En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
En catimini

Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron propose (discrètement) une baisse de 100 milliards d'euros des dépenses publiques

Publié le 19 janvier 2017
"Revenir à 50 % de dépenses publiques rapportées au PIB, c'est crédible à horizon 2022", avait déclaré l'ancien ministre de l'Économie à l'université d'été du Medef en 2015.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Revenir à 50 % de dépenses publiques rapportées au PIB, c'est crédible à horizon 2022", avait déclaré l'ancien ministre de l'Économie à l'université d'été du Medef en 2015.

Si le candidat le plus associé à la baisse des dépenses publiques est le vainqueur de la primaire de la droite et du centre, François Fillon, Emmanuel Macron propose lui aussi, mais de manière moins explicite, de réduire la dépense publique de 100 milliards d'euros, c'est-à-dire ramener celle-ci à 50 % du PIB en 2022.

Comme le rappelle l'hebdomadaire Le Point, qui note que le candidat maintient cet objectif sur le site Vision Macron, l'ancien ministre de l'Économie avait déjà abordé le sujet à l'université d'été du Medef en 2015, lorsqu'il était encore en fonctions :

"Nous devons progressivement habituer notre économie à se déshabituer de la réponse facile que les gouvernements, je dois dire de toutes couleurs, ont, historiquement, jusqu'ici utilisée, c'est-à-dire la dépense publique. Quand on a une difficulté, on y répond par de la dépense publique en corrigeant les inégalités que l'économie aurait créées sans vouloir chercher à les prévenir. Quand quelque chose ne repart pas assez vite, on met de la dépense publique pour permettre de faire un choc conjoncturel. Lorsqu'on a 57 % de dépenses publiques rapportées au PIB, ce n'est plus possible. Ce n'est plus possible parce que c'est reporter le problème sur les générations à venir, c'est créer une iniquité intergénérationnelle nouvelle, c'est considérer que le traitement de nos difficultés d'aujourd'hui, les jeunes le paieront demain et que ça n'est pas notre problème. C'est avoir une forme de discours irresponsable quand on croit à l'Europe, ce qui est mon cas, et lorsqu'on constate que la moyenne des pays de la zone euro est de huit points inférieure à la nôtre. Notre ambition, notre perspective, c'est d'ici 2022 de revenir à 50 % de dépenses publiques rapportées au PIB . Ce n'est pas aberrant, certains diront ce n'est pas assez, parfois ceux qui l'ont largement augmenté, d'autres diront c'est trop. Revenir à 50 % de dépenses publiques rapportées au PIB, c'est crédible à horizon 2022", avait-il déclaré. 

 

 

>>>> À lire aussi : Emmanuel Macron pourra(it)-il survivre à un soutien officiel des hollandais

 

 

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 20/01/2017 - 14:35
Le vrai Danger c'est lui
Moins de Public et vendre tous les bijoux de famille à ses copains du privé comme l'Aéroport de Toulouse très rentable....
Les journaux nous font croire qu'il est de gauche, mais en fait c'est Fillon à la puissance 10.
Thierry Gueyffier
- 20/01/2017 - 06:52
Candidat ou ex-ministre ?
Il n'est pas certain que le candidat Macron en 2017 soit engagé par les propositions du ministre Macron en 2005 devant le Medef.
Il est certain par contre que Macron sait qu'on ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment. Toute sa campagne le prouve.
Enfin, détailler finement son programme est plus du domaine d'un ministre que celui d'un candidat à la présidentielle, comme Mitterrand l'avait rétorqué à Giscard dans leur fameux duel télévisé.
cloette
- 19/01/2017 - 13:41
Rèputation surfaite
de Macron . Florian Philippot a réussi l'Ena comme lui , mais de plus HEC qui est une grande école plus difficile à réussir que sc po . De qui Macron est il le nom ? Enfumeur, illuminé, parachuté ( par qui ? ) , faux nez ? C'est avant tout quelqu'un chargé de porter l'idéologie de la mondialisation pure et dure sans froutière avec migrants nombreux encore et encore , dilution des nations et nouveau monde , celui d'Attali ,