En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Paroles, paroles, paroles
Grand débat : les principales mesures envisagées par Emmanuel Macron
Publié le 16 avril 2019
RTL dévoile les grandes lignes de ce que le chef de l'État voulait annoncer lors de son allocution prévue lundi 15 avril.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
RTL dévoile les grandes lignes de ce que le chef de l'État voulait annoncer lors de son allocution prévue lundi 15 avril.

Lundi 15 avril, Emmanuel Macron devait clore le "Grand débat". Son allocution télévisée a été annulée à cause de l'incendie de Notre-Dame de Paris. Si personne ne sait encore quand il prendra la parole, RTL pense connaître les grandes lignes de son discours.  

Emmanuel Macron devrait demander aux Français de travailler davantage

"C'est d'abord sur le plan fiscal que le chef de l'État souhaite intervenir, avec une baisse d'impôts en faveur des classes moyennes", explique RTL. Et d'ajouter : "Pour financer cet effort, Emmanuel Macron a décidé de supprimer certaines niches fiscales". Selon la radio, le chef de l'Etat devrait surtout demander aux Français de travailler davantage. "Plusieurs hypothèses sont envisageables : moins de jours fériés, revenir sur la durée de travail hebdomadaire, retarder l'âge de départ à la retraite", croit savoir RTL.  

Il devrait également annonce la réindexation des retraites de moins de 2.000 euros sur l'inflation. La prime défiscalisée, versée à Noël par les entreprises, sera pérennisée. En revanche, Emmanuel Macron "ne reviendra pas sur la suppression de l'ISF", explique RTL. "Enfin, en réponse à l'injustice territoriale, le président a décidé de suspendre toutes les fermetures d'écoles et d’hôpitaux jusqu'à la fin du quinquennat", précise la radio.  

Suppression de l'ENA

En outre, une instauration partielle du Référendum d'initiative citoyenne (RIC) réclamé par les "gilets jaunes" est prévue. Elle concernera uniquement les sujets locaux. "En revanche, le référendum d'initiative partagé qui figure déjà dans la constitution sera facilité. Il faudra moins de 4 millions et demi de signatures comme aujourd'hui", affirme RTL.  Et de conclure : "L'autre annonce, très symbolique, censée répondre aux critiques des gilets jaunes sur l'élitisme à la française : la suppression de l'ENA, l'école de la haute administration".

Vu sur : RTL
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
05.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Thierry Ardisson annonce quitter C8 car "la chaîne n'a plus les moyens de s'offrir Ardisson"
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
03.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
04.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
05.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
06.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 18/04/2019 - 20:07
Problème de la représentativité(suite et fin)
Sont les seules voies possibles.Le reste n'est que manipulation et manoeuvre politicienne.Mais n'est pas De Gaulle qui veut même si comme sa jupitérienne majestée on se prend pour pour le roi soleil.
spiritucorsu
- 18/04/2019 - 20:02
problème de la représentativité.
Le catalogue de mesures que doit annoncer le monarque repose beaucoup sur de belles promesses dont certaines très illusoires( baisse des impôts des classes moyennes )ou très inéquitables(allongement de la durée du temps de travail sans contrepartie donc le retour aux corvées du moyen_âge),sous la houlette d'un dirigeant et d'un parti de godillots fortement contestés par les 3/4 des Français dans une atmosphère sociale et politique des plus tendue et à qui la crédibilité et la confiance font cruellement défauts.Notre bon prince toujours aussi manipulateur prévoit de jeter quelques aumônes aux gueux et aux manants du royaume tout en offrant à la vindicte populaire un symbole comme l'E.N.A. pour mieux masquer et éviter l'essentiel,à savoir le problème de la représentativité de cette caste de noblesse politique qui ne gouverne que pour elle même et qui ne représente plus rien à part ses intérêts.Si le locataire de l'Elysée veut vraiment prendre des décisions fortes et des des mesures puissantes comme annoncées par le sire de Rouen,alors dans la situation de tension actuelle,il faut rebattre les cartes,et le recours au référendum ou la dissolution de l'Assemblée Nationale .
Lubo
- 18/04/2019 - 11:10
Morceler les problèmes et diviser!
Il y a beaucoup d'injustices dans les décisions prise par les gouvernants... Ainsi, fixer des seuils au petit bonheur la chance va provoquer plus que des jalousies, sans doute même du mépris entre concitoyens. Une personne ayant bien travaillé pour avoir une retraite tranquille, 2200 Euros par exemple, va payer 1.7 % de CSG en plus, et qui plus est, ne verra pas le montant de sa retraite indexé sur le coût de la vie. Son voisin par exemple, qui aura "un peu moins bien travaillé", aura quant à lui 1800 Euros de retraite. Par conséquent, il échappe aux 1.7 % de CSG et voit sa retraite indexée sur le coût de la vie. Ces deux là dans quelques temps auront la même retraite, surtout avec ces augmentations de tarifs à répétition! Bravo les technocrates! Et celui qui n'a presque jamais travaillé ne va pas tarder à dépasser les 1000 Euros mensuels, indexés sur le coût de la vie, ne payera qu'une CSG réduite et surtout ne payera pas d'impôts sur le revenu...En prenant en compte des aides cumulés auxquelles il sera éligible , il aura plus d'argent pour vivre que les deux premiers! Travailler plus pour financer la suppression de l'ISF par ex, n'est pas maladroit, mais totalement irresponsable!