En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 19 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 36 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 22 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 heures
Les robots devraient être de plus en plus présents dans notre quotidien.
Les robots devraient être de plus en plus présents dans notre quotidien.
Real humans

Est-ce que vous tortureriez un robot (et pourquoi cette question pourrait avoir des conséquences majeures sur nos vies dans les années à venir) ?

Publié le 06 décembre 2013
A l'avenir, les robots devraient être de plus en plus présents dans notre quotidien et prendre une forme proche de celle de l'être humain. Une évolution qui pourrait changer le rapport entre l'Homme et la machine.
Ronan MacDubhghail
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rónán MacDubhghaill est en thèse en sociologie au CEAQ Sorbonne, Université Paris V, en co-tutelle avec l’Université de Londres. Ses recherches portent sur la mémoire collective, les nouvelles technologies et les réseaux sociaux, et la violence. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'avenir, les robots devraient être de plus en plus présents dans notre quotidien et prendre une forme proche de celle de l'être humain. Une évolution qui pourrait changer le rapport entre l'Homme et la machine.

Atlantico : De l'aspirateur aux humanoïdes en passant par les jouets, les robots font aujourd'hui partie de notre quotidien. Comment décrire les différentes relations que nous entretenons avec les robots  ?

Ronan MacDubhghaill : Nous entretenons des relations diversifiées avec les robots.Dans le vécu, ceux-ci restent soit des objets utiles (par exemple l'aspirateur, ou des robots industriels et médicaux), soit des curiosités (c'est le cas pour beaucoup des robots humanoïdes). Comme le ludique est un élément essentiel de la vie humaine, les jouets peuvent ainsi être considérés comme des curiosités utiles, mais pas des "utilitaires".

Dans un monde de plus en plus intéressé pas le "bien-être" (qui passe notamment par des robots médicaux), les formes de vie "naturelles", et "l’artisanal" (qui passe par des robots industriels), c’est intéressant de voir que les robots les plus utiles sont laissées dans l’ombre et que leur utilité apparaît aussi obscur.

Dans l’imaginaire collectif, les robots sont généralement associés aux robots humanoïdes doté de conscience à l'instar de Terminator, Blade Runner, Battlestar Galactica qui font également écho à cela. Au final, notre relation aux robots oscille entre l'ignorance (vers les robots utiles) et l’imaginaire (vers les humanoïdes).   

Une expérimentation organisée au Etats-Unis a révélé une réelle réticence des groupes humains à torturer des robots qui dans le cas présent étaient considérés comme "mignons". Comment expliquer ce phénomène ? Peut-il être assimilé à une forme d’empathie comme l'interprétait la chercheuse du MIT à l'origine de cette expérimentation ? Par quels mécanismes en arrive-t-on là ? 

Cette expérimentation, pour moi, est conçue pour produire des réponses émotionnelles. Déjà, les robots sont "cute" (jolis), et "helpless" (vulnérables), et donc faits pour créer une réponse émotionnelle, c’est-à-dire effectivement une forme d’empathie. En plus, des participants humains et à qui on demande de faire des actes violents contre des robots sont soumis au regard des autres êtres humains du groupe. Donc, le résultat ne doit donc être interprété comme une culpabilité envers un petit robot en forme de dinosaure, mais l’envie de ne pas être une brute devant un groupe d’êtres humains.

Mais s'il s'agissait de robots humanoïdes, avec des caractéristiques et des réactions humaines, la réponse est assez évidente. L’imaginaire du Golem du Prague ou encore le récit de Frankenstein nous évoquent ces êtres semblables aux humanoïdes que nous avons créés et qui un jour se révoltent contre l'Homme. Cela engendre un imaginaire de responsabilité vis-à-vis des robots humanoïdes, comme la responsabilité que Dieu a pour nous. Peut-être qu’on donne un excès d’empathie humaine aux objets et entités non humaines. Cela est surtout compréhensible s’ils sont conçus pour répliquer aux réactions humaines. Je ne pense pas qu’on aura trop d’empathie pour des robots chez Renault. Ceci ne se passe que dans les films de science-fiction. Il y a une forte différence entre cette vision imaginaire des robots dotés de conscience, un comportement plus ou mois humain et de la subjectivité, et notre situation actuelle dans lequel cette expérimentation a eu lieu. Donc, je pense que parler d'empathie est un peu inapproprié pour le moment.

Les robots tendent-ils à devenir une catégorie du vivant dans le vécu des gens ?

Encore une fois, on est dans l’imaginaire plus qu’autre chose. Les robots restent des choses utiles, des jouets, et des curiosités – pour le moment. En revanche, il est peut-être plus intéressant de parler de une "système technologique" qui est en train de se mettre en place avec et autour de nous comme un système vivant, comme une ambiance dynamique. C’est-à-dire, un système naturel, un quasi produit de la nature, un produit de la nature que nous, êtres humains, aurions développé. Nous sommes nous-mêmes des produits naturels, les expressions des processus naturels. Donc, tous ce qu’on est capable de faire est de l’ordre de la nature.

Les robots font juste partie de notre vie pour le moment, partie des sub-systèmes que nous avons créé dans la nature. Donc, de là à parler de catégorie de vivant, il est encore trop tôt.

