En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 8 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 13 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 14 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 14 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 15 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 16 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 17 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 17 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 17 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 13 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 15 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 15 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 16 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 16 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 17 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 17 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 17 heures
© Reflexologie-sante.fr
Les banques ont trop prêté et sont devenues le talon d'Achille de l'Europe.
© Reflexologie-sante.fr
Les banques ont trop prêté et sont devenues le talon d'Achille de l'Europe.
Décod’Eco

Les banques, talon d'Achille de l'Europe

Publié le 01 octobre 2013
La dangerosité des banques européennes n'est plus à prouver... et les banques françaises ne sont pas particulièrement bien placées en la matière. Explications.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dangerosité des banques européennes n'est plus à prouver... et les banques françaises ne sont pas particulièrement bien placées en la matière. Explications.

Les banques sont le talon d’Achille de l’Europe. Leur dangerosité n’est plus à prouver - il suffit de regarder le classement fait par Goldman Sachs des banques européennes à plus fort effet de levier (donc les plus dangereuses). Vous pouvez le retrouver ici, mais sachez que parmi les cinq premières, trois sont françaises (Crédit Agricole, Natixis, Société Générale).

Ce n’est pas complètement de leur faute - elles ont été prises dans l’engrenage de leurs relations un peu trop proches avec les États. Je m’explique : les banques sont les principaux acheteurs de dette obligataire non seulement de leur propre pays mais aussi des États de la Zone euro.

Quand la crise de l’euro s’est déclenchée, ces obligations se sont avérées être de véritables bombes à retardement au cœur des actifs des banques. A cela se sont ajoutés les crédits immobiliers issus de bulles immobilières (je pense tout particulièrement à l’Espagne ou l’Irlande) et les défaillances d’entreprises ou de particuliers. Défaillances qui se sont multipliées avec l’explosion du chômage, l’effondrement de la consommation et la récession.

Les banques européennes ont déjà fait l’objet de plusieurs vagues d’aides. De leur État, de la Troïka ou encore de la BCE via le LTRO (Long Term Refinancing Operations). Malgré ces aides, malgré les bons résultats des banques au premier semestre 2013. Les grandes banques européennes sortent du long tunnel de la crise, titrait en août dernier Les Échos, publiant le tableau suivant :

Pour faire vite et vous donner une idée de l’ampleur du risque que représentent les banques, disons que les actifs d’une banque sont pondérés selon un calcul de risque. Ainsi la dette souveraine d’un État est considérée comme pas du tout ou très peu risquée et “consomme” donc presque aucun fonds propres… Tout est dit, non ? La crise de l’euro nous a prouvé qu’un État pouvait faire quasi-faillite. Cela a été le cas de la Grèce, qui n’a pas officiellement fait faillite mais qui a restructuré (beaucoup de jargon en ce domaine) une très grande partie de sa dette.

Ceci précisé, revenons aux banques européennes. Sur le total de 117 milliards de dollars de fonds propres que les banques vont devoir trouver très rapidement pour satisfaire à Bâle III, 61% concerne les banques européennes. A elles seules, elles doivent trouver 70 milliards d’euros d’ici 2019 (date limite fixée par Bâle III).

Les banques européennes sont donc confrontées à deux problèmes majeurs :
 - trouver des liquidités pour satisfaire aux règles de Bâle III ;
 - et purger leurs bilans des actifs douteux. Elles ont déjà évacué 2 900 milliards d’euros. Mais il leur en reste 3 200 milliards d’euros au bas mot.

Comment vont-elles faire ? Augmenter leurs activités de trading, très certainement. Mais aussi attendre l’aide qui vient d’en haut… celle de la BCE.

Des milliards, et vite !

L’institution de Francfort envisage en effet un nouvel LTRO, le troisième du genre. Qu’est-ce qu’un LTRO ? Simone Wapler donnait la réponse dans sa Stratégie : “Ces opérations (d’une durée de trois ans) consistent pour la BCE à créer de l’argent en acceptant en gage des créances pourries. Sont éligibles par exemple la dette souveraine portugaise, des prêts automobiles espagnols… Ces créances plus que douteuses sont apportées par la banque commerciale à qui la BCE va prêter de l’argent“.

Fin 2011 et début 2012, la BCE a ainsi lancé deux LTRO, pour un montant total de 1 000 milliards d’euros. Petite citation des Échos : “Rappelant que les banques de la Zone euro ont remboursé une grande partie des deux premiers LTRO accordés fin 2011 et début 2012, Mario Draghi a jugé que cela constituait d’un côté un bon signe car cela montre que les banques ne sont pas dépendantes du financement de la BCE’“.

Je me permets une petite parenthèse ironique dans cette Quotidienne. Que pensez-vous que représente “une grande partie des deux premiers LTRO” ? 50% ? 60% ? 80% ? Non… 32,3%, soit 323 milliards d’euros (chiffres datant d’août dernier).

Les banques ont donc remboursé 323 milliards d’euros sur les 1 000 prêtés, et Mario Draghi envisage un nouveau prêt. Pourquoi ? Officiellement parce que “les excès de liquidités” s’assèchent sur les marchés. Ce qui veut dire qu’il y a de moins en moins d’argent (les banques remboursent les liquidités prêtées par la BCE) mais aussi que celui-ci circule moins. Ce qui nous ramène à ce bon indicateur de la santé des banques que sont les prêts interbancaires, et le taux auquel elles se prêtent entre elles.

Ces prêts sont à la base du fonctionnement des banques. Quand elles se montrent réticentes à se prêter de l’argent entre elles, ce n’est pas très bon signe. Or dernièrement ce taux est de nouveau en hausse.

Simone Wapler résume ainsi la situation : “Les banques ont trop prêté. Faute de croissance, les créances deviennent de plus en plus douteuses. Pour masquer des pertes, on maquille une crise de solvabilité (la banque devrait s’asseoir sur ses mauvaises créances, quitte à faire faillite) en crise de liquidité (la banque a simplement une fin de mois difficile à passer)”.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

- Nouveaux prêts aux banques par la BCE
- Nouveau prêt à la Grèce
- Nouveaux risques au Portugal
- Remontée des taux obligataires dans toute l’Europe (ce qui risque à terme de peser sur votre assurance-vie)

Le problème des banques européennes est très loin d’être réglé.

[Pour un audit approfondi du véritable état des banques françaises - et comment mettre votre argent à l'abri si les choses venaient à mal tourner -, continuez votre lecture...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires