En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 16 heures 12 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 19 heures 19 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 20 heures 1 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 11 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 15 heures 42 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 20 heures 15 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 15 heures
© EVARISTO SA, Sergio LIMA / AFP
© EVARISTO SA, Sergio LIMA / AFP
Chaises musicales brésiliennes et polémiques

Brésil : le ministre de la Justice Sergio Moro démissionne en raison "d'ingérences politiques"

Publié le 24 avril 2020
Alors que Jair Bolsonaro est beaucoup critiqué dans les médias pour sa gestion de la crise du coronavirus, le ministre de la Justice brésilien Sergio Moro a démissionné ce vendredi 24 avril. Le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta a également été récemment limogé par Jair Bolsonaro.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Jair Bolsonaro est beaucoup critiqué dans les médias pour sa gestion de la crise du coronavirus, le ministre de la Justice brésilien Sergio Moro a démissionné ce vendredi 24 avril. Le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta a également été récemment limogé par Jair Bolsonaro.

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique du Brésil, Sergio Moro, considéré par de nombreux observateurs comme le plus populaire du gouvernement, a annoncé vendredi 24 avril sa démission en raison "d'ingérences politiques" du président Jair Bolsonaro dans les affaires judiciaires.

"Je vais commencer à rassembler mes affaires et envoyer ma lettre de démission"

Sergio Moro, âgé de 47 ans, s'est exprimé dans le cadre d'un long discours. Il a notamment expliqué que le président Bolsonaro avait, selon lui, "violé la promesse de carte blanche" donnée pour qu'il accepte d'entrer au gouvernement en janvier 2019.

Cet ancien juge anticorruption a décidé de quitter son poste après la décision du chef de l'Etat brésilien d'évincer l'un de ses hommes de confiance, le chef de la Police fédérale Mauricio Valeixo. Sergio Moro s’est expliqué ce vendredi :  

"Le changement à la tête de la Police fédérale sans cause réelle est une ingérence politique, qui entame ma crédibilité et celle du gouvernement. L'autonomie de la Police fédérale est une valeur fondamentale qui doit être préservée dans un état de droit". 

Cette démission fracassante au Brésil intervient huit jours après le limogeage par Jair Bolsonaro d'un autre membre de son gouvernement, le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta, favorable au confinement contre le coronavirus, contrairement au président.

Sergio Moro pourrait avoir officieusement entamé la future élection présidentielle par ce geste et cette décision radicale. Sergio Moro pourrait bien concurrencer Jair Bolsonaro lors des futures élections présidentielles prévues en 2022.

Sergio Moro a été "rendu célèbre" par son travail acharné au sein de la méga-opération anticorruption "Lava Jato" (lavage express) mené contre l’ancien président Lula. L’ancien juge Sergio Moro est considéré comme un héros par de nombreux Brésiliens, même si son impartialité a été sérieusement mise en doute l’an dernier après des révélations fracassantes et suite à la libération de Lula.

Selon des informations du Monde, la publication par le site d’investigation The Intercept Brasil de messages de l’époque où Sergio Moro était juge aurait révélé des manœuvres de sa part avec des procureurs pour empêcher l’icône de la gauche Lula de revenir au pouvoir. Ce scandale et ces révélations ont terni l’image de Sergio Moro.

Décrit par ses pairs comme un magistrat compétent et déterminé, Sergio Moro a néanmoins également été critiqué pour son recours récurrent à la détention provisoire et aux accords avec des inculpés pour obtenir leurs confessions.

La vie politique brésilienne vient donc de connaître un nouveau rebondissement spectaculaire avec cette décision de Sergio Moro. Reste à savoir quelles seront les réactions et les futurs choix de Jair Bolsonaro sur sa politique intérieure et au sein de son gouvernement. 

Retrouvez les publications et les révélations édifiantes de The Intercept sur le scandale Lava Jato et sur les tentatives d'entraves de Sergio Moro pour empêcher le retour de Lula  : Article 1 -  Article 2 - Article 3

Vu sur : Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires