En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

03.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 12 min 22 sec
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 6 heures 56 sec
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 20 heures 23 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 21 heures 26 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 23 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 48 min 44 sec
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 3 heures 21 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 20 heures 11 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 20 heures 58 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 22 heures 25 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 1 jour 56 min
Paris, 8 nov 2019 (AFP) - Le ministre de la Culture Franck Riester a dit vendredi réfléchir à un dispositif qui obligerait les plateformes de streaming musical, comme Deezer ou Spotify, à mieux mettre en avant les artistes francophones, dans un souci d'équité avec les radios françaises.

Depuis la rentrée et l'annonce du projet de réforme de l'audiovisuel porté par M. Riester, les groupes radiophoniques réclament des mesures pour rétablir une forme d'égalité réglementaire par rapport aux plateformes de streaming. Ces dernières échappent totalement aux règles en matière de quotas d'artistes francophones, créées dans les années 1990.

Les radios souhaiteraient globalement que ces quotas soient assouplis et réclament notamment la suppression de la règle dite de "plafonnement des rotations", apparue en 2016, qui les contraint à diversifier leur liste de titres francophones.

"Les quotas de musique francophones sont très pertinents, ils ont des résultats, puisqu'on voit bien qu'il y a une émergence très importante de nouveaux artistes français", a estimé Franck Riester, sur l'antenne d'Europe 1, fermant ainsi la porte à un abandon des quotas francophones.

"En revanche, ce qui n'est pas logique c'est qu'il y ait une rupture d'égalité, d'équité, entre les radios et les plateformes de streaming, donc nous sommes en train de travailler à des dispositifs qui obligent les plateformes de streaming aussi à exposer mieux les contenus francophones", a-t-il affirmé.

Une des pistes évoquées par les professionnels du secteur serait d'obliger les plateformes de streaming à augmenter la part des titres d'artistes francophones dans leurs "playlists".

- Un système instauré en 1994 -

Dans une déclaration à l'AFP, Ludovic Pouilly, président du Syndicat des éditeurs de services de musique en ligne (ESML, organisme qui défend les intérêts des plateformes), a estimé en substance qu'une telle mesure serait injustifiée et affaiblirait tout un pan de l'industrie musicale.

"La comparaison des services musicaux en ligne avec les radios n'est pas justifiée" et "un dispositif similaire à celui des quotas radios, créerait une asymétrie avec les autres canaux de distribution musicaux tels que les distributeurs physiques, bien plus comparables à nos plateformes", a-t-il plaidé.

De plus, le président de l'ESML a assuré qu'il n'y a aujourd'hui "aucune indication d'une anomalie de marché qui justifierait ou nécessiterait l'intervention du législateur", et estime le streaming musical, "principale source de croissance de l'industrie musicale en France", forme encore "un secteur fragile, qui doit être soutenu par les pouvoirs publics".

Les quotas francophones instaurés en 1994 obligent les radios à diffuser aux heures d'écoute significative un minimum de 40% de chansons d'expression française, dont la moitié au moins provenant de nouveaux talents ou de nouvelles productions.

Du fait du "plafonnement des rotations", si plus de la moitié de ces quotas est concentrée sur dix titres, les diffusions supplémentaires de ces titres ne sont pas prises en compte.

De son côté, la filière musicale française a protesté contre l'idée d'assouplir les quotas appliqués aux radios, estimant qu'elles "ne sont pas une source de contrainte ni de complexité".

fpo/ial/sd

SPOTIFY

Publié le 08/11/2019 06:55