En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 13 heures 9 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 13 heures 44 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 14 heures 40 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 16 heures 56 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 21 heures 21 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 21 heures 50 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 13 heures 28 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 14 heures 11 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 15 heures 43 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 18 heures 36 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 19 heures 56 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 20 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 20 heures 57 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 21 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 22 heures 20 min
Bonnes feuilles

Fiction : quand des terroristes faisaient trembler le sommet de l'Etat

Publié le 26 novembre 2013
Inspiré librement d’un événement qui ébranla le sommet de l’Etat, ce roman plonge au cœur d’une affaire à ce jour encore non résolue. Entre les mois de décembre 2003 et Mars 2004, une bombe est retrouvée sur les rails de la SNCF dans le centre de la France. Le groupe AZF réclame alors 4 millions d’euros. Extrait de "AZF, une affaire au sommet de l'Etat" (1/2).
Arnaud Ardoin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste reporter de télévision sur la Chaîne Parlementaire Assemblée Nationale (LCP-AN), Arnaud Ardoin anime et coordonne l’émission quotidienne « Ça vous regarde » traitant de tous les sujets de société. Après être passé par France 2, France 3, M6,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Inspiré librement d’un événement qui ébranla le sommet de l’Etat, ce roman plonge au cœur d’une affaire à ce jour encore non résolue. Entre les mois de décembre 2003 et Mars 2004, une bombe est retrouvée sur les rails de la SNCF dans le centre de la France. Le groupe AZF réclame alors 4 millions d’euros. Extrait de "AZF, une affaire au sommet de l'Etat" (1/2).

Le ministre croqua à pleine bouche un chocolat praliné feuilleté aux amandes enrobé de chocolat noir 70 %, un cru sélectionné venu de Madagascar. Il avait déjà ingurgité compulsivement plusieurs centaines de grammes de ce nectar de cacao, spécialement fabriqué pour lui par l’un des pâtissiers les plus célèbres de la capitale. Sa gourmandise préférée, son antidépresseur et surtout, son meilleur antidote à la colère n’agissait pas aujourd’hui. Une rage violente montait en lui comme une vague de feu, lui comprimait les poumons et lui serrait la gorge. Même à dose massive, les précieux glucides ne produisaient aucun effet.

L’origine de la fureur ministérielle, une petite enveloppe kraft marron, posée sur sa grande table. À l’intérieur, un article de presse collé sur un rectangle de papier : l’édito de Jacques-André Muzillac. Désormais, non seulement toute la France savait que des bombes extrêmement dangereuses menaçaient les grandes lignes de son réseau ferré, mais en plus, le ministre se voyait administrer une leçon de déontologie par ce baron de province :

Nous avons fait notre métier. Il a fallu que nous rendions publique cette information pour que les usagers du rail et les cheminots apprennent avec stupéfaction que, depuis plusieurs semaines, ils couraient un possible danger, que les pouvoirs publics en avaient connaissance et pourtant n’en avaient rien dit. Nous comprenons que certaines enquêtes méritent la discrétion. Pas celle-ci.

Le ministre regarda la boîte de chocolats avec autant d’avidité qu’un drogué, sa seringue remplie d’héroïne. Puis il jeta l’article à terre de toute sa force. La feuille virevolta jusqu’au sol, offrant un spectacle de légèreté, de grâce, qui décupla la fureur du ministre. Comment avait-on pu lui désobéir ? Comment ce Muzillac pouvait-il lui tenir tête ? Il fallait réagir vite, des têtes allaient tomber, mais lesquelles ?

Se bousculèrent alors les idées les plus folles, les plus machiavéliques. La paranoïa le submergeait. Il ruminait cette idée depuis des semaines : le Château cherchait à lui barrer la route et tous les moyens étaient bons.

Malgré les sourires du président pendant les conseils des ministres, les dagues étaient sorties, il le savait, il le sentait. Personne ne pourrait l’empêcher de se lancer dans la bataille présidentielle, pas la défaite aux régionales qui se profilait et sûrement pas cette grotesque affaire de bombe, histoire de le ridiculiser. Les Français ne tomberaient pas dans le panneau. Il résuma sa pensée à voix haute englobant Muzillac et le président dans sa hargne : « Il va me le payer ce fils de pute. Pourquoi n’a-t-il pas respecté l’embargo, bordel de merde ? »

Puis il continua son monologue silencieusement : « Il va me le payer, qu’est-ce qui lui prend, à ce con de province, de ne pas respecter l’embargo, qu’est-ce qu’il veut se prouver ? Quel lien a-t-il avec le vieux du Château ? C’est par là qu’il faut creuser, ils se tiennent… pour me tuer ! C’est évident : ils cherchent à ridiculiser la police en montrant qu’elle est incapable d’arrêter ces terroristes. »

Ses tempes cognaient, il sentait sa migraine revenir.

