Paris, 12 juin 2019 (AFP) - Le Premier ministre Edouard Philippe a appelé mercredi les entreprises à mettre en place "un dispositif d'intéressement" pour leurs salariés afin de "pérenniser" la prime exceptionnelle de fin d'année.

"La prime exceptionnelle de fin d'année qu'avait annoncée le président de la République sera reconduite pour un an en 2020, avec le même régime défiscalisé dans la limite de 1.000 euros par bénéficiaire", a affirmé M. Philippe dans son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.

"Pour que cet élan soit pérenne, les entreprises devront, pour verser la prime exceptionnelle, mettre en place un dispositif d'intéressement au profit de leurs salariés avant le 30 juin 2020", a-t-il ajouté.

Pour permettre aux entreprises de mettre en place ce dispositif, le Premier ministre a annoncé des mesures de simplification.

"Nous les y aiderons, en simplifiant la mise en place des accords d'intéressement dans les PME, en les autorisant à tester ces accords sur un an au lieu de trois, en mettant à la disposition des PME des accords-types opposables à l'administration", a-t-il affirmé.

Dans un communiqué, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a déploré cette décision.

"Il est regrettable, alors que le président de la République avait annoncé son maintien en l'état, que la prime exceptionnelle désocialisée et défiscalisée soit désormais assujettie à l'obligation de mettre en place un accord d'intéressement", a-t-elle réagi.

Lors de sa conférence de presse de fin avril, Emmanuel Macron avait plaidé pour une "association accrue des salariés dans la gouvernance des entreprises".

En France, "championne d'Europe" de l'actionnariat des salariés, ceux-ci détenaient en 2018 environ 4% du capital de leur entreprise, contre 1,68% pour la moyenne européenne, selon la Fédération européenne de l'actionnaire salarié.

Les entreprises recourent à deux mécanismes principaux: le fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) par l'intermédiaire duquel les salariés peuvent acquérir des actions, souvent avec des abondements de leur employeur ou des décotes sur le prix, ou l'octroi d'actions gratuites.

Publié le 12/06/2019 06:37
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent