À Propos

Bertrand Vergely est philosophe et théologien.

Normalien, agrégé de philosophie et professeur de khâgne, il enseigne également à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'Institut Saint-Serge.

Il est l'auteur de plusieurs livres dont notamment La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001), Le Silence de Dieu : face aux malheurs du monde (Presses de la Renaissance, 2006) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010).

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

Plus nous attendons, moins il sera possible d’endiguer la vague de l’islam radical sans violence ni atteinte à la démocratie.
19/10/2020 - 10h39
55 27
Psychologie problématique

Génération immaturité : ces névroses personnelles qui plombent nos débats politiques

L’écrivaine Pauline Harmange affirme dans son livre sorti jeudi dernier qu’elle déteste les hommes et tout ce qu’ils représentent, que ce sont presque des figurants.
04/10/2020 - 10h30
14 5
Bonnes feuilles

La vie, un combat de tous les instants

Bertrand Vergely publie "La Vulnérabilité ou la force oubliée" chez Le Passeur éditeur. Il est nécessaire de sortir de l'opposition du couple fort-faible et de la violence qu'il engendre. Cela est rendu possible grâce à la vulnérabilité, la plus grande force qui soit. Extrait 2/2.
04/10/2020 - 12h09
2 0
Bonnes feuilles

La vulnérabilité, cette force oubliée

Bertrand Vergely publie "La Vulnérabilité ou la force oubliée" chez Le Passeur éditeur. Il est nécessaire de sortir de l'opposition du couple fort-faible et de la violence qu'il engendre. Cela est rendu possible grâce à la vulnérabilité, la plus grande force qui soit. Extrait 1/2.
03/10/2020 - 11h02
5 1
Revendications

Génération radicale : des jeunes écolos angoissés aux jeunes musulmans, la même crise du sens?

Selon un sondage Ifop pour la fondation Jean Jaurès, 74% des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l’Islam avant la République alors qu’ils sont 25% parmi les 35 ans et plus. De nombreux jeunes issus de mouvements écologistes radicaux estiment que leurs revendications lors des manifestations et des marches pour la défense du climat ne sont plus écoutées. S’agit-il de la même crise du sens ?
10/09/2020 - 10h00
7 4
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours