En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 3 heures 39 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 4 heures 13 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 6 heures 3 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 7 heures 13 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 8 heures 23 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 12 heures 38 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 13 heures 3 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 4 heures 52 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 6 heures 37 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 8 heures
© JOEL SAGET
© JOEL SAGET
En colère

Les présidents de régions claquent la porte de la Conférence des territoires

Publié le 28 septembre 2017
En cause, la suppression de l'enveloppe de 450 millions d'euros de crédits pour 2018.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cause, la suppression de l'enveloppe de 450 millions d'euros de crédits pour 2018.

Ce jeudi, les présidents de régions réunis en congrès à Orléans ont annoncé qu’ils se retiraient de la Conférence des territoires instaurée par l’exécutif. En cause, des baisses de crédits. En effet, en ouverture du congrès, le Premier ministre, Edouard Philippe, avait annoncé la suppression de 450 millions d'euros de crédits pour 2018. "Nous avons décidé de ne pas intégrer le fonds exceptionnel de 450 millions d'euros dans le montant de la TVA qui vous sera alloué", a-t-il déclaré.

Le gouvernement prié de revoir sa position

En colère, les présidents de région jugent cette décision "inacceptable" et la considèrent comme un non-respect des engagements de l'État. Ils ont donc décidé de se retirer de la Conférence des territoires, mise en place par Emmanuel Macron en juillet dernier et qui rassemble toutes les collectivités locales et leurs associations. Alors qu'elle doit se réunir à nouveau en décembre, François Bonneau (PS, Centre-Val-de-Loire) annonce que "les régions se retirent de la Conférence territoriale et ne participent pas à partir d'aujourd'hui à des discussions sur des réformes qui sont le faux nez d'une reprise des responsabilités qui leur ont été confiées". "On ne peut avoir confiance en aucune manière en un gouvernement qui nous retire de façon totalement injuste 450 millions d'euros", affirme-t-il.

Même son de cloche du côté des Républicains. "Nous ne serons pas au rendez-vous de la concertation avec l'Etat si le gouvernement ne revoit pas sa position", a annoncé le président de Régions de France, Philippe Richert (LR, Grand Est), lors d'un point presse commun des présidents de région."Comment entrer en discussion sur des sujets importants si on n'a pas d'abord la confiance", s'est-il interrogé.

"On se fait toujours balader"

Dans les colonnes du Monde, le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand a jugé que l'on arrive "à la fin du chemin entre l'État et les régions". "Il y aura un avant et un après Orléans (...). On vient nous dire 'on avait pris deux engagements, on en tient un sur deux, dites-nous merci'. Je ne dis pas merci. On se fait toujours balader", fustige-t-il, appelant à "couper les ponts avec l'État.

Dans Libération, Renaud Muselier, président LR de Paca, explique que "l'ensemble des présidents de régions étaient positifs au sujet du gouvernement, et ce matin la fronde est totale contre le discours du Premier ministre, et forcément contre le président".

L'exécutif ne peut honorer "les chèques en bois de ses prédécesseurs"

Face à ces critiques, Matignon a réagi, en déclarant que le gouvernement "ne peut que regretter" la décision des régions de quitter la Conférence nationale des territoires, mais "reste ouvert au dialogue" avec les exécutifs régionaux. Selon Le Point, l'entourage d'Édouard Philippe estime qu'"il est faux de dire que les moyens alloués par l'État aux régions sont en baisse" dans le budget 2018. Mais l'exécutif ne peut honorer "les chèques en bois de ses prédécesseurs", qui avaient promis de faire bénéficier les régions "de manière permanente de 450 millions d'euros de ressources fiscales supplémentaires", a-t-on justifié.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 28/09/2017 - 20:57
Richert le pourri n'est pas content?
Ça rendrait le gouvernement sympathique !
l'enclume
- 28/09/2017 - 17:28
Tout en gueule !!!!!!!
vangog - 28/09/2017 - 16:11 Xavier Bertrand n'est plus en marche?.."
En ce moment, il serait plutôt En Marche Arrière Toute
vauban
- 28/09/2017 - 16:32
Il faut quand même reconnaître
Qu'il est temps,d'arrêter de biberonner a tout va ces hobereaux clientelistes et de réfréner leur addiction la dépense publique territoriale électorale et sociale