En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 2 heures 58 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 8 heures 32 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 9 heures 27 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 13 heures 4 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 3 heures 48 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 9 heures 8 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 14 heures 13 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 15 heures 32 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 1 heure
Éditorial

Intermittents du spectacle : les employeurs aussi savent profiter du système

Publié le 18 février 2014
Et c'est reparti pour la polémique sur le régime de chômage des intermittents du spectacle ! 700 personnes étaient réunies hier soir au théâtre du Rond-Point à Paris pour protester contre la suggestion du MEDEF de supprimer ce statut particulier aux artistes et aux techniciens du monde de la culture. Un débat marqué d’abord par l’outrance et la caricature des arguments des « pour » et des « contre ».
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et c'est reparti pour la polémique sur le régime de chômage des intermittents du spectacle ! 700 personnes étaient réunies hier soir au théâtre du Rond-Point à Paris pour protester contre la suggestion du MEDEF de supprimer ce statut particulier aux artistes et aux techniciens du monde de la culture. Un débat marqué d’abord par l’outrance et la caricature des arguments des « pour » et des « contre ».

« Nous demandons la suppression du MEDEF, qui lui aussi coûte trop cher ». Quelques jours après la proposition de Pierre Gattaz de supprimer le régime spécial de chômage des artistes et des techniciens du spectacle, c’est au tour des intermittents de lancer une pétition (humoristique, expliquent ceux qui en sont à l’origine) pour appeler à la disparition du syndicat patronal. La nature de cet échange qui voit démarrer une négociation où la proposition de chacun des protagonistes est l’éradication de l’adversaire illustre bien la passion et souvent l’outrance qui entourent toute discussion sur le statut des intermittents du spectacle.

Ce régime correspond aux conditions d’exercice particulières de la plupart des métiers du spectacle. En effet, un comédien de théâtre est payé au cachet lorsqu’il joue sur scène et un musicien ne gagne sa vie que lors de ses concerts. Le temps de travail consacré à la création, à apprendre son texte, à faire ses gammes ou aux répétitions ne leur est pas rémunéré. C’est pour compenser ce manque que les indemnités chômage des intermittents sont prévues, tout comme pour les techniciens du spectacle (décorateur, régisseur, électricien, chef opérateur au cinéma…) qui travaillent le plus souvent exclusivement en « mode projet », d’un spectacle ou d’un film à l’autre et qui doivent bien pouvoir payer leur loyer entre deux missions. Les annexes 8 et 10 de ce régime spécial de chômage prévoient donc des indemnisations beaucoup plus avantageuses que le régime traditionnel : trois mois et demi de cotisations ouvrent droit à huit mois d’indemnités, les cotisations retraite sont versées à l’intermittent qu’il travaille ou pas et les intermittents consomment l’intégralité de leurs droits à indemnisation puisqu’ils cumulent dans un même mois leurs cachets les jours où ils sont représentation, en concert ou en tournage et leurs indemnités les jours sans spectacle…

Les outrances de ceux qui défendent ce statut commencent par le chantage à la culture qui ressort comme un lapin d’un chapeau chaque fois qu’on évoque une réforme de ce statut. La richesse de la création culturelle serait selon eux irrémédiablement liée au statut de l’intermittence. Car tout le monde sait qu’il n’existe aucun danseur de talent en Allemagne, que les Etats-Unis sont incapables de produire des films et que le théâtre britannique est mort depuis Shakespeare, puisque le statut d’intermittent n’existe dans aucun de ces pays ! (Dans aucun autre pays que la France, en fait.) Aussi car tout le monde sait que la création culturelle française a été multipliée par vingt - vingt fois plus de concerts, de ballets, de pièces de théâtres, de spectacles de marionnettes - ces trente dernières années, puisque c’est à peu près le coefficient multiplicateur du nombre d’intermittents en France sur la même période, passés de 10 000 aux débuts des années quatre-vingts à 250 000 aujourd’hui.

De la même façon, lier les retombées économiques de la culture à l’immuabilité du statut des intermittents du spectacle revient à nier le succès des festivals en Italie, la puissance de la production audiovisuelle américaine ou l’engouement pour les ballets en Allemagne…

Les intermittents plongent dans un autre excès lorsqu’ils adoptent la technique du hérisson qui se met en boule et sort les piquants dès que sont évoqués les abus. Les profiteurs du système existent. Tous les intermittents du spectacle l’ont au moins une fois constaté. Le déni n’est jamais une position de défense tenable très longtemps. Dans le même esprit, le rejet idéologique du « patronat » et du capitalisme, revendiqué par bon nombre de responsables de troupes de théâtre ou de salles dédiées aux arts vivants par exemple (qui pour beaucoup ont grandi dans les idées de mai 1968) est une erreur que les intermittents payent cher aujourd’hui. Ces « patrons » qui ont bien voulu des salaires, du pouvoir et souvent des subventions publiques pour leurs entreprises culturelles ont par ailleurs toujours refusé d’assumer leur statut et donc d’adhérer à un syndicat patronal tel que le MEDEF. Difficile dans ces conditions de faire entendre sa voix dans des négociations paritaires ! En confondant leurs convictions personnelles et leur responsabilité professionnelle, ces patrons ont méprisé leurs homologues en se bouchant le nez. A force, ils ont aujourd’hui la bouche bâillonnée.

