En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 min 37 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 36 min 49 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 11 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 22 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 17 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 50 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 18 min 37 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 6 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 26 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 48 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 29 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 5 min
T'as un 06 ?

Bolos et Swag : dictionnaire des principales insultes et expressions de banlieue

Publié le 19 novembre 2013
Anglicismes, argot, apport culturel des Français d'origine étrangère : la langue française est bien vivante et ne cesse d'évoluer avec chaque nouvelle génération. Tour d'horizon des mots du moments, de leurs origines et de leur sens.
Abdelkarim Tengour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'un DESS de génie industriel, Abdelkarim Tengour a créé en 2000 le site participatif "Dictionnaire de la zone"à partir duquel il a créé son livre "Tout l'argot des banlieues. Le dictionnaire de la zone en 2600 définitions".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anglicismes, argot, apport culturel des Français d'origine étrangère : la langue française est bien vivante et ne cesse d'évoluer avec chaque nouvelle génération. Tour d'horizon des mots du moments, de leurs origines et de leur sens.

Atlantico : Abdelkarim Tengour, en tant qu’auteur du « dictionnaire de la zone » créé de manière participative via son site (voir ici), quels sont les cinq mots « nouveaux » qui soient caractéristiques de la jeune génération ? Par quel procédé se sont-ils construits ou sont-ils apparus ?

Abdelkarim Tengour : Petite précision, il est important de faire la distinction entre le langage des banlieues ou des cités et le langage des jeunes aussi appelés djeunz. Le premier est souvent perçu de manière négative car comme l’argot à l’origine, il est lié au milieu de la délinquance, c’est aussi pour cette raison qu’il est difficilement accessible car fortement crypté. C’est seulement quand un terme issu des banlieues se popularise en pénétrant les différentes couches de la société qu’il s’inscrit dans le registre du langage des jeunes, voire aussi parfois dans le registre du langage familier. Pour illustrer mes propos, des films comme « La Haine » ou bien « Ma 6T va cra-ker » utilisent des dialogues inspirés de jeunes de cité et une série télévisée comme « Soda » utilise des dialogues inspirés du langage des djeunz.

Voici 5 mots apparus selon mes sources à partir des années 2000 :

Bader : S'inquiéter, stresser, angoisser. Mot provenant de l’anglais bad (mauvais) et qui est directement issu du mot anglais bad-trip utilisé dans le milieu toxicomane. Dans les années 1990, le terme employé était donc plutôt bad-tripper (même sens que bader).

Bolos : Popularisé dans les années 2003-2004, il semble que ce mot soit d’origine plus ancienne (peut-être fin des années 1990). Son étymologie demeure jusqu’à ce jour inconnue. Ce terme avait pour sens d’origine « le client du dealer » (il est donc apparu dans le milieu des trafiquants de drogue), puis il est devenu synonyme de « victime potentiel de racket » (c’est d’abord avec ce sens que le terme se répand, voir l’article de Luc Bronner dans le Monde, Manifestations de lycéens : le spectre des violences anti-Blancs, 15/03/05 dont je fais référence pour le terme « bolosser »), pour finir par prendre son sens actuel « personne sans intérêt qui n’est pas prise au sérieux », soit l’équivalent de bouffon.

Avoir le seum : Avoir de la rancœur, du dégoût. Provenant de l’arabe « seum » venin. Cette expression a supplanté l’expression « avoir la haine » qui datait des années 1980. Elle est directement issue de l’immigration maghrébine. Au Maghreb, on parle de seum quand une personne dit des méchancetés. Le seum désigne aussi du haschisch de bonne qualité.

Swag : Style vestimentaire, style. Mot récent issu de l’argot américain véhiculé d’abord par les rappeurs américains puis par les rappeurs français. Il est un peu l’équivalent du mot look dans les années 1980. Il est à la fois un nom pour désigner le style mais aussi un adjectif pour désigner une personne qui a du style, on peut aussi employé l’adjectif swagué.

Wesh : Terme signifiant à la fois « comment ça va ? » et « qu’est-ce qui se passe ? ». Issu de l’arabe maghrébin sous forme d’interjection qui signifie « eh quoi ! ». Ce terme d’abord utilisé par les jeunes issus de l’immigration maghrébine s’est répandu chez les jeunes de banlieues et ceux d’ailleurs. Le terme étant assez typé, il a par la suite était utilisé de manière péjorative pour désigner les jeunes qui parlent le langage des cités (un wesh-wesh), l’équivalent de zyva pour désigner ces mêmes jeunes dans les années 1980-90.

Les mots se régénèrent et se ringardisent extrêmement vite d’une génération à l’autre. Comment expliquer cette vitesse de mutation ? Pourquoi au contraire certains mots survivent-ils au temps ?

La fonction initiale de l’argot est une fonction cryptique. Le but est de communiquer et de n’être compris que par les membres d’un même clan. Les moyens de communications actuels permettent une diffusion de plus en plus rapide du langage. Quand un mot argotique est employé et se répand il finit par être décodé et perd sa fonction cryptique initiale. Il est alors le plus souvent remplacé par un nouveau mot qui tient lieu de synonyme. Par exemple : le mot beur pour désigner une jeune magrébin issu de l’immigration issu du verlan de arabe, a été remplacé par rebeu, puis rabza.

