En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

06.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

07.

Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 10 heures 56 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 11 heures 54 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 14 heures 51 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 18 heures 23 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 18 heures 41 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 19 heures 27 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 20 heures 1 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 11 heures 26 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 13 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 15 heures 10 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 17 heures 37 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 20 heures 2 min
Bas de laine

Baisse du taux d'épargne des Français : confiance en l'avenir ou épuisement des matelas anti-crise ?

Publié le 27 décembre 2013
Passé de 15,9% à 15,7% au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français inquiète certains prévisionnistes. Une baisse qui est en partie due à la stagnation des revenus professionnels et à la hausse des prélèvements.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Passé de 15,9% à 15,7% au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français inquiète certains prévisionnistes. Une baisse qui est en partie due à la stagnation des revenus professionnels et à la hausse des prélèvements.

Atantico : Alors que les indicateurs économiques laissent envisager une croissance atone pour 2014, la baisse de l'épargne des ménages en inquiète certains. Passé de 15,9 à 15,7 % au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français laisse penser que l'un des derniers matelas financiers de l'Hexagone tombe en désuétude. Qu'en est-il concrètement ?

Philippe Crevel : Avec les Belges et les Allemands, les Français figurent parmi les fourmis de l’Union européenne. La baisse enregistrée au cours de l’année 2013 n’est en rien catastrophique. Sur ces vingt dernières années, le taux d’épargne a varié de 15 à 16,4 % du revenu disponible brut. Il avait atteint un maximum de 16,4 % en 2009 en pleine crise financière. Après une légère décrue, il était reparti à la hausse en 2011 et 2012 avec le problème des dettes souveraines. Sa baisse depuis quelques mois est liée à la politique du gouvernement qui joue du bâton fiscal et de l’arme des taux. L’assujettissement au barème de l’impôt sur le revenu d’un grand nombre de produits financiers et le relèvement des prélèvements sociaux à 15,5 % ont conduit certains ménages à réduire leur effort d’épargne.
 
Par ailleurs, le gouvernement a réduit le taux de rendement du Livret A qui est passé de 1,75 à 1,25 %. Même si cette baisse est imputable à la diminution de l’inflation, les épargnants sont assez sensibles à la valeur faciale du rendement de leur épargne et se détournent depuis l’automne du Livret A. Un rendement à 1,25 % a, en effet, conduit de nombreux Français à laisser une partie de leur argent sur leurs comptes courants.

Le recul du pouvoir d’achat constitue l’autre grande raison du recul de l’épargne. Mais dans les faits, il n’y a pas de réel divorce entre les Français et leur épargne. 95 % des Français ont un Livret A. 62 % des ménages ont un contrat d’assurance-vie. L’encours du premier s’élève à 260 milliards d’euros et celui du second s’élève à plus de 1 450 milliards d’euros. Depuis le début de l’année, la collecte du Livret A et du Livret Développement Durable reste positive pour plus de 18 milliards d’euros et celle de l’assurance-vie atteint 12 milliards d’euros.
 

Peut-on paradoxalement voir dans cette annonce un fait plutôt positif, puisque cela sous-entendrait que la consommation résiste en dépit de la baisse du pouvoir d'achat   ?

Le gouvernement attend beaucoup de la baisse du taux d’épargne pour maintenir la consommation qui représente près de 60 % du PIB. En effet, cette baisse permet de compenser la diminution du pouvoir d’achat qui a atteint 0,9 % en 2012 et qui a été de 0,1 % au troisième trimestre de 2013. Du fait de la stagnation des revenus professionnels, du fait de l’augmentation des prélèvements, les Français n’ont pas d’autre solution que de puiser dans leur bas de laine pour maintenir autant que possible leur niveau de vie.
 
Cette baisse de l’épargne obère l’avenir car aujourd’hui, la France souffre d’un problème d’offre. Au troisième trimestre 2013, le taux de marge des entreprises est de 27,7 %, soit le niveau le plus bas depuis 1985. Elles ne peuvent pas investir et donc bâtir la croissance de demain. Or, elles manquent de fonds propres et elles éprouvent de plus en plus de difficultés pour accéder aux crédits bancaires. La diminution de l’épargne restreint donc la capacité de financement des entreprises. La politique du gouvernement est schizophrène, car d’un côté il dissuade les Français d’épargner en pesant sur les taux et en augmentant les impôts ; de l’autre il demande à ces mêmes Français de placer leur argent sur un contrat d’assurance-vie, sur un PEA voire sur un Livret A en relevant le plafond à 22 950 euros.
 
Il est certain que le dopage artificiel de la consommation contribue à perpétuer le déficit commercial de la France ; le consommateur primant sur le producteur.

Existe t-il malgré tout un seuil que le taux d'épargne français ne devrait pas dépasser ? (10 % ou moins ?)

Le taux d’épargne des ménages comporte deux composantes, le remboursement du capital des emprunts immobiliers qui pèse environ 9 % du revenu disponible brut et l’épargne financière qui tourne autour de 6 %. La première composante n’est pas flexible car les Français ne peuvent pas arrêter de rembourser leurs emprunts immobiliers.

En outre, avec le renchérissement du coût du logement, les montants à rembourser ont tendance à augmenter. L’ajustement s’effectue donc sur l’épargne financière qui varie assez fortement en fonction de la conjoncture. Depuis 1993, le taux d’épargne financière a fluctué du simple au double. Il est peu probable que les Français se dégarnissent trop fortement. En période de fort taux de chômage, les ménages tentent de conserver un niveau minimum d’épargne de précaution. Le taux plancher se trouve, actuellement, entre 14 et 15 %. Il faut signaler que l’INSEE ne prévoit pas pour 2014 une forte baisse du taux d’épargne, qui devrait se stabiliser à 15,6 %.
 

Si l'on prend un large recul, on réalise que le taux d'épargne a fortement progressé en France pendant les Trente Glorieuses avant de décroître progressivement à partir de 1974, époque où il dépassait les 20 %. Faut-il voir finalement cette baisse de l'épargne comme un mécanisme profond de transformation de l'économie française ?

Le taux d’épargne atteignait 21 % du revenu disponible brut en 1978. Ce taux a progressivement décliné au cours des années 80 pour atteindre un minima de 11,1 % en 1987. Dans les années 60 et 70, les Français ont bénéficié de forts gains de pouvoir d’achat et se sont fortement endettés pour acquérir leur résidence principale. De ce fait, le taux d’épargne financière et les remboursements des emprunts immobiliers étaient au plus haut. Les banques prêtaient assez facilement car le taux de chômage était faible et que les augmentations de salaire augmentaient les capacités de remboursement des ménages ; en outre, l’inflation rongeait le montant des emprunts année après année.

Cette situation s’est complètement inversée avec la désinflation, avec la stagnation de la masse salariale et l’augmentation du taux de chômage. En revanche, les Français ne sont pas devenus des Américains, qui se caractérisent par un très faible taux d’épargne et un recours important au crédit à la consommation. Les Français restent très prudents en matière de crédits et conservent un fort volant d’épargne qui reste liquide et investi sur des produits sans risque. Il y a, en la matière, une grande continuité.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nok
- 28/12/2013 - 09:52
IL VAUT MIEUX TENIR QUE COURIR !
Si les banques ferment leurs portes comme en 1929 ou comme en mars dernier à Chypre, il est évident que l'Etat fera main basse sur l'épargne des français, avec le droit totalitariste (qui le caractérise de plus en plus) car l'Etat lorgne sur l'épargne des français ! Mieux vaut tout retirer car l'épargne n'est plus rémunérée à sa juste valeur (1 à 2 % maximum) et quand vous regardez le taux des prêts proposés aux clients, il environne les 4 % ! HONTE AUX BANQUES ! L'argent des français n'est plus en sécurité en banque et les épargnants ont le droit de retirer tous ses actifs. Et si la France retrouvait les francs, (comme dit Ignace) eh bien, cela se passerait comme lors du passage du franc à l'euro, dans les années 2000, quand un client arrive avec des espèces à convertir, ces espèces seront déclarées auprès des impôts ( il faut savoir que lors du passage du franc à l'euro en 2000, les français sont venus en masse auprès de leurs banques pour changer tous leurs francs en euro et les banques avaient l'obligation de transmettre toutes conversions et informations des clients aux centres des impôts)
MauvaiseFoi
- 28/12/2013 - 06:19
Réponse à la question
"Les deux, mon général".
ignace
- 28/12/2013 - 00:36
la saucisse intello.....Dmitry orlov l'effondrement

solutions au moment effondrement ,
http://www.les-crises.fr/les-cinq-stades-de-l-effondrement/

méfiance quand vous cachez vos billets en euros quand la France repassera au franc, il faudra les changer.....et là la chasse sera ouverte...dénonciation des voisins jaloux, ......traque fiscale , milices ........je vous fais confiance