Et puis, il n’avait pas prévenu le patron de la SNCF qui allait très mal le prendre… L’incident déclenchait un enchainement de conséquences incontrôlables. Au fond de la pièce, une télévision allumée sur une chaîne d’informations débitait ses nouvelles, son coupé. Il plongea la main dans la boîte de chocolats pour la énième fois, sans penser à son poids… Puis, il revint s’asseoir à sa table et demeura immobile un moment. Sa rage ne s’était pas calmée, elle s’était seulement tapie au fond de lui, prête à jaillir à nouveau. Son téléphone personnel vibra, il l’ignora. Pas envie de parler à sa femme. Il se pencha sur la petite table chargée d’appareils téléphoniques de couleurs différentes qui flanquait son bureau et forma un numéro.

– Alain ? C’est moi. Dis-moi, quels sont les journalistes au courant pour les lettres AZF ?

Avec le ministre, le directeur de la police nationale ne s’énervait jamais, cela n’aurait servi à rien. Ils se connaissaient depuis l’enfance, comme des frères. Dans leurs relations professionnelles, il affectait un calme et une déférence immuable. Il se voulait toujours rassurant : il contrôlait tout. C’était ce qu’il devait dire au président.

– Mais alors, qui a balancé ? Alain, c’est la question que je te pose.

Le ministre en écoutant la réponse était agité de tics. Son interlocuteur ne pouvait voir qu’une autre explosion de colère était imminente.

– Je sais, je connais ce Serge Blayau, c’est lui qui a récupéré l’information mais qui lui a donné ce tuyau ? Qui a balancé ? Le ministre se retenait difficilement…

– Non. Il ne s’agit pas de « on va voir » ! Une fois suffit. Ça va donner des idées aux autres. Qui a balancé ? martela-t-il à nouveau. Il laissa l’autre lui répondre plus longuement et rétorqua :

– Non, pour l’instant on fait juste un contre-feu mais on ne bouge pas. Laissons le Château sortir du bois parce qu’ils reçoivent les mêmes lettres, je te le rappelle.

Le directeur de cabinet entra. Il observa son ministre longuement, avec un mélange de compassion et de sévérité… Celui-ci prit conscience de sa présence dans un sursaut.

– Quoi ? Vous m’avez fait peur… Je suis extrêmement en colère, Christian… Le haut fonctionnaire prit la réflexion comme un euphémisme.

– Vous avez vu l’article ? Depuis des années l’homme supportait ses humeurs, et bâtissait pierre à pierre sa victoire pressentie à l’élection présidentielle. Assis, le dos raide, la tête légèrement inclinée, il tenait un document.

– Nous avons préparé un communiqué, dit-il sans répondre, pour informer les rédactions qu’une bombe avait été retrouvée sur les rails et que nous faisions le nécessaire avec la SNCF… Histoire de limiter l’impact. C’est le seul moyen d’éviter la contagion et surtout de reprendre la main sur cette affaire. Il parlait lentement, sans aucune hésitation, donnant l’impression de parfaitement maîtriser son sujet, le président aimait son professionnalisme, sa rigueur et son calme…

– Monsieur le ministre, je voulais vous dire que deux autres éléments sont de nature à nous inquiéter. C’était une formule qu’il utilisait souvent.

– D’abord, et je vous le livre d’une manière abrupte, nous venons de recevoir une cinquième lettre, postée de Roubaix. Vous la trouverez en première page de ce dossier… Il prenait soin de bien articuler et de garder un ton neutre.

– Je vous passe les détails de cette très longue lettre qui est actuellement examinée par les renseignements généraux, mais le groupe nous explique la manière dont ils ont organisé leur plan. La première bombe est marquée du chiffre 018, c’est-à-dire qu’elle sera activée le 18 février. Machinalement, le ministre jeta un regard sur son agenda posé sur le bureau

– Nous sommes le 13 ! Ça nous laisse six jours ! s’exclama-t-il.

– Oui, mais la suite est encore plus intéressante. Le conseiller ralentit son débit.

– La bombe sera active de zéro heure à 24 heures, de nouveau 31 jours plus tard en cas de non-explosion. Et les 6667suivantes se succèderont à raison de 2 à 4 par semaine, en un mot, ce groupe nous met une pression maximale. Il prenait son temps car il le savait, la suite allait être encore plus pénible.

– Ensuite, ils nous proposent un moyen de communiquer. Tout est expliqué dans le paragraphe…

– Quoi ? Eh bien, allez-y ! rétorqua, le ministre

– Si vous jugez qu’il est préférable de payer, faites paraître l’annonce ci-dessous dans la rubrique “messages personnels” du journal Libération.

Extrait de "AZF, une affaire au sommet de l'Etat", Arnaud Ardoin (Editions du rocher), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Glop Glop
- 23/11/2013 - 19:41
AZF? QUoi? Le Silence d'Etat tous azimuts?
http://www.youtube.com/watch?v=B4sjWXnTAV0