En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Trompé

Comment Alexandre Benalla s'est procuré un badge d’entrée à l’Assemblée nationale grâce à Benoît Hamon

Publié le 19 avril 2019
Le fondateur du mouvement Génération.s s'est expliqué au micro de la cellule Investigation de Radio France sur la façon dont il s'est fait "enfumer" par l'ancien chargé de mission d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le fondateur du mouvement Génération.s s'est expliqué au micro de la cellule Investigation de Radio France sur la façon dont il s'est fait "enfumer" par l'ancien chargé de mission d'Emmanuel Macron.

Ce 19 avril, la Cellule Investigation de Radio France révèle de nouvelles informations sur Alexandre Benalla et son passé au Parti socialiste. On y apprend notamment qu'en octobre 2014, l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron est venu voir Benoît Hamon pour lui demander de lui faire un badge d'entrée à l'Assemblée nationale.

"Comme tout le monde, j’ai été enfumé"

"On se connaissait par le service d'ordre du PS. Il m'a demandé si je pouvais lui accorder un badge pour qu'il ait un accès à la salle de sport de l'Assemblée. Je n'y voyais pas d'inconvénient, j'ai accepté", a expliqué le fondateur du mouvement Génération.s à la cellule Investigation de Radio France. Seul hic, Alexandre Benalla ne faisait alors plus partie du service d'ordre du parti à la rose. Après avoir assuré la protection de la première secrétaire Martine Aubry, puis du candidat à la présidentielle François Hollande et du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, il a été embauché par la société de sécurité privée Velours.  

"Je n’ai fait aucun faux, j’ai transmis une information qu’il m’a donnée. La réalité c’est qu’il a rempli, lui, une fiche qui était fausse. Ça je le découvre maintenant", a assuré Benoît Hamon. "Comme tout le monde, j’ai été enfumé", a-t-il conclu. Selon l'enquête de Radio France, contrairement à ce qu'a affirmé Alexandre Benalla devant la commission d'enquête du Sénat, le badge ne lui permettait pas d'accéder à la salle de sport de l'Hémicycle. Il "lui permettait d'accéder uniquement au bureau de M.Hamon et à la bibliothèque", ont indiqué les services de l'Assemblée nationale. Ce badge a été désactivé au bout de huit mois, en juin 2015, selon l'Assemblée nationale. En tout, Alexandre Benalla avait obtenu deux badges d’entrée à l’Assemblée nationale. Le premier lui avait été attribué en 2013 par la députée du PS Pascale Boistard en tant que "collaborateur bénévole".

Vu sur : Francetvinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 21/04/2019 - 16:46
Lire
Lire désormais Benêt Hamon!
Ajar
- 21/04/2019 - 15:51
Par pitié
Ne plus voir cette tête de bonnet .
boriss
- 19/04/2019 - 14:13
Ca se fait enfumer par un Benalla
et ça veut diriger la France ? Pauvre type.