En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 16 heures 33 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 18 heures 25 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 14 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 20 heures 47 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 21 heures 7 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 21 heures 23 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 22 heures 1 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 23 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 13 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 16 heures 23 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 20 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 19 heures 46 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 20 heures 57 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 22 heures 49 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
De nombreuses pressions internes à la Curie auraient poussé le pape Benoît XVI à se retirer.
© Reuters
De nombreuses pressions internes à la Curie auraient poussé le pape Benoît XVI à se retirer.
Fatum

L'homme qui ne voulait pas être pape : le livre qui révèle ce qui s'est vraiment passé lors de la renonciation de Benoit XVI

Publié le 11 février 2014
Avec
Le dernier livre de Nicolas Diat, une enquête sans précédent dans les coulisses du Vatican, met en lumière d'autres raisons à la renonciation de Benoît XVI que le simple argument de l'âge. Commentaires du blogueur Koz et du philosophe et journaliste Gérard Leclerc.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Leclerc est un philosophe, journaliste et essayiste catholique. Il est éditorialiste de France catholique et de Radio Notre-Dame. Il est l'auteur de l'Abécédaire du temps présent (chroniques de la modernité ambiante), (L'œuvre éditions, 2011).Koz...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier livre de Nicolas Diat, une enquête sans précédent dans les coulisses du Vatican, met en lumière d'autres raisons à la renonciation de Benoît XVI que le simple argument de l'âge. Commentaires du blogueur Koz et du philosophe et journaliste Gérard Leclerc.
Avec

Atlantico : Nicolas Diat, dans sont dernier ouvrage, "L'homme qui ne voulait pas être pape" (lire les bonnes feuilles ici et ici), avance que de nombreuses pressions internes à la Curie ont poussé le pape Benoît XVI à se retirer. De même, les scandales du Vatileaks et des prêtres pédophiles n’y seraient pas étrangers. Cette théorie vous paraît-elle fondée ?

Koz : Les hypothèses présentées par Nicolas Diat me paraissent fondées et étayées. Au fur et à mesure, les différentes menées et intrigues ont sans doute fini par avoir raison de la santé de Benoît XVI. C’est selon moi la conjonction de deux facteurs : son grand âge, et ce qu’il a dû supporter en interne. Le scandale du Vatileaks ne contenait rien de scandaleux en soi, mais était problématique par le fait que des personnes en interne avaient des visées spécifiques, essayaient de lui nuire. Cela a effectivement contribué à amenuiser sa santé, à l’amener à penser que face à ce genre d’affaire il fallait quelqu’un disposant d’une plus grande vigueur. Il lui fallait passer la main à quelqu’un qui pourrait prendre le dessus sur la Curie. On pourrait lui reprocher d’avoir été trop indulgent, alors qu’il aurait fallu sanctionner un certain nombre de personnes, qui ont pu continuer à mener leurs petites affaires.

Dès avant son élection, une opposition forte existait entre les cardinaux Ratzinger et Sodano, et cela ne s’est pas arrangé pendant le pontificat. Les conclusions de l’enquête sur le Vatileaks sont restées secrètes, néanmoins on a le sentiment que peu de personnes ont été inquiétées. Quoi qu’il en soit, lorsqu’on compare l’état  du pape Benoît XVI à l’époque de sa renonciation, notamment lors de sa rencontre à Castel Gondolfo avec François, où courbé, il avançait péniblement, avec son allure qui était bien meilleure quelques semaine après, il ne fait aucun doute que sa charge pesait littéralement sur ses épaules.

Gérard Leclerc : Benoît XVI était à l’évidence fatigué physiquement et moralement. A son âge, le poids des responsabilités papales était sinon insupportable, au moins pénible. Il devait gérer des problèmes considérables dans cet état de fatigue, c’est donc la conjonction des deux qui a entraîné sa démission.

Parmi les problèmes à régler, on sait que des choses ne fonctionnaient pas au sein du Saint Siège, et que les commandes de l’appareil ne répondaient plus. Le pape Benoît, sentant que ses forces se dérobaient, s’est dit que la conduite de l’Eglise lui serait toujours plus pénible.

Pour ce qui est des cas de prêtres pédophiles, Benoît XVI a pris toutes les décisions qui s’imposaient, il n’y a pas de raison pour que le pape François apporte quoi que ce soit de fondamentalement nouveau. Ce n’est donc pas cela qui l’a fait renoncer.

En revanche, ce qui touche à l’adaptation de la curie romaine a été beaucoup plus déterminant. Un certain nombre de pesanteurs et d’oppositions étaient insurmontables par lui. François est un pape beaucoup plus autoritaire, et il est en train de prendre des décisions qu’aucun de ses deux prédécesseurs n’avait pu et su prendre. Bien souvent le pape était « subordonné » à la curie, alors qu’elle est censée le servir. Le nouveau pape va exiger qu’elle soit un instrument de l’autorité pontificale, et non l’inverse.

