En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 7 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 51 sec
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 11 heures 53 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 13 heures 42 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 14 heures 15 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 14 heures 35 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 15 heures 28 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 9 heures 51 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 11 heures 48 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 14 heures 27 sec
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 14 heures 24 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 16 heures 16 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 8 heures
© REUTERS/Marko Djurica
Face à l'augmentation continue des prix du gaz, du fioul et de l'électricité sur les dernières années, les Français ont tendance à baisser le thermostat pour boucler les fins de mois
© REUTERS/Marko Djurica
Face à l'augmentation continue des prix du gaz, du fioul et de l'électricité sur les dernières années, les Français ont tendance à baisser le thermostat pour boucler les fins de mois
Pouf !

Comment le chauffage fait partir en fumée une part toujours plus importante du budget des Français

Publié le 21 décembre 2013
Face à l'augmentation continue des prix du gaz, du fioul et de l'électricité sur les dernières années, les Français ont tendance à baisser le thermostat pour boucler les fins de mois. Une tendance qui pourrait bien s'aggraver sur les prochaines années...
Bruno Maresca
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Maresca est directeur d'évaluation des politiques publiques au Centre de Recherche pour l'EtuDe et l'Observation des Conditions de vie (Credoc). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à l'augmentation continue des prix du gaz, du fioul et de l'électricité sur les dernières années, les Français ont tendance à baisser le thermostat pour boucler les fins de mois. Une tendance qui pourrait bien s'aggraver sur les prochaines années...

Atlantico : Alors que les hausses du prix de l'électricité et du gaz sur l'année 2013 compliquent les fins de mois des Français les moins favorisés, peut-on estimer la part que représentent les dépenses de chauffage dans le budget total d'un ménage de l'Hexagone ?

Bruno Maresca : On sait que sur les dix dernières années, sur le plan financier, nous avons eu une relative stabilité de la part du budget consacré à l'énergie (dont le chauffage représente environ 60%). Ainsi, en 2006, la part du chauffage dans les dépenses totales des Français représentait 4,8%. Cette stabilité, lorsque l'on regarde dans le détail, est en faite composée de variations directement liées aux fluctuations du prix des produits pétroliers qui impactent à la fois le coût des carburants et du fioul. Il faut aussi savoir que, tendanciellement parlant, on constate une baisse de la consommation sur ces mêmes dix dernières années. Il y a donc un double processus qui fait que la dépense moyenne des ménages est relativement stable alors que la consommation baisse dans le même temps, ce qui tend à démontrer clairement que les prix ont nettement augmenté sur cette période. En parallèle, on observe une baisse de la consommation de fioul au profit du gaz et de l'électricité dans ces dépenses de chauffage.

Depuis 2005, les tarifs réglementés du gaz ont augmenté de 80%. Cette hausse est-elle amenée à se perpétuer dans les prochaines années ?

Il est généralement admis que les prix de l'énergie dans leur ensemble devraient augmenter de 30% au minimum d'ici 2030 (100% d'après les estimations "hautes"). Après, il faudrait savoir dans le détail comment s'orchestrera le débat entre les distributeurs d'énergie, qui ont tendance à faire monter les prix, et le monde politique qui a tout intérêt à les réguler pour éviter la colère des électeurs. Il est en tout cas clair que nous nous dirigerons vers une augmentation continue et régulière des prix de l'énergie sur les quinze prochaines années. Derrière cela, on trouve un enjeu assez important sur le plan des économies d'énergie, puisqu'il y a actuellement tout un débat reposant sur l'idée qu'il serait bénéfique de laisser le prix des énergies "classiques" s'envoler afin de rendre rentables les initiatives d'efficacité énergétique (isolation notamment).

Les Français les moins favorisés sont-ils aujourd'hui contraints de modérer leur consommation de chauffage en conséquence ? Dans quelles proportions ?

Effectivement, la "précarité énergétique" est bel et bien une réalité pour de nombreux habitants de l'Hexagone, sachant qu'un tiers des ménages habitant les petites villes et la campagne se restreignent régulièrement sur le chauffage tandis que 10 à 15% des ménages français sont dans une situation de restriction énergétique. Cela touche les ménages des plus pauvres évidemment, mais aussi plus spécifiquement les jeunes ménages qui sont souvent obligés d'arbitrer les dépenses dans leur budget annuel.

Par ailleurs, comme les structures de budget ne sont logiquement pas les mêmes en fonction de l'origine sociale, le poids des dépenses consacrées à l'énergie pour les ménages pauvres est de 50% plus élevé que celui des ménages aisés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Oeschterricher
- 22/12/2013 - 10:58
Goetzmann il est ou ?
Ben oui... votre grand specialiste du salopage monetaire, de l' euro qui est trop fort et de "l' inflation c' est trop cool, la stabilite des prix c' est pour les vilains rentiers"... qu' il leur explique, a ces menages, que l' inflation n' est pas assez forte !

Ah mais oui, suis-je bete, le prix de l' energie, on ne peut pas le comptabiliser dans l' inflation, forcement...
Apicius
- 22/12/2013 - 09:35
Une pensée iconoclaste ...
Et si on utilisait du gaz de schiste ?

De fait l'augmentation du coût de l'énergie pour les Français est un choix politique collectif non assumé.
Anemone
- 22/12/2013 - 09:17
Je viens de lire la loi 2015 sur le chauffage au bois
En fait, les inserts sont autorisés : seuls les foyers ouverts seront interdits, en totalité à Paris et seulement autorisés pour le plaisir en Couronne.
.
Bref, pour la campagnarde que je suis, il n'y a rien de changé et en + j'ai un insert conforme, remboursé en partie par le crédit d'impôt en renouvellement d'ancien appareil de chauffage, crédit d'impôt qui a permis, aussi, la prise en charge d'une partie de mes fenêtres à double vitrage.
.
Comme je ne chauffe jamais les chambres (entre 8 et 12° C pour passer de bonnes nuits sous la couette) et que mon thermostat est réglé sur 18°C (un bon pull est bien plus économique), nous sommes en pleine forme et nous trouvons la température douillette (en ayant fait des économies l'année dernière avec ce nouvel insert)
.
Pour le bois, c'est vrai que nous l'avons gratuitement - issu de la taille de nos arbres- ou en troc!
Donc pas de TVA ni même d'augmentation de prix!
.
Tant pis pour les parasites de Paris genre Duflot et Tartuffe 1er!
.
Quant aux plus pauvres, ils vont ramasser du bois mort en campagne : ah zut! Il faut bosser --> dur, dur pour les protégés privilégiés des socialistes!