À Propos

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses publications
Atlantico éditions
Aidé par de grands auteurs comme Irving Fisher, Milton Friedman ou Jacques Rueff, mais également par des auteurs dont on parle bien trop peu en France comme Scott Sumner, Mathieu Mucherie propose, avec cet A-book, une lecture originale des évènements économiques survenus en zone euro depuis 2008.
Ses Contributions
Nouveau livre

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

Sur la question du fond, Thomas Piketty ne fait quasiment pas d'analyse économique. La valeur ajoutée de cette somme sont les données, issue d'une œuvre d'historien et de sociologue politique. Thomas Piketty ne parle jamais de monnaie.
16/09/2019 - 08h37
19 8
Matriarcat

Pourquoi Christine Lagarde est en train de démontrer qu’elle a plus de pouvoir qu’Emmanuel Macron

La future présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde s'est prononcée en faveur du maintien de la politique monétaire actuelle de soutien à l'économie de la zone euro.
01/09/2019 - 09h03
102 14
Blablabla

Pourquoi le G7 n'est plus qu'une longue opération de communication

Le G7 se tient à Biarritz depuis ce samedi et jusqu'à lundi soir. Un G7 marqué par la quantité de sujets évoqués, sujets qui paraissent pourtant échapper au contrôle des pays présents à la table des discussions.
25/08/2019 - 17h10
2 7
Enjeux d'avenir

Mondialisation, inégalités, dérèglement climatique : qui du capitalisme ou des Etats est-il le plus dans l’impasse ?

Interrogé par le Point, Bruno Le Maire a critiqué un capitalisme dans l’impasse, rejetant d’un côté le « capitalisme financier américain » et le « capitalisme d'Etat chinois ». Il a insisté sur certains défauts du capitalisme : hausse des inégalités à l’échelle mondiale, problèmes environnementaux, montée des régimes autoritaires.
26/07/2019 - 08h26
22 16
Perdants économiques

Ce que les opposants au CETA ne comprennent pas au libre-échange

Le projet de loi sur la ratification du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, CETA doit être voté ce mardi 23 juillet. Si les droits de douanes devraient être supprimés sur 98% des biens échangés, il se pourrait qu'il y ait davantage de perdants économiques.
23/07/2019 - 08h53
0 4
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours