En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 50 min 15 sec
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 5 heures 59 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 6 heures 28 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 7 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 9 heures 47 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 11 heures 56 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 2 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 6 heures 14 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 8 heures 42 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 10 heures 58 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 11 heures 29 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 12 heures 4 min
Au pilori

Aurait-on dû laisser la crise avoir la peau de plus de banques ?

Publié le 19 novembre 2013
Trop de banques européennes ont survécu à la crise financière, estime le président de l'Autorité bancaire européenne (ABE), Andrea Enria, dans un entretien au quotidien allemand "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Une position lapidaire non dénuée de fondements économiques.
Eric Lamarque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Lamarque est Professeur à l'Université Paris 1 Sorbonne - IAE et directeur du Master Finance.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trop de banques européennes ont survécu à la crise financière, estime le président de l'Autorité bancaire européenne (ABE), Andrea Enria, dans un entretien au quotidien allemand "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Une position lapidaire non dénuée de fondements économiques.

Atlantico : Une quarantaine d’établissements bancaires ont disparus en Europe depuis la crise contre près de 500 aux Etats-Unis, a rappelé le président de l’Autorité bancaire européenne (ABE). Comment expliquer ces différences de traitements sur les deux continents ?

Eric Lamarque : Je trouve les paroles du président de l’EBA pour le moins approximatives et assez provocatrices. La comparaison des Etats – Unis avec l’Europe me paraît difficile à faire compte tenu de la différence de structure des secteurs bancaires dans les deux pays.

Aux USA, il existe de nombreuses banques de toute petite taille à côté des grands acteurs internationaux comme JP Morgan ou Bank of América. Il existe au total autour de 8000 banques avec 75 % des actifs détenus par les dix premières. L’Europe compte un peu plus de 6000 établissements recensés mais ce nombre tombe à un peu plus de 2600 en intégrant les filiales dans les maisons mères. Donc la structure est bien différente.

Ensuite il existe aux USA beaucoup de banques spécialisées sur le crédit à la consommation ou le crédit immobilier et l’on sait que leurs conditions d’octroi de financement ont été beaucoup plus généreuses que chez nous.

Enfin ce sont essentiellement les banques régionales ou locales qui ont fait faillite aux USA alors qu’en Europe ces banques font souvent partie de groupes plus larges qui leur assurent une forme de sécurité.

La volonté des gouvernements européens de maintenir leurs banques en vie à tout prix a-t-elle pu freiner la reprise économique ? Si oui comment ?

Je n’en suis pas convaincu. Le déficit des Etats européens s’est beaucoup plus creusé entre 2008 et 2010 en raison des plans de relance macro économiques qu’en raison du soutien direct aux établissements. En France, les prêts en fonds propres faits par l’Etat ont été remboursés. Il reste en Europe des banques où l’Etat est encore présent mais encore une fois les montants en jeu ne sont pas la principale raison des déficits budgétaires.

Ces interventions étaient-elles souhaitables ? Comment ont-elles été justifiées ?

En 2008, ces interventions étaient souhaitables en Europe. Le principe fondamental reste la sécurité des dépôts et les mécanismes alors en place étaient insuffisants pour assurer une résolution sans panique des éventuelles défaillances. Aux USA, le Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), organisme de garantie des dépôts et de résolution des faillites, a toujours eu les ressources nécessaires pour absorber les chocs. Le nombre important de défauts enregistré entre 2008 et 2011 a donc pu être géré sans avoir recours à une intervention directe de l’Etat.

Paradoxalement, comment un plus grand nombre de défaillances aurait-il pu favoriser la relance et l’assainissement du marché ?

Les défaillances des banques sont principalement dues à des politiques de crédit imprudentes ainsi qu’a une dégradation de la qualité des emprunteurs en raison de conditions économiques défavorables. Organiser la faillite d’établissements mal géré de ce point de vue est donc une bonne chose.

