En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 12 min 52 sec
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 2 heures 24 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 4 heures 54 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 10 heures 31 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 1 heure 23 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 4 heures 38 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 5 heures 14 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 10 heures 22 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 11 heures 38 min
Bourges, 17 oct 2019 (AFP) - Les présidents de département, très offensifs, ont rejeté jeudi à Bourges (Cher) le mode de compensation de la suppression de la taxe d'habitation annoncé par le gouvernement et déploré un manque d'ambition de l'exécutif en matière de décentralisation.

"On nous enlève tout simplement l'autonomie financière, la possibilité de lever l'impôt et d'avoir un rapport avec nos concitoyens sur l'impôt", a martelé le président de l'Assemblée des départements de France, Dominique Bussereau, en ouverture du congrès de l'ADF.

La suppression totale de la taxe d'habitation d'ici 2023 doit être compensée par le transfert aux communes de la part de la taxe sur le foncier bâti qui revenait aux départements, soit environ 14,5 milliards d'euros annuels, ces derniers recevant pour leur part une part de TVA.

Très présent depuis la rentrée lors des congrès d'élus locaux, le Premier ministre Edouard Philippe n'est pas invité à Bourges, où plusieurs membres du gouvernement, dont la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, doivent cependant s'exprimer en clôture vendredi.

Le gouvernement a garanti que chacune des collectivités concernées par la réforme sera compensée "à l'euro près", mais pour l'ADF, "le compte n'y est pas". "La TVA est une recette fluctuante", "au fil des années on finit par oublier la compensation, le taux d'inflation, et au bout d'un certain temps ça peut se terminer très mal", fait valoir M. Bussereau (ex-LR).

La demande des départements d'un relèvement du plafond des frais de notaire (DMTO) pour accroître leurs ressources a par ailleurs été rejetée par le gouvernement, qui rappelle l'objectif de baisse des prélèvements qu'il s'est fixé. Un refus très mal perçu par les présidents de départements.

"La TVA est une bonne piste", fait-on valoir de source gouvernementale. Les régions ont obtenu en 2016 une part de TVA, qui progresse en moyenne de 3% par an, pour compenser la dotation globale de fonctionnement de l'Etat (DGF) et en sont satisfaites, souligne-t-on.

- Frictions sur la décentralisation -

"Que veut faire le gouvernement ? Utiliser la TVA, qui est un impôt national dynamique pour essayer de payer des dépenses sociales nationales dynamiques" -comme les allocations individuelles de solidarité (AIS) et le RSA- a résumé mercredi Sébastien Lecornu, le ministre chargé des Collectivités territoriales.

Les tensions restent vives sur le sujet en dépit des rencontres ces dernières semaines entre l'exécutif et les représentants des départements.

Autre sujet de friction avec l'exécutif : la nouvelle étape de décentralisation annoncée pour 2020.

"Le mot décentralisation a du mal à passer dans les gosiers ministériels", déplore le président de l'ADF, qui plaide pour "une franche décentralisation par laquelle l'Etat se concentre sur ses missions régaliennes mais sort des missions de la vie quotidienne pour lesquelles sa présence n'est plus nécessaire".

Comme il l'avait fait lors du congrès des régions, début octobre à Bordeaux, le président du Sénat Gérard Larcher a proposé aux élus d'écrire le projet de décentralisation avec l'ensemble des groupes politiques du Sénat, pour le confronter ensuite au texte du gouvernement.

"Il faut qu'on écrive ensemble le projet pour la nouvelle génération de la décentralisation", a-t-il lancé. "Qu'on ne l'écrive pas contre l'Etat ou l'exécutif, le temps n'est pas aux guerres de tranchées", a-t-il souligné, mais pour "retrouver un Etat qui est en dialogue avec les territoires".

Le 1er octobre, Edouard Philippe avait indiqué aux représentants des régions que des concertations débuteraient prochainement entre l'Etat et les élus pour réfléchir aux dispositifs à mettre en place dans le cadre du projet de décentralisation.

Publié le 17/10/2019 05:12