En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
Pique-Assiette ?

Doggy bag : les Français résistent aux tentatives de les convertir

Publié le 27 février 2014
Bien que le phénomène reste marginal en France, le doggy bag fait fureur outre-Atlantique. Partir d'une bonne table en emportant les restes semble étranger aux "gène français"...
Jean-Pierre Corbeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corbeau est Professeur de Sociologie de la consommation et de l’alimentation à l’Université de Tours où il est responsable de la licence professionnelle de « Commercialisation des vins ».
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que le phénomène reste marginal en France, le doggy bag fait fureur outre-Atlantique. Partir d'une bonne table en emportant les restes semble étranger aux "gène français"...

Atlantico : Le doggy bag est une pratique qui consiste à emporter avec soi les restes d'un plat commencé au restaurant. L'idée ne prend manifestement pas en France. Pourquoi ? Qu'y a-t-il de fondamentalement différent entre le doggy bag, et le service à emporter de certaines tables ?

Jean-Pierre Corbeau : D'un point de vue sociologique, il y a deux types de comportements. L'un, plus aristocratique, l'autre plus populaire, et sans faire dans la subtilité (tout en évitant néanmoins la caricature grossière), nous sommes tous relativement issus de ces modèles-ci. L'un comme l'autre ont un rapport à la nourriture très différent : si, dans les milieux aristocratiques et bourgeois, il est important de ne pas terminer son plat, de façon à montrer d'une part que l'on est distingué et d'autre part que l'on est loin d'être tributaire d'un aliment ; il est en revanche particulièrement important de tout manger dans les milieux plus populaires. Si les premiers ne sont pas dépendants d'un aliment quelconque, les seconds doivent, au contraire, lutter contre la famine et la disette qui restent encore ancrées dans les esprits, même si l'épée de Damoclès n'est plus aussi consciente qu'auparavant. Il est donc logique, dans le premier cas, qu'on ne reparte pas avec les reste qu'on s'est efforcé de ne pas manger, tandis qu'on s'efforce de ne rien laisser (et donc n'avoir rien à remporter) dans la deuxième situation. La tradition française veut néanmoins qu'on partage, à table. Et si, à la maison, conserver les restes parait normal (on peut les cuisiner de nouveau ensuite), il n'en va pas de même au restaurant.

Le service à emporter de fast-food de Mac Donald's (par exemple) reste dans cette logique : soit, il s'agit de manger seul dans sa voiture et auquel cas c'est l'élément purement pratique qui entre en jeu, soit il s'agit de partager un repas avec des amis, notamment chez les adolescents.

Plusieurs tentatives non fructueuses auraient échaudé les Français. Ce désamour entre les Français et le doggy bag vient-il d'un certain mépris ? Notre peuple est maintes fois reconnu pour son sens de la gastronomie. Peut-on parler d'une forme de dédain ?

Quelle que soit la catégorie sociale, le repas gastronomique à la française est régie par une idée maîtresse : le bon goût, et ce dans tous les sens du terme. Quand on parle de quantité, ce qui se distingue, c'est la notion de juste milieu. S'il ne faut pas qu'il n'y en ai pas assez et que l'on reste sur notre faim, il ne faut néanmoins pas qu'il y en ai trop. C'est dévalorisant pour l'aliment. En fait, le principe de doggy bag s'attire une forme de mépris de la part des Français puisque le simple concept de préparer plus de nourriture que nécessaire leur parait aberrant. C'est, selon eux, une forme de non-respect de l'aliment cuisiné (dès lors que la volonté d'en préparer trop est présente, la situation n'est pas la même quand il s'agit d'une erreur) puisque que la quantité semble se substituer à la qualité. Alors, oui, on peut parler de dédain. Encore une fois, il n'est pas nécessairement conscient, mais il est dû à la programmation d'un grammage bien trop lourd, qui provoquerait un lourd excèdent. C'est néanmoins dans une logique de restaurant qu'il se manifeste, et non une logique à domicile, ou cet excèdent peut avoir un côté affectif, ou tout simplement être cuisiné de nouveau.

