En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 7 heures 25 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 12 heures 3 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 12 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 14 heures 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 14 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 10 heures 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 12 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 14 heures 21 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 16 heures 11 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 16 heures 19 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 16 heures 41 min
© Reuters
Gregg Bywalski, directeur marketing de AB groupe
© Reuters
Gregg Bywalski, directeur marketing de AB groupe
L'interview Atlantico Business

Gregg Bywalski - AB Groupe : "Face à l'arrivée de Netflix, nous avons anticipé tous les scénarios possibles"

Publié le 24 juillet 2014
[REDIFFUSION] Le géant américain Netflix va bientôt poser ses valises en France avec, en prime, le soutien du gouvernement. Un débarquement qui fait trembler le paysage audiovisuel de l'Hexagone et qui déstabiliserait les parts de marché de ceux qui se partagent déjà le gâteau de la SVOD, comme Jook Vidéo du groupe AB. Pour son directeur marketing, Gregg Bywalski, le futur concurrent Netflix permettra surtout "d'évangéliser" le service auprès du grand public.
Gregg Bywalski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gregg Bywalski est directeur marketing du Groupe AB. Il participe notamment  au lancement de la TNT avec TMC et NT1 et de nouvelles chaînes thématiques. Il se voit confier les activités digitales du Groupe AB et la régie publicitaire intégrée REGIS. En...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
[REDIFFUSION] Le géant américain Netflix va bientôt poser ses valises en France avec, en prime, le soutien du gouvernement. Un débarquement qui fait trembler le paysage audiovisuel de l'Hexagone et qui déstabiliserait les parts de marché de ceux qui se partagent déjà le gâteau de la SVOD, comme Jook Vidéo du groupe AB. Pour son directeur marketing, Gregg Bywalski, le futur concurrent Netflix permettra surtout "d'évangéliser" le service auprès du grand public.

Atlantico Business : Comparativement aux États-Unis ou à l'Angleterre, la SVOD a du mal à décoller en France. Pour quelles raisons ?

Gregg Bywalski :On analyse cela de différentes manières. Tout d'abord parce que le marché n'est pas mature dans le sens où l'on a besoin "d'évangéliser" le service. VOD, SVOD les gens ne connaissent pas la différence entre les deux. La VOD (Video On Demand), c'est de la vidéo à la demande, un paiement à l'acte. Je choisi tel film et je paie pour le regarder. La SVOD (Subscription Video On Demand), comme notre service, c'est l'accès à un catalogue contre un abonnement mensuel. D'ailleurs, si Netflix arrive en France, ce sera bénéfique puisqu'il contribuera à faire connaitre la SVOD. Ensuite, il faut bien comprendre que le marché américain ou le marché anglophone sont complètement différents, les opérateurs n'offrent pas les mêmes services. Les opérateurs du câble proposent de la télévision, les opérateurs internet, de la bande passante et les opérateurs téléphoniques seulement du téléphone. Donc un service comme Netflix prend tout son sens puisque chacun reste dans son métier. En France, nous avons des acteurs qui proposent l'ensemble des services. Orange, par exemple, propose de l'internet, de la télévision, de la VOD et du téléphone : la VOD vit donc grâce à Free, Orange, SFR... Pour que la SVOD marche aussi, il faut impérativement qu'elle soit distribuée chez les opérateurs.

Suivre @atlanticobiz 

 

 

Alors pourquoi ne pas avoir lancé un service de VOD ?

Nous avons fait le choix de ne pas nous lancer sur la VOD, c'est-à-dire dans le paiement à l'acte, mais plutôt sur des système d'abonnement mensuel que sont les services de SVOD. Nous considérions chez AB que le marché de la VOD était saturé. Les grands acteurs de la télévision comme TF1, Canal+ ont leur service, il en existe une cinquantaine au total. Nous avons préféré étudier ce qui se faisait à l'étranger et s'inspirer des modèles comme Netflix aux Etats-Unis ou Lovefilm d'Amazon en Angleterre qui rencontrent des très grand succès, on ne pouvait pas passer à côté de ce type d'offre-là. La SVOD et les volumes de contenu associés nécessitent une forme d'éditorialisation. Tout le monde peut acheter du catalogue mais, à côté de cela, il faut savoir ce que les gens ont envie de voir. C'est précisément le savoir faire d'AB et de ses 14 chaines thématiques. Nous savons ce que les gens aiment, ce qu'ils veulent voir et l'on voulait apporter cet expérience au secteur la SVOD en France.

L'arrivée de Netflix  vous inquiète-t-elle et ne risque-t-elle pas de modifier votre stratégie ?

De la modifier non car nous avons anticipé tous les scénarios possibles. Si AB avait dû avoir peur des très gros acteurs, nous n'existerions plus ! On a lancé des chaines sur le câble et le satellite face à des mastodontes comme TF1, Canal+, M6 et pourtant nous sommes aujourd'hui leader sur ce marché. Si Netflix venait vendre son service en France cela permettra, une fois encore, "d'évangéliser" le service : les gens voudront s'abonner. On ne vise pas les 70% de parts de marché, notre objectif c'est simplement d'exister et de proposer quelque chose qui soit adapté au marché français. Nous avons un vrai savoir faire et ça, c'est plus compliqué à importer. Et puis, on préfère avoir une petite part d'un très gros gâteau, qu'une grosse part d'un gâteau inexistant.

Même quand les dirigeants de Netflix sont reçus à l'Elysée et reçoivent le soutient personnel de la ministre Fleur Pellerin pour leur implantation ?

Je crois que la concurrence a besoin d'exister. Cela stimule l'innovation, l'amélioration des services, c'est ce qui nous fait vivre et travailler. Netflix fait son travail pour s'implanter en France. Cependant, il est vrai que c'est bien aussi de savoir qu'il y a des acteurs français qui existent, qui font leur travail comme Jook Vidéo, Canal Plus, FilmoTv, Video Futur... Nous sommes seulement quatre à faire de la SVOD en France. Si le gouvernement veut nous aider, il peut commencer par revoir la chronologie des médias pour nous avantager et améliorer le service existant.

Vous proposez depuis peu la fonction "hors connexion" à vos abonnés. Qu'est-ce que cela va changer dans le consommation du service ?

Pour nous, c'est une fonctionnalité supplémentaire. Le téléchargement temporaire a été popularisé par les sites de musique en ligne : chez Spotify et Deezer tout le monde connait cela. Notre volonté, c'est de surfer sur ça c'est-à-dire, utiliser une fonctionnalité technique connue des gens pour faire découvrir le service. On veut bien faire comprendre que, d'une certaine manière, nous sommes le Deezer de la vidéo. Cette mauvaise vision de la SVOD, c'est tout le problème en France. Nous avons fait quelques études, pour les gens la SVOD et VOD c'est le même chose, la différence entre les deux est quelque chose de très flou.

A l'image des Deezer et Spotify, cette nouvelle fonction est-elle un vecteur pour recruter de nouveaux clients ?

Nous considérons, en effet, que c'est un vrai moyen de recruter de nouveaux clients pour deux raisons. D'une part, c'est un élément connu des utilisateurs des sites de musique et, d'autre part, le téléchargement temporaire permet de palier aux problèmes techniques liés à la qualité de la connexion internet. Quand certains foyers ont un débit fluctuant, ils sont dépendants de leur connexion pour regarder une programme en streaming. Le fait de lancer le téléchargement avant va permettre de se rendre indépendant de la fluctuation de la bande passante. Cela permet aussi de s'organiser en avance pour partir en vacance, prendre un avion...

Quelles sont vos autres projets ?

Nous lancerons au mois de mars une version 2 de Jook et de l'ensemble des applications. Nous allons continuer à lancer le service sur différents équipements, notamment le smartphone mais aussi sur les consoles de jeu et sur les téléviseurs connectés. Enfin, l'offre complète de notre catalogue sera très bientôt disponible chez Numéricable, Orange et Free.

Propos recueillis par Julien Gagliardi

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 13/01/2014 - 17:42
On n'a pas de petrole mais on a la VOD
ce qui va permettre aux 6 millions de chômeurs de pouvoir s'occuper
sainement......j'oubliais, les 15 smillons de retraités ....mieux que le gaz de shiste