En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
Évry, 10 déc 2019 (AFP) - Le procès en appel de deux ex-skinheads, condamnés en première instance à 11 et 7 ans de prison pour leur implication dans la mort du militant antifasciste Clément Méric lors d'une rixe à Paris en 2013, s'est ouvert mardi à Evry.

Le procès aurait dû débuter lundi devant la cour d'assises de l'Essonne, mais a dû être reporté deux fois à cause de l'absence d'Esteban Morillo, le plus lourdement condamné en première instance.

Finalement amené mardi après-midi par les gendarmes et sur demande de la cour depuis l'Aisne où il réside, il a expliqué à la barre, en jeans et chemise blanche froissée, qu'il n'avait pas trouvé de moyen de transport pour venir sur place à cause de la grève contre la réforme des retraites.

Aujourd'hui âgés de 27 et 26 ans et assis côte à côte sur des chaises face à la cour, Esteban Morillo et le second accusé, Samuel Dufour, ont écouté le rappel des faits lu par le président sans ciller.

Le 5 juin 2013, Clément Méric, étudiant de 18 ans qui se remettait d'une leucémie, s'est écroulé sur le bitume à Paris lors d'une brève rixe entre militants d'extrême gauche et skinheads d'extrême droite, après une rencontre fortuite dans une vente privée de vêtements de la marque Fred Perry.

En première instance en 2018, Esteban Morillo avait été reconnu coupable par la cour d'assises de Paris d'avoir frappé et mortellement blessé Clément Méric "vraisemblablement" avec un poing américain.

Lui, 20 ans à l'époque des faits, a dès le départ reconnu avoir asséné deux coups de poing, un "réflexe" alors qu'il se "sentait menacé", a rappelé le président à l'audience.

M. Morillo a cependant toujours soutenu avoir porté ces coups à mains nues, a-t-il expliqué à la barre, interrogé sur les raisons de son appel. "Je pense que j'ai été condamné trop lourdement, et à tort concernant le poing américain. Il n'y en a jamais eu", a-t-il affirmé.

"On m'a condamné pour un crime que je n'ai pas commis: avoir tué Clément Méric", a pour sa part répondu Samuel Dufour, condamné à 7 ans en première instance. S'il n'a pas frappé Clément Méric, il avait empêché ses camarades de lui venir en aide en se battant avec eux, avait estimé l'avocat général lors de son premier procès.

Les deux hommes avaient quitté la salle menottes aux poignets mais été remis en liberté sous contrôle judiciaire quelques mois après avoir fait appel de leur condamnation.

La mort du jeune homme avait choqué l'opinion et fait ressurgir le spectre des violences d'extrême droite poussant le gouvernement à dissoudre plusieurs groupuscules d'ultradroite, notamment Troisième voie, dont étaient proches les accusés.

Le verdict est attendu vendredi 20 décembre.

Publié le 10/12/2019 07:46