En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© Capture d'écran France 2
© Capture d'écran France 2
Grand oral

"L'Émission politique" : revivez l'intervention d'Emmanuel Macron

Publié le 06 avril 2017
L'ancien ministre de l'Économie a répondu aux questions de Léa Salamé et David Pujadas pendant plus de deux heures, jeudi soir sur France 2.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien ministre de l'Économie a répondu aux questions de Léa Salamé et David Pujadas pendant plus de deux heures, jeudi soir sur France 2.

23h20 : FIN DE CE DIRECT

Selon les résultats du sondage réalisé pendant "L'Émission politique", Emmanuel Macron a été jugé convaincant par 47% des Français ayant suivi l'émission. Le journaliste Karim Rissouli évoque le "meilleur score" réalisé par un candidat invité dans "L'Émission politique". 

>>>> À lire aussi : Valéry Macron : pourquoi le vrai père caché du candidat d’En Marche! est en fait le Président Giscard d’Estaing

Emmanuel Macron aborde la thématique de l'immigration : "Je suis contre le multiculturalisme, mais je suis pour l'intégréation, et l'intégration ne nie pas ce que chacun est (…) Je ne crois pas qu'on aie besoin de retrouver la France des années 50 pour conquérir l'avenir. Ca, je vous l'accorde, je ne le partage pas avec François Fillon".

"La vrai réforme je la fait là, elle n'a jamais été faite, mon ami (…) C'était la méthode de François Fillon quand il était Premier ministre, de faire des petites réformes, des petits ajustements. (...) J'ai été ministre pendant deux ans et je n'ai pas arrêté de faire", lance Emmanuel Macron à Bruno Retailleau. 

Emmanuel Macron débat maintenant avec Bruno Retailleau, porte-parole de François Fillon et président des Républicains au Sénat. 

Face à Jean-Claude Madeleine, maire de Sinnmary, Emmanuel Macron évoque la situation en Guyane : "On doit renforcer la police aux frontières. On a ensuite besoin d'une vraie relance économique, et d'aider la collectivité territoriale, et on a besoin d'un engagement fort en matière de santé".

Interrogé par un chauffeur Uber, Emmanuel Macron répond : "Je n'ai jamais considéré qu'il fallait fermer Uber. Il y a de nouvelles formes d'économies. Je suis favorable aux nouvelles formes d'activités, à l'émancipation de certains secteurs. Je me suis battu pour qu'il y ait des entrepreneurs ou salariés qui, dans le cadre des VTC, puissent développer leur activité. Mais je ne suis pas pour que ce soit le Far-West". 

Emmanuel Macron aborde la question de la fiscalité sur le patrimoine immobilier : "Je n'augmente pas d'un centime la fiscalité sur le patrimoine immobilier en France, ni sur le patrimoine ni sur les successions (…) Ce n'est pas un cadeau. J'ai besoin d'avoir des Français qui financent l'économie française. Si vous voulez miser sur le patrimoine, je ne vous sanctionne pas. L'argent qui est mis dans l'immobilier n'est pas de l'argent qui permet de créer de l'emploi. Par contre, si vous gagnez de l'argent que vous investissez dans une entreprise, c'est un argent qui fait fructifier l'économie française. À ce moment-là c'est un argent que vous faites fructifier et je le sors de l'ISF. J'assume cela". 

Emmanuel Macron est maintenant confronté à "l'invité surprise", François Ruffin, candidat aux l'élections législatives et réalisateur de "Merci Patron !". 

Emmanuel Macron répond à une question de David Pujadas sur son patrimoine : "J'ai bien gagné ma vie quand j'ai travaillé dans le secteur privé. J'ai payé beaucoup d'impôts. Je ne suis pas quelqu'un qui aime l'argent. Sinon je n'aurais pas quitté le secteur privé. Ce patrimoine a augmenté mais j'avais beaucoup d'endettement quand j'ai quitté la fonction publique. Je ne suis pas quelqu'un qui a été aidé par mes parents. J'ai remboursé mes emprunts avec l'argent que j'ai gagné". 

Emmanuel Macron évoque la question nucléaire : "Je ne fais pas partie de ceux qui veulent fermer le nucléaire d'ici 5 ans. Mais je veux le réduire parce que c'est une bonne chose de réduire notre dépendance à cette énergie. Je suis pour une transition. On a le droit de ne pas être enfermé dans une boîte. Ceux qui vous disent qu'ils sont contre le nucléaire vous mentent. Comme ceux qui sont pour son maintien total. J'assume la défense du nucléaire, je n'ouvrirai pas de nouvelles centrales à charbon. Mais je veux réduire le nucléaire et développer les énergies renouvelables".

"Je ne gouvernerai pas avec ceux qui ont gouverné. Je porte une alternance profonde. Je ne propose pas la grande revanche. Je dis pour la première fois: je veux faire venir des gens de la société civile dans la vie politique. Et je veux rassembler le centre, le centre droit, les gaullistes sociaux, la droite européenne. Ceux qui me soutiennent sont en faveur de l'Union européenne. Quand vous soutenez François Fillon, vous soutenez quelqu'un qui a voté contre Maastricht. Il y a un monde entre nous. Certains ont des désaccords chez nous, mais tous sont pour une réforme profonde de la société", assure Emmanuel Macron. 

Interrogé par Léa Salamé, Emmanuel Macron a tout d'abord évoqué la situation en Syrie : "Nous avons besoin d'avoir un dialogue extrêmement exigeant avec la Russie (...) Elle n'a pas nos valeurs ni nos préférences (…) Notre priorité ce sont les terroristes, on doit d'abord les éradiquer. Et ensuite il faut construire une transition politique en Syrie. (...) Ma volonté est de sortir Bachar Al-Assad, mais pas au prix de la stabilité politique en Syrie". 

Selon le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud-Radio, le fondateur du mouvement "En Marche !" est crédité de 24% d'intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle. Emmanuel Macron est ainsi donné au coude à coude avec Marine le Pen, créditée quant à elle de 24,5%. 

Vu sur : Vu sur France 2
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 12:44
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire? 

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales. 

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant. 
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions. 
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié.
bd
- 12/04/2017 - 12:44
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
l'enclume
- 07/04/2017 - 10:44
Toujours aussi nul !
La traîtrise personnifiée, ce gugusse n'assume même pas son passage auprès de son mentor "j'allais écrire menteur" de Hollande. Pourquoi si c'était si effroyable, ne s'est-il pas barré avant ?