Ljubljana, 11 fév 2019 (AFP) - La Slovénie a accusé lundi le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini et le président italien du Parlement européen Antonio Tajani d'avoir cherché à occulter les responsabilités du fascisme italien dans la Seconde guerre mondiale, évoquant une tentative de "révisionnisme".

Les deux hommes ont tenu des propos "inadmissibles" concernant le massacre d'Italiens par des partisans yougoslaves à la fin de la Seconde guerre mondiale, a estimé le président slovène Borut Pahor, dans une lettre adressée à son homologue italien Sergio Mattarella.

Lors d'une cérémonie organisée dimanche à Basovizza, près de la frontière slovène, M. Tajani avait évoqué "des milliers de victimes innocentes tuées parce qu'elles étaient italiennes", faisant bondir les autorités slovènes.

Les massacres commis dans des fosses ("foibe", en italien) montagneuses par les partisans de Tito dans les derniers mois du conflit visaient principalement des fascistes ou des collaborateurs de fascistes et n'avaient pas de dimension ethnique, selon Ljubljana. Or ces déclarations "laissent penser que les +foibe+ relevaient du nettoyage ethnique", a souligné M. Pahor.

"C'est un cas sans précédent de révisionnisme historique. Le fascisme était un fait et son objectif était de détruire le peuple slovène", a pour sa part estimé dans un tweet le Premier ministre slovène de centre-gauche, Marjan Sarec.

M. Tajani, un représentant du Parti populaire européen (conservateur), avait conclu son discours en lançant "vive l'Istrie italienne, vive la Dalmatie italienne", dans une allusion à ces deux provinces adriatiques slovène et croate jadis contrôlées par l'Italie.

S'exprimant lundi devant le Parlement européen, M. Tajani a assuré que ses références à l'Istrie et la Dalmatie "italiennes" n'étaient en aucun cas une "revendication territoriale".

"J'évoquais les exilés italophones d'Istrie et de Dalmatie, leurs enfants et petits-enfants dont beaucoup étaient présents à la cérémonie" de dimanche, a-t-il ajouté, assurant qu'il n'était pas "dans mon intention d'offenser qui que ce soit".

M. Salvini avait pour sa part tiré un parallèle entre "les enfants morts à Auschwitz et les enfants morts à Basovizza".

Près de 75 ans après la fin du conflit, les massacres des "foibe" restent un point sensible dans les relations italo-slovènes. Les estimations du nombre de victimes divergent, de quelques centaines à plus de 10.000.

C'est le Premier ministre conservateur Silvio Berlusconi qui avait instauré en 2004 une journée nationale pour les victimes italiennes de la région, auxquelles seule l'extrême droite italienne rendait jusqu'alors hommage dans un pays longtemps embarrassé par son passé fasciste.

Publié le 11/02/2019 10:15
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?