En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 6 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 11 heures 58 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 13 heures 47 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 14 heures 21 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 14 heures 41 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 15 heures 34 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 9 heures 56 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 11 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 14 heures 30 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 16 heures 22 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 8 heures
La taxe qui valait 30 milliards

Si toutes les banques du monde...

Publié le 15 mai 2011
Le Crédit Coopératif vient de mettre en place une contribution volontaire sur les transactions de change, entièrement supportée par la banque et destinée à l'aide au développement. Son directeur général délégué Pierre Valentin décrit pour Atlantico cette initiative qui pourrait faire des émules au sein de la communauté bancaire française. Et mondiale ? Rien à voir pourtant avec la taxe Tobin...
Pierre Valentin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Valentin est directeur général délégué du Crédit Coopératif, banque coopérative au service des acteurs d'une économie responsable, respectueuse des personnes et de leur environnement.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Crédit Coopératif vient de mettre en place une contribution volontaire sur les transactions de change, entièrement supportée par la banque et destinée à l'aide au développement. Son directeur général délégué Pierre Valentin décrit pour Atlantico cette initiative qui pourrait faire des émules au sein de la communauté bancaire française. Et mondiale ? Rien à voir pourtant avec la taxe Tobin...

Atlantico : Quels sont les grands principes de la contribution volontaire sur les transactions de change (CVTC) mise en place par le Crédit Coopératif ?

Pierre Valentin : De nombreux rapports d’experts ont montré qu’il était possible d’utiliser le volume de plus en plus important des transactions de change pour permettre d’effectuer un prélèvement au profit de l’aide au développement, dans l’esprit des Objectifs du Millénaire de l'ONU. Nous avons donc voulu à notre manière utiliser ce savoir faire et cette expertise pour effectuer un prélèvement de 0,01 % sur l’ensemble des transactions de change que nous réalisons sur le marché que ce soit pour le compte de nos clients ou pour nos propres opérations. Cette contribution est appliquée depuis le 1er mars et le montant récolté dans l’année sera reversé à une association active dans le domaine de la solidarité internationale. Elle sera entièrement supportée par le Crédit Coopératif : c’est un choix délibéré de notre banque. Quant au choix des associations, il dépendra des sommes levées, lesquelles dépendront de notre volume d‘activité de change. Notre critère sera un critère de cohérence par rapport aux objectifs de solidarité internationale visés par ce type de prélèvement.

Avez-vous des objectifs chiffrés ?

Je ne sais pas si c’est exactement le mot. Nous avons des prévisions, qui sur la base d’une année pleine des volumes de change envisagés au Crédit Coopératif, avoisine les 100 000 euros.

Notre banque avait déjà testé un concept assez proche sur les cartes bancaires, en créant une carte - la carte Agir - vendue au même prix que la carte bancaire traditionnelle du Crédit Coopératif et qui inclut un don supporté par la banque lors de la souscription et sur chaque retrait de billets, un don destiné à une association choisie par le client parmi un panel qui lui est proposé.

Vous-êtes vous inspiré des taxes Chirac et Tobin ?

Notre dispositif s’appelle Change Solidaire : il s’inscrit essentiellement dans un contexte de recherche de nouveaux financements pour le développement, avec aussi une donnée technique car ce genre de processus est difficile à mettre en place. La taxe Tobin, elle, est d’une inspiration plus ancienne et c’est une taxe alors que nous sommes dans une logique de mouvement de la société civile, de contribution volontaire ; et puis James Tobin avait fait en 1970 un certain nombre de préconisations à une époque où le volume des changes était presque 30 fois moins important qu’aujourd’hui.

Cette initiative peut-elle améliorer l’image des banques ternie par la crise financière ?

Je ne peux parler que pour le Crédit Coopératif. Ce qui est important pour nous, c’est que notre banque, parce que c’est dans sa tradition et dans la tradition coopérative, manifeste son souci d'être utile et d’être en phase avec les préoccupations de ses sociétaires. On ne fait pas cela pour simplement attirer les clients mais parce que nos clients actuels souhaitent une banque engagée. C’est dans la logique de notre gamme solidaire.

Souhaitez-vous que votre initiative serve d’exemple aux grandes banques françaises ?

Ce n’est pas le terme que j’utiliserai. Par contre, ce que nous souhaitons, c’est prendre une initiative ouverte. Sur notre site Internet, nous avons beaucoup détaillé notre méthodologie mais si d’autres banques, pas forcément de très grandes banques car il leur est plus difficile de contrôler ce genre de dispositif, nous imitent, c’est une bonne chose.

Si toutes les banques du monde...

... On sait que si toutes les banques dans le monde appliquaient ce type de prélèvement, le montant pourrait atteindre 30 milliards d’euros.

Nous ne cherchons pas à faire quelque chose qui serait tout d’un coup adopté par l’ensemble des banques : il y a un aspect d'expérimentation utile, même si nous sommes la seule banque à faire ce genre de contribution, nous aurons acquis une certaine expertise sur la faisabilité d’un tel prélèvement pour la lutte contre la pauvreté dans le monde.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
veryliberalguy
- 15/05/2011 - 14:50
Il est effectivement temps
Il est effectivement temps que la finance et l'economie soient solidaires des enjeux mondiaux, en termes de lutte contre la pauvrete et pour l'environnement. Et pas besoin de decroissance pour cela.
Marc Dacourt
- 15/05/2011 - 14:28
Bravo
La lutte contre la pauvreté et la réforme du système financier mondial est vraiment un des enjeux majeurs de ce début de 21eme siècle. Cette taxe pseudo taxe tobin est une bonne chose, maintenant, la lutte contre les paradis fiscaux doit également être mise à l'ordre du jour du G8/20. Les chiffres sont en tout cas alarmants comme on peut le voir: www.aidonslargent.org