En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 7 heures 22 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 8 heures 20 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 11 heures 17 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 14 heures 49 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 15 heures 7 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 15 heures 53 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 16 heures 27 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 7 heures 52 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 9 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 11 heures 37 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 14 heures 4 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 16 heures 29 min
© DR
© DR
Suite

Mur des cons : le parquet fait appel du renvoi en procès de la présidente du Syndicat de la magistrature

Publié le 19 février 2015
L'affaire avait été révélée par Atlantico en avril 2013.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire avait été révélée par Atlantico en avril 2013.

Françoise Martres, la présidente du Syndicat de la magistrature, sera renvoyée en procès dans l'affaire du mur des cons. En avril 2013, Atlantico avait diffusé des images d'un local du syndicat. Sur un large panneau, étaient épinglées les photos de personnalités politiques (Michèle Alliot-Marie, Nadine Morano, Brice Hortefeux, Eric Woerth, Nicolas Sarkozy etc.) et médiatiques (David Pujadas, Yves Thréard, Jacques Attali, Alain Minc etc.).

Françoise Martres avait été mise en examen pour "injures publiques". Le parquet avait requis un non-lieu pour la présidente du syndicat, estimant les faits prescrits. Mais les juges en ont décidé autrement. Le Syndicat de la magistrature s'était défendu, qualifiant le mur de "défouloir" et regrettant des images captées à son insu "dans un lieu privé". 

Le parquet a annoncé qu'il faisait appel du renvoi en procès.

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 20/02/2015 - 11:28
Vite, vite Marine pour qu'on rigole un peu
vangog - 19/02/2015 - 23:05 - Vous dites cela parce que les juges enquêtent sur les magouilles de la petite entreprise Le Pen and Co.
ISABLEUE
- 20/02/2015 - 11:16
juges petits pois des ordures qui vont jusqu'à insulter
le père d'une gamine assassinée. Des jaloux, des haineux...
A gerber

Quelle honte !
lexxis
- 20/02/2015 - 10:41
LES JUGES ONT-ILS LE DROIT D'INSULTER LIBREMENT DES CITOYENS?
La Justice rend ses décisions au nom du peuple français Or les cons ou prétendus tels en font bel et bien partie. Ces juges font également douter de leur impartialité vis-à-vis des personnalités, qui sont des justiciables, qu'ils clouent ainsi au pilori . Enfin on a franchi les bornes de l'innommable,  quand ce syndicat affiche parmi les cons le père d'une victime lâchement assassinée.Certes la justice a parfaitement les moyens d'évacuer ce procès ou ceux déjà en cours à ce propos. Mais tous les Magistrats qui sont  également soucieux de leur propre dignité et de celles des gens qu'ils jugent (ajoutons la Garde des Sceaux en tant que  garante du bon fonctionnement de l'institution judiciaire),  doivent savoir qu'ils ont un moyen imparable de déconsidérer la profession de Magistrat  auprès de l'ensemble des citoyens et sans doute pour très longtemps. C'est tout simplement de ne pas désavouer publiquement et solennellement ce sinistre mur des cons et d'éviter par divers moyens  - dont le droit est si riche - que ses auteurs soient légitimement et justement sanctionnés.