En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 19 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 19 heures 56 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 11 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 15 heures 37 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 20 heures 11 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 15 heures
© PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP
© PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP
Premier bilan de la crise

Coronavirus : Emmanuel Macron "assume totalement" le maintien des municipales et sa stratégie face à l’épidémie

Publié le 15 avril 2020
Emmanuel Macron affirme "assumer totalement" le maintien du premier tour des élections municipales le 15 mars, deux jours avant le confinement et refuse les "procès" en mauvaise gestion sur la question des masques, dans un entretien au Point.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron affirme "assumer totalement" le maintien du premier tour des élections municipales le 15 mars, deux jours avant le confinement et refuse les "procès" en mauvaise gestion sur la question des masques, dans un entretien au Point.

La rédaction du Point a publié un article en ce mercredi 15 avril après une rencontre exclusive avec le chef de l’Etat. Emmanuel Macron a abordé de très nombreux sujets et a tenu à défendre ses choix face à la crise sanitaire. 

Le chef de l'Etat raconte à nos confrères du Point avoir hésité à reporter les élections municipales du 15 mars dernier avant de décider, le 12 mars, de les maintenir, grâce notamment aux avis du Conseil scientifique. 

"Si le Conseil scientifique m'avait dit que les maintenir mettrait la santé des Français en danger, je ne les aurais pas maintenue. J'assume totalement la décision. Si le Conseil scientifique nous éclaire par des avis, il y a tout au long de cette crise un ordre politique et un ordre scientifique. Les choix politiques sont faits par le pouvoir démocratique. […] Le Premier ministre a consulté toutes les forces politiques et personne n'a pensé qu'il fallait les reporter. Il en est de même lorsque je consulte Richard Ferrand et Gérard Larcher. Je ne voulais pas que le pays pense qu'il y avait une manipulation, que les gens puissent se dire que j'avais trouvé là un prétexte pour ne pas les organiser".

Le chef de l’Etat a également évoqué le sujet sensible des risques éventuels de contamination suite à l’organisation des élections municipales :  

"Les gens ont sans doute été davantage contaminés ces jours-là dans les bars ou les sorties en plein air que dans les bureaux de vote".

Le deuxième tour des élections municipales a finalement été reporté. Le gouvernement va décider, suite à un rapport qui sera remis le 23 mai, si ce scrutin sera organisé le 21 juin ou s’il sera à nouveau reporté à l'automne ou en 2021.

Emmanuel Macron a souhaité aussi se défendre sur la question de la pénurie de masques, à l’occasion de cet échange avec les journalistes du Point : 

"Dès le début de la crise, nous faisons le choix de gérer la distribution et de prioriser les personnels soignants et les personnes les plus exposées. Je refuse aujourd'hui de recommander le port du masque pour tous et jamais le gouvernement ne l'a fait. Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible. Les soignants en souhaitent davantage, c'est normal et c'est bien l'objectif de notre agenda de production que de répondre à cette attente. On me fait le procès d'il y a 15 jours, mais moi, sur les stocks, je ne ferai pas le procès de mes prédécesseurs, même si parfois ce serait plus facile".

Le président de la République a reprécisé les enjeux du confinement : 

"La priorité est d'endiguer la dynamique du virus et d'alléger nos services d'urgences et de réanimation. Ensuite, nous aurons une phase intermédiaire. Nous n'aurons pas tout de suite un retour à la vie normale. Peut-être que cette vie ressemblera à celle que nous avons connue au début de l'épidémie, avec ses fermetures et ses contraintes. Pour moi, la priorité est d'abord et avant tout sanitaire, sociale et morale, elle est aussi évidemment économique". 

Emmanuel Macron rappelle les efforts déployés par le gouvernement sur le plan économique et sur la question du chômage partiel : 

"Qu'avons-nous fait ? Peu le soulignent, mais nous avons, si j'ose dire, nationalisé le paiement des salaires ! Pour quiconque emploie des salariés qu'il ne peut pas payer en les faisant travailler, l'État prend en charge, grâce au chômage partiel, une grande partie et parfois la totalité de leur rémunération. Cela n'a jamais existé dans l'histoire économique contemporaine. On s'est mis en situation de préserver l'emploi et les compétences. L'enjeu sera de retrouver ensuite de l'activité. La sortie sera décisive et il nous faudra donner de la visibilité aux acteurs économiques".  

Emmanuel Macron a évoqué aussi sa prise de conscience face à l’épidémie liée à la "polémique" suite aux propos d’Agnès Buzyn dans Le Monde : 

"Cela s'est fait en plusieurs étapes et cela suit d'ailleurs l'évolution des scientifiques eux-mêmes. On comprend que quelque chose de grave se passe en Chine, au début du mois de janvier, mais on n'en connaît pas la nature. Quand je dis "on", je parle d'Agnès Buzyn, qui voit tout de suite le risque, car elle a une expertise sur le sujet".

Le chef de l’Etat réfute le terme de "polémique" : 

"Ce n'est pas du tout une polémique !". 

Il confirme qu'elle l'a prévenu très tôt, comme elle a prévenu Édouard Philippe, de l'imminence d'une catastrophe sanitaire : 

"La ministre de la Santé prévient que ça peut mal évoluer, en effet. Elle dit qu'il faut faire attention. Elle prend donc des décisions très rapidement. Elle commande, avec le directeur général de la Santé (DGS), Jérôme Salomon, du matériel à Santé publique France et elle active les agences régionales de santé. Le dispositif sanitaire de crise s'organise et réagit comme il se doit".

Emmanuel Macron réfute la thèse selon laquelle les régimes autoritaires réussiraient mieux que les démocraties face au coronavirus : 

"Nous avons un débat vivant sur la gestion de cette crise, comme il n'existe pas ailleurs. Je pense que c'est un défi de savoir gérer une pandémie pour une démocratie. Il n'y a jamais eu de moment avec autant d'inconnues dans l'histoire contemporaine".  

Lors de son allocution du lundi 13 avril, Emmanuel Macron a précisé que le confinement en France allait être prolongé jusqu'au 11 mai prochain.  

Vu sur : Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 16/04/2020 - 10:02
re RESPONSABILITES
Il oublie aussi de dire qu'il était aux affaires , au plus haut niveau, avec Hollande depuis 2012 et dans les coulisses avec Attali, Minc etc... auparavant.
Mais alors, il s'agissait de conquérir le pouvoir, pas de gouverner !
cmjdb
- 16/04/2020 - 10:00
RESPONSABILITES
Il ne dit rien sur les notes diplomatiques depuis Novembre 2019 en provenance, de Chine et Sud Est Asiatique. A quand les Raffarinades des "sinobéats" ?
Incompétent, il veut être le CHEF de tout , et vire tous ceux qui lui font de l'ombre.
LOTHARINGIEN 31
- 16/04/2020 - 09:20
J'ASSUME ... et je vous emm.....
Borné , entêté , arrogant , menteur , enfumeur, irresponsable mais coupable , .... il assume ; il est notre CHEF (cf avec le Général de Villiers où il a montré sa personnalité de PETIT chef , hargneux et vindicatif , irrespectueux et prétentieux.. )
Et les Français assument , eux , de voter et revoter pour cet individu . Malheureusement il n'y a pas beaucoup d'autre alternative !