Récemment, un manifeste a mis en avant le caractère sensible des animaux et appelé à une évolution de leur statut juridique. Peut-on imaginer qu'une telle chose puisse se produire dans le futur pour les robots, et plus précisément pour les humanoïdes ? Et donc, peut-on penser que des droits des robots soient un jour rédigés à l'instar du projet d'Isaac Asimov de lois de la robotique ?

Tout est imaginable. Les Droits de l’homme ont été imaginés et déclarés (comme l'a montré le philosophe écossais Alasdair MacIntyre) après l’holocauste et la Seconde Guerre mondiale. Une évolution dans le ‘statut juridique des animaux est provoqué seulement par l’exploitation industrielle des animaux, qui crée des abus et des excès. Et pour des robots alors ?
Pour éviter de nouvelles innovations juridiques – on en a déjà beaucoup ! – Il vaudrait peut-être mieux que les robots restent des objets les utiles, des jouets, ou des curiosités, et que les humanoïdes ne se multiplient pas trop. Mais l'amélioration du corps humain par la robotique va poser de nouvelles questions dans le domaine. Cela en vaut-il vraiment la peine ? 

Si l’idée que nous devons respecter les machines venait à se développer et que des "droits des robots" étaient effectivement mis en place qu’elles en seraient les conséquences éthiques ? Serions-nous obligés de changer nos comportements envers eux, au moins envers les humanoïdes ? 

Si l'on avait besoin de développer un système juridique vers des “droits des robots/machines”, cela impliquerait, bien sûr, un changement dans nos comportements envers eux. C’est-à-dire que l'on devrait trouver le bon rapport de pouvoir, le bon système biopolitique (d’après Foucault) pour vivre avec ces nouveaux êtres sensibles. Encore une fois, pour moi, la subjectivité des robots et leur forme de conscience impliqueront des questions importantes : serait-ce une forme de conscience plus limitée que la notre ? Égale ? Ou même, plus vaste, plus puissante ?

Ces facteurs-là, même s'ils sont aujourd’hui hypothétiques, sont essentiels pour répondre aux questions concernant des conditions de travail, le droit au respect, la sexualité humains/robots, la violence, l'encadrement de la désactivation, etc. qui pourraient apparaître. Il y a plusieurs scenarii qui peuvent émerger. Par exemple, si leur forme de conscience serait égale ou supérieure à la nôtre (ce qui est facilement  imaginable…) nous pourrions facilement les percevoir comme étant une menace, on les détruirait, ou les mettrait dans un statut d'esclave (du travail manuel, intellectuel, même peut-être sexuel).

Peut-on imaginer un jour une société dans laquelle coexisteraient humains et robots comme deux pans de la société ayant chacun des droits différents ? Resterons-nous toujours les maîtres ?

Comme je l'ai montré toute à l’heure, dans la cas où des robots peuvent développer une forme de conscience (encore une fois, supérieure, égale, ou inférieure), cela crée bien évidement de nouveaux rapports de pouvoir dans la société. C’est intéressant de voir que dans l’imaginaire occidental, ce développement est normalement perçu comme une menace existentielle, qui produit une guerre très destructrice entre des robots et des humains. La trilogie “Matrix” est peut-être l'une des meilleures représentations de cet imaginaire, qui prend ses racines encore une fois dans l’histoire du Golem du Prague – la créature que l'on a créée comme esclave et qui fini par nous tuer.

Il est donc intéressant de voir à quel point les choses sont différentes dans des autres cultures. Chez les Japonais, par exemple, l’imaginaire de vivre ensemble avec des robots est fortement influencé par la concept japonais de "Wa" , leur forme particulière d'harmonie sociale. Dans cet imaginaire, des robots deviennent des partenaires, des collaborateurs des humains, comme ils le sont representés dans "Ghost in the Machine", "Brave Police J-Decker", ou de nombreux autres animés japonais.

Le régime biopolitique que nous aurions avec des robots dépendent aussi de nos cultures, et de nos propres capacités à vivre avec les autres êtres conscients, qu'ils soient humains ou robots.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
robots, machine, humanoïde, humains
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pierre325
- 06/12/2013 - 16:34
plus intéressant je pense
L'impacte que va avoir dans les prochaine années l'arrivé de robot humanoide qui vont posé de nouveau problème sociaux et économique.
Vinas Veritas
- 06/12/2013 - 11:22
Rien à voir avec
La Charia, loi des hommes (enfin certains) prône la lapidation de la femme adultère.
Le corps nu de la femme ne peut pas s'exposer en public parce qu'impur et les nouveaux bourreaux ont pensé que la femme suspendue dans un terrain de football sera plus respectueuse de l'homme vêtue d'une burka qui les protège (les hommes) de l'impureté.
Soit, encore faut-il aller jusqu'au bout du principe et remplacer le caillou par un ballon de pierre déposé au point de pénalty. Tous les hommes sont invités à tour de rôle au tir au but et la lapidation s'arrête au premier refus de l'un des bourreaux à taper dans le ballon instrument de torture.
EOLE
- 06/12/2013 - 09:35
On se comportera avec son robot...
...comme on se comporte avec son automobile. C'est à dire avec nos projections déplacées du cheval, "plus belle conquête de l'homme".