Paris, 12 fév 2019 (AFP) - L'homme soupçonné d'avoir incendié un véhicule de la mission antiterroriste Sentinelle samedi, en marge de la treizième journée de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris, a été mis en examen et placé en détention provisoire mardi, a-t-on appris de source judiciaire.

Agé de 25 ans et originaire de la région bordelaise, ce suspect a été mis en examen dans le cadre d'une information judiciaire ouverte notamment pour "dégradations d'un bien appartenant à autrui", "dégradations par un moyen dangereux de biens destinés à l'utilité publique", "violences aggravées" et "violences sur une personne dépositaire de l'autorité publique", a précisé cette source.

Appartenant à la mouvance de la gauche radicale et fiché S (pour Sûreté de l'Etat), il avait été interpellé samedi après quatre heures de filature dans la capitale, selon des sources policières.

Le suspect "vient de la mouvance anarcho-libertaire", avait annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui avait exprimé son "indignation" et son "dégoût" après l'attaque du véhicule.

Les enquêteurs le soupçonnent également d'être impliqué dans l'incendie d'une Porsche et dans des violences ayant visé un fourgon de l'administration pénitentiaire, non loin des Champs-Elysées.

Selon le ministère de la Justice, samedi vers 17H30, ce fourgon ramenait un détenu qui avait fait l'objet d'une extraction médicale vers la maison d'arrêt de Nanterre quand il a été "pris à partie dans les rues de Paris par des manifestants +gilets jaunes+".

Samedi, la 13e journée de mobilisation des "gilets jaunes" a réuni en France 51.400 personnes selon le ministère de l'Intérieur et 118.222 selon le "nombre jaune", décompte réalisé par le mouvement.

Dans la capitale, des incidents ont éclaté devant l'Assemblée nationale, où un manifestant âgé d'une trentaine d'années a eu une main arrachée.

Sur le parcours, du mobilier urbain et des distributeurs de banque ont été vandalisés et une dizaine de véhicules incendiés, principalement des voitures de luxe.

Au total, 45 personnes ont été interpellées à Paris et 42 placées en garde à vue, selon les autorités.

Parmi ces dernières, 8 ont fait l'objet d'une comparution immédiate et 16 procédures ont été classées sans suite, a indiqué mardi le parquet de Paris.

Publié le 12/02/2019 09:00
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
07.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
01.
Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise