En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 38 min 36 sec
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 3 heures 53 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 4 heures 29 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 9 heures 37 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 10 heures 54 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 1 heure 39 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 4 heures 9 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 5 heures 7 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 9 heures 46 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 11 heures 22 min
Bogota, 15 mai 2019 (AFP) - La justice colombienne a ordonné mercredi la "libération immédiate" d'un ancien chef de l'ex-guérilla Farc, Jesus Santrich, sous le coup d'une demande d'extradition des Etats-Unis pour trafic de drogue.

La Juridiction spéciale de paix (JEP), chargée de juger les crimes du conflit armé en Colombie, "applique la garantie de non-extradition à Seuxis Paucias Hernandez", le vrai nom de Santrich, et "ordonne au parquet sa libération immédiate", a annoncé la JEP sur Twitter.

Jusqu'ici, la JEP avait suspendu son extradition faute de preuves suffisantes.

Dans la foulée, le procureur général de Colombie Néstor Humberto Martinez a présenté sa démission pour protester contre la décision de la JEP avec qui les tensions étaient notoires depuis plusieurs mois.

"Ma conscience et mon attachement à l'Etat de droit m'interdisent (de libérer Jesus Santrich), c'est pourquoi j'ai présenté ma démission de manière irrévocable de mon poste de procureur général de la nation", a déclaré Martinez lors d'une allocution à Bogota.

La décision adoptée par la JEP "défie l'évidence (et les preuves) apportées par les Etats-Unis (...), les preuves sont concluantes, indéniables", a ajouté Martinez, avocat de renom de 65 ans, qui a appelé les Colombiens à manifester.

En parallèle, depuis fin 2018, les appels à la démission de Néstor Humberto Martinez se multiplient: son nom était alors apparu dans des médias colombiens qui avaient révélé ses liens avec le scandale de corruption Odebrecht, du nom du géant brésilien du BTP, qui éclabousse tout le continent.

Selon ces révélations, Martinez, qui était alors l'avocat de la société de services financiers Corficolombiana, elle-même associée d'Odebrecht en Colombie, était au courant des irrégularités du groupe de construction et ne les a pas dénoncées.

Odebrecht a distribué pendant plus d'une décennie un total de 788 millions de dollars dans une dizaine de pays latinoaméricains pour remporter des contrats, selon le ministère américain de la Justice (DoJ). Le groupe a admis avoir versé 32,5 millions de dollars de pots-de-vin rien qu'en Colombie.

Âgé de 52 ans et malvoyant, Jesus Santrich, négociateur de l'accord de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), aujourd'hui désarmées, avait été arrêté en avril 2018 à la demande de la justice américaine, qui l'accuse de conspiration pour l'envoi de 10 tonnes de cocaïne aux Etats-Unis entre juin 2017 et avril 2018.

Selon les Etats-Unis, il s'est donc livré au trafic de drogue après la signature de l'accord de paix fin novembre 2016. Lui se défend et parle d'un "montage".

Ce pacte octroie des bénéfices judiciaires aux anciens acteurs du conflit armé qui avouent leurs crimes et dédommagent les victimes, et prévoit qu'aucun chef de l'ex-guérilla ne soit extradé pour des actes commis avant sa signature.

Le parti Farc n'a cessé de dénoncer les accusations portées contre Jesus Santrich, les qualifiant de "montage juridique" et exigeant sa libération.

Cette affaire a suscité un malaise parmi les anciens rebelles et obscurci la mise en oeuvre de l'accord de paix, qui a mis fin à une confrontation armée de plus d'un demi-siècle entre l'Etat colombien et la plus ancienne guérilla du continent américain.

Publié le 15/05/2019 10:13