En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
Berlin, 6 jan 2020 (AFP) - Les menaces du président américain Donald Trump de sanctionner l'Irak "ne sont pas d'une très grande aide", a regretté lundi le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas, qui redoute aussi la fin de l'accord sur le nucléaire iranien.

"Je ne pense pas qu'on puisse convaincre l'Irak avec des menaces, mais plutôt avec des arguments", a souligné M. Maas sur la radio publique Deutschlandfunk.

En Irak, "nous nous sommes beaucoup engagés, non seulement en termes militaires, mais aussi dans l'aide à la stabilisation, afin de reconstruire ce pays, de créer des infrastructures", souligne-t-il.

"Tout cela risque d'être perdu si la situation continue à évoluer de cette manière", redoute M. Maas, qui veut s'assurer que l'Irak ne devienne pas le "théâtre d'une guerre par procuration entre d'autres pays", les Etats-Unis et l'Iran.

M. Trump a menacé l'Irak de sanctions "très fortes" si les troupes américaines devaient quitter le pays, après le vote dimanche du Parlement irakien pour réclamer leur expulsion.

M. Maas confie avoir eu au téléphone son homologue américain, Mike Pompeo, "qui ne semblait pas très heureux que nous ne soyons pas d'accord à 100% au téléphone avec l'approche des Etats-Unis".

"Je pense qu'il est important que les Européens soient unis sur cette question, ce n'est que dans ces conditions que l'Europe pourra jouer un rôle dans ce débat", explique M. Maas, plaidant pour une réunion "dans de brefs délais" des ministres européens des Affaires étrangères pour "adopter une position" commune.

M. Maas a en outre estimé que la décision de l'Iran de s'affranchir de toute limite sur l'enrichissement d'uranium risquait d'être "le premier pas" vers la fin de l'accord sur le nucléaire signé en 2015, "ce qui serait une grande perte".

"Ce que l'Iran a annoncé n'est plus conforme à l'accord. C'est pourquoi nous allons nous réunir aujourd'hui avec la France et la Grande-Bretagne pour décider, ensemble, comment nous allons réagir cette semaine", fait valoir le ministre.

La décision iranienne ne restera "certainement pas sans réaction de notre part", a prévenu le ministre allemand.

Publié le 06/01/2020 11:39