En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© CC
Extinction
Les insectes pourraient disparaître d'ici un siècle
Publié le 11 février 2019
Selon une étude, le nombre total d'insectes dans le monde diminue de 2,5% par an.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude, le nombre total d'insectes dans le monde diminue de 2,5% par an.

On savait les abeilles en danger mais c'est en fait l'ensemble des insectes qui est concerné : 41% de toutes les espèces sont menacés d'extinction. C'est ce qu'a montré une étude de scientifiques de l'Université de Sydney publiée dans la revue Biological Conservation et qui prévient que 2,5% de la masse totale des insectes diminue chaque année. C'est huit fois plus rapide que la disparition des mammifères, oiseaux et reptiles ! D'ici un siècle, l'extinction pourrait être totale.

Si on rentre plus dans les détails, il est expliqué que depuis 10 ans 68% des phryganes, 53% des papillons et 46% des abeilles ont disparu. Des chiffres alarmants qui sont évidemment dus à l'activité humaine (agriculture intensive, utilisation des pesticides et urbanisation) mais aussi au changement climatique, aux maladies ou encore l'introduction d'espèces envahissantes.

Cette étude a pour but d'alarmer le monde entier car les insectes ont un rôle essentiel dans l'écosystème. Ils permettent la pollinisation des fleurs et des plantes et font partis de la chaîne alimentaire de certaines créatures (poissons, reptiles, amphibiens...). Les chercheurs parlent de « sixième extinction de masse », la première depuis la mort des dinosaures il y a 66 millions d'années.

L'Union Européenne a commencé à réagir en interdisant les néonicotinoïdes (pesticides) l'année dernière.

Vu sur : DailyMail
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
05.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
06.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
07.
La métamorphose déroutante et préoccupante du paysage médiatique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 11/02/2019 - 22:38
Je me marre
Moi aussi j'ai une boule de cristal, qui prédit la disparition totale des ... écolos d'ici 15 ans.
Au XVIIIe siècle, l'économiste Malthus avait annoncé qu'en 1850, la Terre ne pourrait plus nourrir toute la population, et qu'il fallait donc réduire les naissances. A cette date, il n'y avait qu'un peu plus d'un milliard d'humains sur la planète; aujourd'hui, nous sommes plus de 7 milliards, qui se nourrissent mieux qu'avant.
Les calculs actuels sont faits selon les mêmes algorithmes...
Jardinier
- 11/02/2019 - 17:43
Ce n'est pas parce qu'elles baissent qu'elles sont
Menacées d'extinction, elles s'adaptent à un environnement moins favorable. La courbe actuelle ne préjuge pas de ce qui va se passer.