Le pape Benoît XVI était-il insuffisamment politique pour faire face aux agissements ou à l’incompétence de certains membres de son entourage ?

Koz : Le pape François se met à réformer la curie, ce qui montre une fois de plus qu’il est beaucoup plus politique que son prédécesseur. L’indulgence dont faisait preuve Benoît XVI n’aura plus cours désormais. Visiblement, il est essentiellement spirituel. Sa beauté est très grande sous cet aspect-là, mais sa fidélité en amitié l’a certainement desservi. Bien que cela ne soit pas surprenant pour un catholique d'être porté sur la miséricorde, le gouvernement de l’Église exige par moments de rétrograder certaines personnes et de remanier ses équipes.

Sa décision de se retirer a-t-elle été le fruit d’influences, ou l’a-t-il prise de son propre chef ?

Gérard Leclerc : Il n’en a parlé à pratiquement personne, sauf à son frère. C’est donc une décision purement personnelle, qui n’a pas été précédée de la consultation de certains cardinaux. Conscient de la nécessité d’une réforme de la curie, je suis persuadé qu’il est aujourd’hui très satisfait de la manière dont François a pris les choses en main.

Malgré la réalité de l’âge et des questions de santé, Jean-Paul II était resté jusqu’au bout. Comment expliquer que Benoît XVI ait décidé de se retirer ?

Gérard Leclerc : La raison est psychologique, ces deux personnalités étaient très contrastées. Jean-Paul II était un mystique, qui considérait que sa mission de pape devait aller jusqu’à la consommation totale de ses forces. Il s’agissait, comme l’a dit son secrétaire, de « monter au Golgotha », de faire de sa vie et de sa mort un exemple d’autant plus parlant que la question de la fin de vie se pose de plus en plus à nos sociétés. Sa façon de montrer comment un chrétien pouvait mourir était en quelque sorte un apostolat.

Telle n’est pas la vision de Benoît XVI, dont la psychologie est plus rationnelle que mystique. Il a considéré que le fait de ne plus disposer des facultés nécessaires était un motif suffisant pour renonce à sa fonction.

Bien que de nombreux papes aient dû être fortement diminués dans les dernières années de leur pontificat, aucun, à l’exception d’un seul cas très ancien, n’avait jusqu’alors pris la décision de renoncer avant sa mort. Plus qu’avec Jean-Paul II, est-ce en rupture avec tous les autres papes que Benoît XVI s’est positionné ?

Gérard Leclerc : Je pense que c’est la fin du pontificat de Jean-Paul II qui l’a lui-même poussé vers cette décision, qui est une forme d’adaptation à la modernité. On constate dans les régimes monarchiques que la renonciation est quasiment devenue une règle, on l’a vu coup sur coup en Belgique et aux Pays-Bas. La "retraite" est entrée dans les mœurs, même de la papauté. Et plus encore que cela, ce sont des motifs raisonnables qui ont poussé l’intellectuel Ratzinger à reconnaître devant Dieu qu’il n’avait plus la force de remplir son office.

Le pape émérite exerce-t-il selon vous une forte influence sur le souverain pontife actuel ?

Koz : Je ne pense pas qu’il y ait à proprement parler une influence, ou même un besoin d’influence. Ils se trouvent tous deux dans une communion spirituelle assez forte, avec certes des tempéraments différents, mais sur le fond ils sont très similaires. L’un et l’autre sont attachés à la simplicité, simplicité qui se traduit de manières très différentes. Benoît XVI n’avait pas remisé les ornements, mais il s’effaçait devant sa mission. Lors des JMJ notamment, il ne voulait pas se mettre en avant ; il a introduit des temps de prière en silence, ou tout le monde, y compris lui, était tourné vers Dieu. François, lui, utilise des signes qui rendent sa simplicité plus visible. De plus, du temps où il n’était que cardinal, Benoît XVI s’inscrivait contre l’opulence dont certains cardinaux pouvaient témoigner, et le cardinal Bergoglio n’était pas non plus très en cours au sein de la curie. Ce qui montre tout de même que même si cette dernière a ses défauts, lorsque les cardinaux du monde entier de réunissent, ils ne choisissent pas le pape parmi ceux qui ont le plus de défauts...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pehm
- 12/02/2014 - 21:33
François
Ce pape semble avoir le bon équilibre entre rôle spirituel et politique. Et un caractère bien trempé.
ABCD
- 11/02/2014 - 17:05
Koz
Très bons commentaires.