etat Emmanuel Macron a accordé un entretien à la presse quotidienne régionale ce jeudi. Cette interview sera publiée ce vendredi dans les quotidiens régionaux. La rédaction de Ouest-France a dévoilé sur Internet le contenu de cet entretien fleuve.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l’Etat Emmanuel Macron a accordé un entretien à la presse quotidienne régionale ce jeudi. Cette interview sera publiée ce vendredi dans les quotidiens régionaux. La rédaction de Ouest-France a dévoilé sur Internet le contenu de cet entretien fleuve.

Alors qu’un remaniement serait imminent, Emmanuel Macron a accordé ce jeudi une interview à la presse quotidienne régionale. Cet entretien sera publié ce vendredi. Le chef de l'Etat est engagé dans la dernière phase de son quinquennat qui va le mener à l'élection présidentielle de 2022. Beaucoup de questions se posent actuellement sur l’avenir d’Edouard Philippe en tant que Premier ministre. Le Conseil des ministres prévu ce vendredi 3 juillet pourrait donc être le dernier du gouvernement actuel.

La rédaction de Ouest-France a dévoilé sur son site Internet ce jeudi soir le contenu de l’entretien du président de la République. Emmanuel Macron souhaite engager la France sur "un nouveau chemin". Le chef de l’Etat a présenté son projet et ses priorités pour la suite de son quinquennat à dix journalistes de la presse quotidienne régionale – dont Ouest-France – réunis à l’Élysée ce jeudi matin.

Emmanuel Macron a d’abord été interrogé sur la crise sanitaire du Covid-19 en France :

"Nous ne sommes pas sortis de la crise sanitaire, mais de sa phase la plus aiguë. Nous entrons désormais dans une phase de surveillance et de grande vigilance. J’ai demandé au gouvernement de préparer une campagne de prévention durant l’été". 

Face à la crise économique liée au coronavirus, le président a tenu à alerter sur les inquiétudes sur le plan économique et les menaces pour la rentrée. Emmanuel Macron souhaite "dessiner un nouveau chemin" et propose différents chantiers, notamment pour la jeunesse : 

"La rentrée sera très dure et il faut nous y préparer. Il nous faut donc dessiner un nouveau chemin. Je le vois autour de la reconstruction économique, sociale, environnementale et culturelle du pays. Cette reconstruction commence par le Ségur de la santé. Elle va se poursuivre par un chantier sur le grand âge, puis sur l’accompagnement de notre Jeunesse, car il ne saurait y avoir de génération sacrifiée. Un autre chantier essentiel est celui de l’égalité des chances, sur lequel nous n’avons pas été assez loin. On le voit quand une partie de notre jeunesse nous dit "quand on a telle couleur de peau ou tel prénom, on n’a pas la même place dans la République". Ils seront les premières victimes de la crise. C’est à la jeunesse que nous avons demandé le plus de sacrifices. Ne pas sortir, interrompre les études. C’est 700.000 ou 900.000 jeunes qui entreront sur le marché du travail à la rentrée, ce sont ceux qui verront des guichets fermés. Nous ne pouvons pas les laisser seuls face à cette situation".

Le chef de l’Etat a évoqué les difficultés liées au chômage en France et les craintes d’une crise durable :  

"Nous devons collectivement rompre avec ce qui est la maladie française : la préférence pour le chômage. Le modèle français classique, c’est d’accepter des plans sociaux massifs, ensuite d’avoir un système très généreux qui les indemnise. Au fond, un modèle qui fait que nous n’avons jamais réglé le problème du chômage de masse. On doit, par le dialogue social et la mobilisation de tous, réussir à éviter, partout où on le peut, les plans sociaux ou les limiter quand ils sont là. […] Et on a commencé à agir. On le voit avec le plan aéronautique, qui a réduit le plan social qu’il y a chez Airbus aujourd’hui. Mais je vais être très clair avec vous : il y a des plans sociaux, et il y en aura. La crise sanitaire a détruit 5 points de richesse nationale et mis des secteurs entiers à l’arrêt. Cela a forcément des conséquences sur les entreprises".

Emmanuel Macron laisse entendre également dans cet entretien qu’il faudra travailler plus :

"La priorité à court terme, c’est de sauver les emplois, à commencer par l’activité partielle de longue durée. Mais le débat que nous avions connu avant cette crise autour de la durée du nombre d’années de cotisation dans la vie continue à se poser. Nous ne pouvons pas être un pays qui veut son indépendance, la reconquête sociale, économique et environnementale et être un des pays où on travaille le moins tout au long de la vie en Europe. Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes".

Alors que la Convention citoyenne pour le climat a livré son verdict, le président s’est confié sur la question du nucléaire : 

"Jamais je ne supprimerai du nucléaire pour remettre de l’énergie fossile car ce serait accepter plus d’émissions de CO2. Supprimer du nucléaire a du sens quand on peut le substituer par du renouvelable non intermittent. Aujourd’hui, nous ne savons pas encore le faire complètement". 

A l’occasion de cet entretien, Emmanuel Macron prend à nouveau l’engagement de ne pas augmenter les impôts :

"Ce serait une erreur profonde parce que nous sommes un des pays les plus fiscalisés du monde".