Pourtant, le doggy bag présente bien des avantages, ne serait-ce qu'en termes d'économie. Si les Français se laissaient séduire, la baisse des aliments gâchés serait-elle significative ? Ou s'agit-il d'un mirage ?

En France, la tendance empêcherait en quelque sorte cette baisse qu'on a pu constater ailleurs. Et pour cause : si, aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou dans les pays Anglo-Saxons, les gens peuvent gâcher à ce niveau-ci de la consommation, nous tâchons d'avantage de réguler ce gâchis en amont. Il s'agit de mieux contrôler les grammages pour que les portions correspondent aux désidératas des convives. L'idée d'augmenter les parts, ou fournir des grands contenants, dont on sait fort bien qu'il est inimaginable qu'un individu mange ça dans l'instant. Prenons l'exemple de Mac Donald's, à nouveau. Quand un jeune prend un énorme paquet de frites, c'est toujours pour les partager. Emporter des frites chez soi, pour un Français, ne fait aucun sens. Et ce, que ce soit des frites, des pattes ou de la salade. L'anti-gaspillage, c'est de prévoir en amont et de n'avoir que ce qui convient. Sauf à vouloir une hyperproduction en amont, cet avantage est balayé.

Enfin, sociologiquement, quelle est la traduction de ce phénomène ? Quelle évolution de la société représente-t-il ?

Le doggy bag est souvent cité avec humour, mais ne marche que dans le cadre d'invitations, préparé ou acheté par les hôtes. Il est donc associé à un certain lien affectif : car ce que tu n'as pas pu manger avec moi, tu peux l'emporter chez toi et tu le mangeras en pensant à moi. C'est ce qu'on appelle, en Suisse, un pochon. Loin d'être une contrainte, il traduit encore une fois ce partage, et le lien affectif qui y est indéniablement lié. A l'inverse des Etats-Unis, ou on se rend dans un restaurant en sachant qu'on remportera quelque chose, le phénomène ne prend pas en France. Même en ce qui concerne le vin… Les tables qui pratiquent cet us anglo-saxon sont très marginales. Il y a bien sûr quelques personnes qui demandent à repartir avec la bouteille, ou même la fin du plat, elles n'en sont pas moins très minoritaires : les gens ne souhaitent pas paraître thénardier. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Skagerrak
- 27/02/2014 - 22:52
Les parts US
sont 2 fois plus grosses que chez nous . En général nos portions sont justes suffisantes pour avoir la bonne dose de calories , donc nous finissons nos assiettes , sauf si c'est dégueu . Il faut essayer de ramener à la maison la bouteille inachevée , faut voir ..
anakyn
- 27/02/2014 - 16:41
C'est vrai
"dans les milieux aristocratiques et bourgeois, il est important de ne pas terminer son plat, de façon à montrer d'une part que l'on est distingué et d'autre part que l'on est loin d'être tributaire d'un aliment"

mais aujourd'hui, ce n'est plus vraiment le cas ! En effet, si dans ces milieux, il était de coutume de flanquer à la poubelle les plats et autres restes des convives, les ménagères rechignent désormais à jeter toute forme de nourriture.
Il n'est pas rare de voir de bonnes bourgeoises, voire des nobliaux genre fin de race qui n'hésitent pas à faire les fins de marchés pour glaner des fruits ou légumes perdus.
florius
- 27/02/2014 - 12:52
Collector!!!
"dans les milieux aristocratiques et bourgeois, il est important de ne pas terminer son plat, de façon à montrer d'une part que l'on est distingué et d'autre part que l'on est loin d'être tributaire d'un aliment"
Franchement faut pas avoir honte pour dire de tels inepties....
Mr Corbeau vis dans un monde parallèle (le début du 19eme siècle).

Son vocabulaire est tres drole: "Bourgeois" et "aristocratique".

Encore merci continuer a écrire on se régale (sans jeu de mot)