Par contre, il faut bien prendre soin à la préservation des dépôts, d’où la nécessité d’avoir un mécanisme de résolution et de garantie des dépôts. Car, en l’absence de ces garanties, les défaillances de banque aggravent les crises bien plus qu’elles ne favorisent une quelconque relance.

Quel rôle devra jouer l'Union bancaire telle qu'elle est actuellement envisagée dans la restructuration et le démantèlement des banques non viables ?

Il est aujourd’hui essentiel de disposer d’un système proche de celui des USA. En effet, le FDIC est alimenté en fonds par les banques elles-mêmes et les revenus générés par ses propres placement. L’Etat n’est donc pas sollicité tant que l’on assiste pas à une faillite d’un très gros acteur. Mais encore une fois, il faudra un dispositif adapté à la structure du secteur bancaire européen qui reste plus concentré que l’américain.

Les mécanismes de résolution comprennent plusieurs niveaux. Le premier est celui des groupes bancaires eux-mêmes qui sont les premiers responsables de la résolution des problèmes de leurs propres filiales et des entités de leur groupe. Ensuite au niveau de chaque pays, il doit exister un mécanisme de résolution entre banques nationales. C’est l’objet de l’Autorité de Contrôle Prudentiel auquel on vient d’ajouter la mission de résolution des faillites, l’ACPR. Enfin, il reste à structurer le niveau européen pour voir dans quelles conditions il interviendra lorsque les banques du pays concerné ne pourront pas tout assumer. Pour pouvoir arriver à cette structure européenne, il faut que les Etats membres se mettent d’accord sur son financement et les conditions de son intervention. Ce qui suppose une vision partagée des risques auxquels les banques sont réellement exposées. C’est sans doute dans ce contexte que les propos du président de l’EBA ont été tenus, afin de préparer le terrain pour faire passer une conception très dure des principes d’évaluation des risques pouvant mettre en difficulté plusieurs acteurs européens.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rmgl
- 19/11/2013 - 18:14
Le problème est antérieur. Il
Le problème est antérieur. Il faut réfléchir avant que le vase soit cassé et non après. un vase cassé ne peut être recollé.
Ce sont les banquiers qui gèrent l'argent déposé par les Français. Obligation leur est faite de ne pas le dilapider.
Malheureusement, l'argent fait tourner bien des têtes.
un_lecteur
- 19/11/2013 - 13:27
"Organiser la faillite
"Organiser la faillite d’établissements mal géré de ce point de vue est donc une bonne chose.
Par contre, il faut bien prendre soin à la préservation des dépôts, d’où la nécessité d’avoir un mécanisme de résolution et de garantie des dépôts. Car, en l’absence de ces garanties, les défaillances de banque aggravent les crises bien plus qu’elles ne favorisent une quelconque relance."
Nous faisons le contraire : piquer dans les dépôts pour éviter la faillite de banques mal gérée.
C'est l'exemple de Chypre.
Nous avons un cas concret d'un pays qui a laisse ses banques mal gérées faire faillite : l'Islande.
Ce pays est en train de s'en sortir rapidement, bien mieux que ceux qui font tout pour sauver les banques.
Le cas de l'Islande est intéressant : la représentation dite représentatif avait coté pour le sauvetage des banques. Il y a eu alors deux miracles.
- le président de la république à lance un référendum, et une large majorité à vote pour laisser les banques faire faillite. Premier miracle.
- deuxième miracle : le choix des citoyens a été respecté.
naejnaej
- 19/11/2013 - 13:17
C'est quand même incroyable...
ces gens qui prônent le libéralisme que quand il faut baisser les salaires des plus démunis, retirer les aides sociaux ou remettre en cause les services public. Dans le libéralisme, normalement, une entreprise qui coule doit couler et une autre prendra sa place telle le phénix... Mais on voit bien que les libéraux ne sont pas dérangé par les interventions de l'Etat quand il faut sauver leur business...