Le président de la République a également été interrogé sur le dossier de la réforme des retraites. Elle sera "transformée" :

"Est-ce que la réforme des retraites est à jeter ? Non. Ce serait une erreur pour deux raisons. La première, c’est ce qu’est le système universel de retraite est juste. […] Je demanderai au gouvernement de réengager rapidement une concertation en profondeur, dans un dialogue de responsabilité associant les partenaires sociaux dès l’été sur ce volet des équilibres financiers. Il faut que tout cela soit mis sur la table. Il n’y aura pas d’abandon d’une réforme des retraites. Je suis ouvert à ce qu’elle soit transformée. […] Nous avons un modèle social parmi les plus généreux au monde, qui a montré sa force durant cette crise. Nous l’avons en partage. Cette réforme ne peut pas être reprise de manière inchangée à la sortie de crise, mais la question du nombre d’années pendant lesquelles nous cotisons demeure posée".

Emmanuel Macron a reconnu quelques maladresses dans sa conduite des réformes :

"J’ai ma part de maladresse. J’ai parfois considéré qu’il fallait aller vite sur certaines réformes. Cela ne peut marcher que par le dialogue. J’ai beaucoup d’ambition pour notre pays. J’ai parfois donné le sentiment de vouloir faire les réformes contre les gens".

Le chef de l’Etat souhaite également s’engager sur le dossier de la décentralisation

"Le dialogue doit s’organiser entre tous les territoires et le gouvernement. La priorité qui est la nôtre, c’est la reconstruction du pays. À court terme, il ne faut pas que nous nous perdions dans des grands débats. Il faut que nous soyons pragmatiques. Et qu’on associe tout le monde. Je suis prêt à associer tous les élus qui sont prêts à l’effort de reconstruction. Pas par des grandes réformes institutionnelles mais par des politiques concrètes. De différenciation. D’association. De clarification. Je veux les associer en lançant dès cet été une grande conférence des territoires où je veux de manière très concrète qu’on regarde au cas par cas, qu’on ne se perde pas dans des débats de cathédrale".

La question du remaniement et de l’avenir d’Edouard Philippe ont notamment été abordées lors de cet entretien : 

"J’ai fait le choix, en 2017, de prendre à mes côtés un homme qui n’a pas fait ma campagne et qui n’était pas dans ma formation politique, qui était dans la même démarche d’ouverture et de dépassement des clivages traditionnels. Ce que nous avons réussi à faire pendant trois ans, avec beaucoup de confiance et de coordination, est inédit, contrairement à ce qui a été écrit. […] Depuis trois ans à mes côtés, il mène avec les gouvernements successifs un travail remarquable et nous avons conduit des réformes importantes, historiques, dans des circonstances souvent très difficiles. Il conduit des réformes importantes et nous avons une relation de confiance qui est d’un certain point de vue unique à l’échelle de la Cinquième République. J’aurais à faire des choix pour conduire le nouveau chemin. Ce sont de nouveaux objectifs d’indépendance, de reconstruction, de réconciliation et de nouvelles méthodes à mettre en œuvre. Derrière, il y aura une nouvelle équipe".

Emmanuel Macron n’a pas souhaité commenter les résultats des élections municipales et de l’échec de La République en marche : 

"Mon rôle n’est pas de commenter la vie politique française. Le président de la République n’est pas un chef de parti. De là où je suis, je félicite tous les maires que les Français se sont donnés et je veux travailler avec eux".

Emmanuel Macron a également été interrogé sur son emploi de l’expression des "jours heureux" et de son allusion au programme du Conseil national de la Résistance. Il s’est confié sur sa vision de la France après la pandémie de la Covid-19 et sur la conduite de sa politique en ces temps de crise :

"Nous sommes en train de bâtir un modèle de protection qui n’a jamais existé ; nous sommes en train de bâtir un modèle de formation sans équivalent, notamment pour les jeunes ; nous sommes en train de créer une nouvelle branche de la protection sociale, celle de la dépendance ; nous sommes en train de refonder l’hôpital comme il n’a pas été refondé depuis 1945 ; nous nous donnons pour objectif de réindustrialiser le pays en réinventant un modèle industriel écologique. Ces quelques chantiers montrent le caractère historique de notre action. Simplement, ils ne se font pas du jour au lendemain. La France des jours heureux, c’est d’abord la France des devoirs. Nos prédécesseurs qui ont reconstruit le pays en 1945 avaient aussi l’esprit de conquête chevillé au corps, le refus de la défaite. Cet esprit de défaite, je le vois trop souvent rôder et ce n’est pas bon pour notre pays".

L'interview du président de la République Emmanuel Macron est à retrouver dans les éditions de vendredi de nombreux titres et de journaux de la presse quotidienne régionale. Le chef de l'Etat s'apprêterait donc à procéder à un remaniement gouvernement pour donner une nouvelle impulsion pour la fin de son quinquennat. Les annonces devraient intervenir dans les prochains jours.

Vu sur : Ouest-France
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 03/07/2020 - 08:34
ouf ! Au moins une bonne nouvelle
"Jamais je ne supprimerai du nucléaire pour remettre de l’énergie fossile car ce serait accepter plus d’émissions de CO2. Supprimer du nucléaire a du sens quand on peut le substituer par du renouvelable non intermittent. Aujourd’hui, nous ne savons pas encore le faire complètement".

Certes "complètement" on ne sait pas le faire... Et c'est pas demain la veille avec les éoliennes.
spiritucorsu
- 02/07/2020 - 23:45
Le roitelet en sursis!
Le seul à croire ou à faire semblant de croire qu'il existe encore alors que son parti d'ectoplasmes vient d'être atomiser à l'issue des élections municipales et que lui même va subir le même sort avec le cataclysme économique,social et politique qui s'annonce pour la prochaine rentrée.Juste un sursis momentané du à la période estivale avant le chemin de la sortie pour celui qui en 3 années à absolument tout raté au point que sa petite personne en est devenue un objet d'exaspération et qu'une fois ce règne calamiteux achevé les Français en effaceront jusqu'à son nom!