En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 18 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 40 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 21 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 25 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 57 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 heures
© Reuters
© Reuters
V comme vendetta

Les purges en Turquie : après les médias, Erdogan s'en prend aux entreprises

Publié le 29 juillet 2016
Ce vendredi 29 juillet, les purges déclenchées par le régime turc après le putsch raté du 15 juillet ont franchi un cap. Après avoir fermé les médias, Erdogan s'attaquent aux entreprises. Les dirigeants de la holding Boydak ont été arrêtés.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce vendredi 29 juillet, les purges déclenchées par le régime turc après le putsch raté du 15 juillet ont franchi un cap. Après avoir fermé les médias, Erdogan s'attaquent aux entreprises. Les dirigeants de la holding Boydak ont été arrêtés.

Depuis le putsch raté du 15 juillet, le président turc, Erdogan, inquiète. Après avoir annoncé trois mois d'état d'urgence, il a intensifié la purge. Plus de 60 000 personnes ont été suspendues de leurs fonctions, des militaires, des enseignants, des journalistes.

Les médias touchés en plein fouets

En effet, 130 médias ont été interdits et pas moins de 89 mandats d'arrêts ont été émis contre des journalistes ces trois derniers jours. 45 journaux, 16 chaînes de télévision, 3 agences de presse, 15 magazines, 23 stations de radio et 29 maisons d'édition ont été fermés dans le pays.

Les médias visés par les grandes purges du pouvoir n'ont pas participé directement au putsch raté du 15 juillet, mais selon le régime, ils sont liés d'une manière ou d'une autre à la confrérie de Fethullah Gülen, l'instigateur désigné du coup d'État. L'allié d'hier, devenu l'ennemi d'aujourd'hui, est pour l'heure exilé aux États-Unis.

Trois dirigeants de la holding Boydak arrêtés

Ce vendredi 29 juillet, les purges ont également touché les milieux économiques. Trois des principaux dirigeants de la holding familiale Boydak ont été arrêtés, et des mandats d'arrêt ont été émis contre trois autres pour des liens supposés de cette entreprise avec la fondation Gülen.

Boydak, créé en 1957, est un des principaux conglomérats familiaux qui constituent l'épine dorsale de l'économie turque. Ce groupe très actif dans l'ameublement, la chimie, le textile, l'acier, la logistique, le commerce et l'énergie, emploie plus de 14 000 personnes directement. Ses dirigeants avaient déjà arrêtés brièvement en mars dernier pour le même motif mais avaient reçu le soutien du patronat turc, Tiusad et de l'ancien président du pays, Abdullah Gül, un temps présenté comme un pendant conciliant à l'actuel chef de l'État au sein du parti islamiste AKP.Mustafa Boydak, le patron du groupe éponyme, est également le président de la Chambre de commerce de Kayseri, une ville au développement rapide symbole des " Tigres d'Anatolie ", ces municipalités ayant prospéré depuis l'arrivée au pouvoir de Recep Erdogan en 2003 et dont le dynamisme économique ont, en retour alimenté la popularité de ce dernier.

Les investisseurs cruciaux pour l'équilibre financier du pays

Ce raid a de quoi inquiéter les investisseurs , dont l'implication dans l'économie turque est vitale pour combler un déficit des paiements courants parmi les plus importants des grands pays du monde. Ce déficit atteignait encore 4,6 % l'an dernier, après avoir frôlé 10 % en 2011. Une confiance déjà ébranlée par les purges menées par le régime, au vu de la chute de la livre turque à de nouveaux planchers historiques. Le chef du renseignement américain, James Clapper, avait estimé la veille que l'ampleur de ces purges allait "rendre la coopération plus difficile avec les Turcs", notamment du fait que les interlocuteurs habituels de Washington sont sous les verrous. Des propos que le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a jugé "malheureux". Recep Tayyip Erdogan a pour sa part qualifié le général Joseph Votel, patron de l'État-major américain pour le Proche Orient de "partenaire des putschistes". La Turquie est pourtant membre de l'OTAN.

Vu sur : Lu sur Les Echos
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires