En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
"BADI"
Une « brigade anti-discriminations » lancée par le gouvernement à partir du 15 avril
Publié le 14 avril 2019
Le but est de mettre en relation les victimes avec les acteurs de la lutte contre les discriminations.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le but est de mettre en relation les victimes avec les acteurs de la lutte contre les discriminations.

Dans une tribune dans le journal Le Parisien, Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes) et Julien Denormandie (ministre de la Ville et du Logement) ont annoncé le lancement à partir du 15 avril d’une « brigade anti-discriminations  (BADI). Cette dernière, en lien avec plusieurs partenaires publics ou privés (dont la DILCRAH, SOS Racisme, le MRAP, SOS Homophobie…) a pour objectif de mettre en relation les personnes victimes de discriminations et les acteurs de la lutte contre ces dernières.

« La première mission confiée à la BADI, avec l’appui de Facebook France, sera de mettre à disposition de chacun une plateforme d’alerte, de mise en relation entre victimes et acteurs de la lutte contre les discriminations » expliquent-ils dans la tribune.
La deuxième mission de cette brigade sera de « sensibiliser la société » et la troisième d’évaluer « la pertinence des politiques publiques existantes et de proposer des mesures concrètes et efficaces ».

Les auteurs de la tribune concluent : « Nous en sommes convaincus : pour en finir avec les clivages que connaît notre société, la solution repose sur la considération de chaque citoyen pour ce qu’il est : un citoyen. Pas plus. Mais pas moins. »

 

Vu sur : Le Parisien
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
05.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Thierry Ardisson annonce quitter C8 car "la chaîne n'a plus les moyens de s'offrir Ardisson"
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
03.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
04.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
05.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
06.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
padam
- 14/04/2019 - 19:54
Dénoncez, dénonçons, encore et toujours...
Voilà une bonne et saine initiative qui a le mérite de bien clarifier la nature profonde du progressisme. Au siècle passé, que ce soit à Moscou, à Berlin ou encore chez Mao, on a vu à l'oeuvre ce genre de brigades qui avaient pour mission de pourchasser inlassablement, notamment grâce à délation institutionnalisée, tout "ennemi" supposé de l'idéologie totalitaire en place. C'est à dire tous ceux qui pouvaient ou auraient pu penser et s'exprimer en dehors des lignes fixées par le régime, afin de les éliminer d'une manière ou d'une autre, sinon, comble de l'hypocrisie, afin de les "rééduquer", pour leur bien cela va de soi. Eh bien, avec madame Schiappa qui a été à la bonne école de papa et qui connaît bien ses classiques, on en (re)vient là chez nous aujourd'hui. Quel progrès, chapeau bas!
J'accuse
- 14/04/2019 - 17:10
Ministres et associations cherchent victimes désespérement
Le budget global ? La rémunération des membres de la brigade ?
L'égalité hommes-femmes et la politique de la Ville incluent donc la question du racisme et de l'homophobie... Ils n'ont pas assez de boulot dans leurs domaines de compétence ?
"Sensibiliser la société": en clair, cela veut dire dépenser de l'argent pour faire passer de la pub bien-pensante qui n'aura aucun résultat.
"Évaluer la pertinence des politiques publiques": deux ministres s'instituent juges des politiques publiques... Quelle est leur autorité ? Leur légitimité ?
"Pour en finir avec les clivages": une brigade financée par de l'argent public au service d'associations privées, avec le soutien de Facebook, permettra d'en finir...
On aimerait bien en finir avec ces ministres qui gaspillent notre argent pour faire croire qu'ils sont utiles et servir leurs carrières.