En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

02.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 15 heures 39 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 16 heures 58 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 17 heures 30 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 18 heures 13 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 19 heures 31 sec
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 20 heures 36 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 23 heures 18 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 15 heures 50 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 17 heures 6 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 17 heures 44 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 20 heures 52 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 22 heures 53 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 13 heures
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Défense

Nicolas Sarkozy : "Il n'y a que la haine, la boue, la médiocrité, la calomnie"

Publié le 22 mars 2018
Au lendemain de sa mise en examen, l'ancien président de la République est venu s'expliquer au JT de TF1.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain de sa mise en examen, l'ancien président de la République est venu s'expliquer au JT de TF1.

Visage grave. Ton combatif. Nicolas Sarkozy est venu au JT de TF1, jeudi soir, pour se défendre. Mis en examen la veille, dans le cadre du financement de sa campagne présidentielle en 2007, l'ancien président de la République entame probablement une longue procédure judiciaire.

"Je veux dire la profondeur de mon indignation. Je suis venu ici parce que je dois aux Français la vérité : je n'ai jamais trahi leur confiance" a-t-il expliqué dès le début de l'interview. Revenant sur sa garde à vue, il s'étonne de cette procédure : "Les faits remontent à dix ans, l'enquête a commencé il y a 5 ans. Je dois avoir dépassé les 150 heures de garde à vue et d'entrevues diverses. Qu'est-ce qui pouvait bien justifier la garde à  vue ?" a-t-il lancé. "Je ne suis pas au-dessus des lois, mais je en suis pas en dessous" a-t-il affirmé.

Concernant l'enquête sur sa campagne de 2007, il juge être le seul candidat avoir été passé "au laser", rappelant le  non-lieu concernant l'affaire Bettencourt où le financement de sa campagne était aussi remise en cause. "Savez-vous le chiffre qu'ont formulé les policiers dans leur procès-verbal ? 38 000 euros, ce qui représente 0,0018% du budget de campagne" explique-t-il. "On est bien loin des allégations de Kadafi et de Mediapart." 

Relancé sur les accusations des juges, il estime que "les indices, on ne peut pas dire qu'ils soient concordants." Selon lui, les chiffres des supposés dons diffèrent en fonction des accusateurs, mettant à mal cette fameuse "concordance". Il assure, par ailleurs, ne "pas avoir été mis en difficulté" par les juges lors de sa garde à vue et soutient "qu'aucun élément nouveau n'a été produit

Reprenant ses justifications, publiées ce matin dans le Figaro, il réaffirme que le document officiel, sorti par Médiapart, n'est pas authentique. "Il existe une forte probabilité pour que le document Mediapart soit un faux" explique-t-il, en lisant un document qu'il présente comme policier. Il a de nouveau pointé du doigt les "incohérences" de dates sur plusieurs éléments de l'enquête. Sur Twitter, le journaliste Fabrice Arfi a rappelé, de son côté, que la justice avait rejeté, par deux fois, le recours pour "faux et usage de faux" de l'ancien président de la République.

Nicolas Sarkozy a ensuite évoqué son contrôle judiciaire, qui l'empêche de rencontrer Claude Guéant ou encore Brice Hortefeux. "Si j'avais voulu me mettre d'accord avec eux, j'avais 5 ans pour le faire" a-t-il ironisé. Il a souligné son amitié pour ses anciens ministres mais a aussi renvoyé Brice Hortefeux à sa propre défense. "S’il a eu des rapports avec untel ou untel, il s’en expliquera lui-même. Mes proches s'expliqueront et je leur fais confiance. Mais je ne peux pas être accusé au titre de mes liens avec untel ou untel. Il faut des preuves, c'est trop grave."

A plusieurs reprises, l'ancien chef d'Etat s'est attaqué au "sinistre" Ziad Takieddine qu'il assure n'avoir jamais rencontré aux dates présentées."Il a menti plusieurs fois, j'ai des preuves. Il affirme m'avoir croisé le 27 janvier 2011 et m'avoir donné une valise. Il n'a pas de chance : j'ai la preuve que je n'étais pas à Paris ce jour-là, ni la veille, ni le lendemain" explique Nicolas Sarkozy. Mais il s'en est aussi pris à Mediapart et directement à Edwy Plenel, évoquant une "bande de mafieux" et de "menteurs."

"Il n'y a pas une preuve matérielle. Il n'a que la haine, la boue, la médiocrité, la calomnie" a-t-il martelé, balayant d'un revers de main les soupçons qui pèsent sur lui. "Je ferai triompher mon honneur (…) Je suis blessé pour notre pays, pour la fonction que j'ai exercé."

Nicolas Sarkozy a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Selon RTL, il n'a pas le droit de rencontrer 9 personnalités, dont Claude Guéant, Brice Hortefeux, Ziad Takieddine ou encore l'ancien patron du renseignement intérieur Bernard Squarcini. Enfin, il est interdit de se rendre dans 4 pays : l'Égypte, la Tunisie, la Libye et l'Afrique du Sud.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 26/03/2018 - 00:12
Je voulais écrire...en 2007
il n’est absous que pour cette triche-là...le reste de ses tricheries reste à son crédit!
vangog
- 26/03/2018 - 00:11
En même temps...
Sarko-le-tricheur nous a évité la dinde Royalen 2017...rien que pour cette raison, il est pardonné...
cloette
- 23/03/2018 - 15:44
oui
C'était du grand Sarkozy . Il fut largement élu en 2007, et les mains se tendent toujours quand il passe, avec une foule non triée comme pour les autres . Il a du charisme, c'est ainsi , on en a ou n'en a pas . Mais son charisme déclenche aussi la haine. Il ne laisse pas indifférent .