Parfois les mots changent de sens quand ils se popularisent, c’est le cas notamment de bolos (voir plus haut).

Les mots que je considère comme nouveau ont souvent déjà quelques années d’existence c’est aussi une des raisons pour laquelle il est très difficile de donner le lieu d’origine exact d’apparition d’un mot.

Par ailleurs, les mots s’usent. Ce qui n’est pas propre au langage argotique mais comme celui-ci est sans cesse renouveler par les jeunes générations, il est en perpétuel mutation et se démode très vite. En revanche, les mots qui ont réussit à passer dans le langage familier peuvent durer des siècles. Un mot comme nana a déjà plus d’un siècle, le mot meuf plus de 30 ans et semble s’inscrire dans la durée. En revanche, il est rare d’entendre un jeune parlé de gonzesse, bien que le mot n’ait pas disparu du langage populaire.

Influence anglo-saxonne, cultures des populations d’origine immigrée, télévision : quels sont aujourd’hui les principales influences culturelles qui font les mots nouveaux ?

Dans mon livre, j’ai mis en évidence que la plus grande source d’apport de mots étrangers dans le langage argotique français était d’origine anglo-saxonne. Cet apport ne date pas d’aujourd’hui et c’est la raison pour laquelle il n’a pas été encore supplanté par les apports issu de langues africaines et nord-africaines. Parmi les mots familiers issus de l’anglais on trouve bon nombre d’anglicismes comme bader, tripper, squatter etc., des mots issus de l’argot américain shit, shoot, trash etc. ou encore des mots nouveaux véhiculés par les rappeurs comme swag, izi, kicker

Dans les vingt dernières années, l’apport de mots nouveaux issus de l’arabe maghrébin s’est semble-t-il accéléré, avec des mots comme zéref, seum, wesh mais ces dernières années, on a vu apparaitre des mots issus de l’argot ivoirien aussi appelé nouchi, des mots comme ambiancer, djèse, dra, enjailler, tchoin… qui même s’ils sont courants, notamment dans le rap français, ne sont pas encore passés dans le langage familier.

En résumé, le rap français semble aujourd’hui le principal vecteur du langage des banlieues et celui des jeunes.

Ces mots populaires apparaissent-ils dans la population pour remonter vers les célébrités, rappeurs et autres ou au contraire se répandent-ils dans l’autre sens ?

Je dirais que le sens de transmission part de la base (les milieux populaires) pour ensuite remonter via les médias, le rap, la télévision, les films… En revanche, il y a une perméabilité entre le langage de banlieue passé dans celui des jeunes vers les jeunes des classes supérieures notamment ceux qui veulent jouer les « bad-boys » (cf. « Neuilly sa mère ! » de Gabriel Julien-Laferrière).

Il est à noter que certains mots du langage argotique sont passés dans le français académique, c’est notamment le cas des mots cambrioler ou patibulaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cobra le Cynique
- 22/11/2013 - 07:26
@gliocyte
C'est bien ce que je me suis dit en parcourant tes coms. En fait tu es le genre à vivre par procuration. Et comme les gens de ton espèce l'argument de dénigrement de base, c'est "Oh ! T'as fait une faute !". Bouffon !
Bon, j'ai pas de temps à perdre. Entre les fafs qui lâchent leur coms haineux et les abrutis qu'on rien d'autre à foutre de leur vie qu'à faire des coms bidons, moi, je trace...
gliocyte
- 20/11/2013 - 20:05
`@Cobra le Cynique
Je pensais que vu votre niveau d'étude, votre haut degré de réflexion, vous auriez la capacité de penser par vous-même, mais si Marx est votre guru.... A titre amical, vérifiez votre orthographe car pour une personne qui écrit des dictionnaires, vos fautes font mauvais effet. Enfin un dictionnaire avec des fautes doit être "in". Les bobos doivent se l'arracher.
Cobra le Cynique
- 20/11/2013 - 11:25
@gliocyte
Je n'ai pas de mépris pour le peuple, seulement pour les abrutis qui se croient plus malin que les autres. Là où je vis on a pour habitude de se balancer des vannes à tout bout de champ, visiblement, tu piges pas le second degré... Cet entrepreneur qui se vante de servir la France parce qu'il fait travailler deux péquins me fait bien rigoler. Il ne m'aurait pas attaqué sur mon niveau d'étude, je ne l'aurais pas chambrer sur son CAP.
Un entrepreneur, qu'on le veuille ou non d'un point de vu purement marxiste est un exploiteur, c'est le système qui veut ça, je l'ai pas inventé... Mais j'en bats.
J'ai écrit un dictionnaire sur l'argot FRANÇAIS. Maintenant que des p'tits fafs assimilent ça à de l'arabe à cause de mon blase, c'est leur problème. D'ailleurs, ils ne savent pas lire donc je ne m'adresse pas à eux. Ceux qui connaissent un peu mon site, savent qui je suis et je ne vais pas faire des bassesses devant des connards pour faire politiquement correct.

A bon entendeur.

Cobra, toujours cynique.