Mais l’outrance est largement partagée par les adversaires du régime spécial qui critiquent les intermittents du spectacle. D’abord dans la présentation des chiffres. Depuis dix ans, il est d’usage d’affirmer que l’intermittence coûte un milliard d’euros par an, soit un tiers du déficit global de l’UNEDIC. Le chiffre est exact, mais il semble plus honnête de préciser que le surcoût du régime des intermittents (la différence entre ce que les intermittents coûtent à l’UNEDIC et ce qu’ils coûteraient s‘ils étaient indemnisés selon le régime général) est de 320 millions d’euros annuels.

Surtout, parce que la tricherie et les abus du système sont loin d’être l’apanage des salariés ! C’est tout particulièrement vrai dans les sociétés de production audiovisuelle et des entreprises audiovisuelles. La Cour des comptes, sévère avec les annexes 8 et 10 du régime spécial des intermittents, estime qu’au moins 15% d’entre eux sont employés de manière permanente ou quasi permanente par un même employeur, c’est-à-dire de manière frauduleuse. Les « patates » des animateurs et producteurs télé, rendues célèbres par les Guignols de l’Info, viennent pour beaucoup des marges délirantes obtenues par leurs entreprises à l’aide de la souplesse et du coût du système de l’intermittence. Les entreprises publiques ne sont d’ailleurs pas en reste, puisque Radio France emploie par exemple des milliers d’intermittents dont bon nombre ne correspondent absolument pas aux critères de l’intermittence (c’est le cas par exemple d’un nombre important de... journalistes !).

Les tricheurs les plus nombreux sont probablement à chercher parmi les intermittents indélicats. Les arnaqueurs les plus coûteux à la collectivité sont clairement parmi ceux qui les emploient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 19/02/2014 - 18:28
Tout à fait exact.
Et c'est probablement à cause de ce système ubuesque, que les autres n'ont pas, des intermittents, que la culture en France est aussi minable. Entretenue (aussi au sens pécunier) par des fonctionnaires qui se prennent pour des créateurs.
Il est vrai que que ceux qui bâtissent leur fond de commerce sur le dos des contribuables, n'ont pas de retenue, ni de limites.
lettre du soleil
- 19/02/2014 - 12:52
Outrance et caricature
Vous commencez bien, mais aux premières lignes vous en rajoutez dans l'outrance.
Vous savez que la grande partie du "déficit" du régime des intermittents est non pas dû aux "artistes" mais aux techniciens, ceux qui montent les plateaux et installent les éclairages, qu'ont-ils à voir avec faire ses gammes, apprendre son texte et participer aux répétitions, ce n'est pas dit dans vote billet, mais vous devez, journaliste et connaisseur, à quand commence le projet et le travail rémunéré: quand on met son pied sur le plateau le soir de la générale?
On ne devrait donc pas rémunérer au plutôt faire prendre en charge par l'assurance chômage le temps passé par employés de supermarchés à mettre en place dans les rayons, le temps passé des entreprises à faire des devis.
Les intermittentes ont besoin d'un régime spécifique, il faut comme pour la formation des salariés, qui pendant leur formation, ne sont pas pris en charge par l'UNEDIC, mais par un organisme spécifique alimenté par les employeurs et pas en charge par le régime UNEDIC des salariés du privé, voilà la bonne idée.
Êtes-vous si inquiet de votre régime avantageux que vous donne votre carte de journaliste que vous en rajoutiez
lexxis
- 19/02/2014 - 08:07
UNE FRAUDE ORDINAIRE
On reste stupéfait de voir en France le nombre et l'ampleur des fraudes qui dans tous les domaines sont officiellement recensées, sans que la moindre poursuite soit entamée, sans que la moindre sanction soit prononcée.

Le citoyen ordinaire, qui paye tous ses impôts et toutes ses charges, ne peut manquer de s'interroger sur la collusion, voire même la complicité, des autorités et des institutions en place pour perpétuer par clientélisme ou toute autre mauvaise raison ces abus qui grèvent lourdement et discréditent complètement la République.