En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 10 heures 11 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 12 heures 28 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 14 heures 1 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 15 heures 43 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 18 heures 5 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 18 heures 50 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 19 heures 30 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 19 heures 51 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 13 heures 27 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 15 heures 13 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 18 heures 16 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 18 heures 30 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 19 heures 15 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 19 heures 48 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 20 heures 11 min
Bonnes feuilles

Entreprises : la gauche française est (encore) bloquée à l'époque de la révolution industrielle

Publié le 28 septembre 2013
Quand la gauche et l'entreprise pourront-elles enfin s'entendre ? Insatisfait des mesures mises en place, Olivier Mathiot invite le gouvernement à réviser le manuel de la petite entreprise. Extrait de "La gauche a mal à son entreprise" (1/2).
Olivier Mathiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Mathiot est cofondateur de PriceMinister, désormais filiale française du groupe japonais Rakuten, et un des porteparole du mouvement des « Pigeons ». Il est également un business angel, accompagnant une quinzaine de start-up innovantes, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand la gauche et l'entreprise pourront-elles enfin s'entendre ? Insatisfait des mesures mises en place, Olivier Mathiot invite le gouvernement à réviser le manuel de la petite entreprise. Extrait de "La gauche a mal à son entreprise" (1/2).

L’origine de l’esprit des conquêtes sociales se trouve dans la révolution industrielle, et donc par définition elle est « ouvriériste », ce qui en soi correspondait à une réalité de l’organisation du travail et de l’économie au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, et dont le « fordisme » est emblématique au début du XXe. Les partis de gauche en France ont toujours été divisés entre l’esprit révolutionnaire prolétaire (lutte contre le capitalisme et contre le gouvernement bourgeois qui ne font qu’un) et la participation au gouvernement républicain pour réformer le système de l’intérieur (Cartel des gauches, Front populaire, mai 81). Il ne faut pas oublier que la stratégie de conquête du pouvoir du PS, sous l’impulsion de Mitterrand, repose sur le célèbre « programme commun » de 1972 signé avec le PCF et les radicaux de gauche. Le travail du futur premier Président socialiste de la Ve République a consisté à rassembler la gauche tout entière pendant ces dix années. Alors qu’il est bien de centre gauche, François Mitterrand définit une stratégie de conquête du pouvoir qui repose sur une confrontation manichéenne entre toute la gauche et la droite gaulliste.

Cette tradition d’alliance avec la gauche de la gauche est la colonne vertébrale de l’histoire du PS. Sans monopole de la gauche, les socialistes durent donc accepter de s’allier aux communistes dès 1930. De fait, la gauche socialiste ne peut que maintenir un discours marxiste, une rhétorique anticapitaliste pour assurer l’union, au moins électorale, de la gauche.

Historien respecté des courants politiques et des mouvements intellectuels, Michel Winock souligne : « Tout se passe comme si, depuis sa création en 1905, le PS était un parti social-démocrate qui refusait de dire son nom. [ ...] Cela pour des raisons historiques qui remontent à la Révolution de 1789, mais aussi, dans une période plus récente, aux surenchères révolutionnaires des concurrents du parti socialiste : d’abord la CGT syndicaliste révolutionnaire d’avant 1914, puis le parti communiste, né de la scission du congrès de Tours. [...] Il ne fallait pas être moins socialiste que le frère ennemi. Du même coup, la formule sociale-démocrate du compromis avec la société et l’économie libérale a été durablement rejetée, quand bien même la pratique politique était celle du réformisme. »

Néanmoins, lors du congrès de l’Arche de 1991, Michel Rocard fait accepter l’idée d’« une société solidaire dans une économie de marché », au grand dam des marxistes qui considèrent que « le PS tourne le dos à ses choix fondateurs ». Au congrès de Brest de 1997 est rappelée la nécessité de concilier « les exigences de la démocratie et du marché, de la solidarité et de l’efficacité ». Tout comme Michel Rocard, Lionel Jospin a accepté la social-démocratie et en a fait un programme gouvernemental de 1997 à 2002. Il est bon de se rappeler que le SPD allemand avait viré sa cuti et renoncé à la révolution prolétarienne dès... 1959 !

Si le PS est finalement en train de devenir social-démocrate, il souffre néanmoins d’une opposition interne – que mènent les irréductibles tenants du marxisme – qui empêche la redéfinition de son identité. Congrès après congrès, les dirigeants socialistes préfèrent les motions de synthèse pour regrouper ses membres plutôt que de redéfinir clairement ses objectifs. Assumant la social-démocratie sans en imposer la rigueur dans ses organes, le PS se convulsionne, souffre de crampes idéologiques au moment où on attend de lui de réelles performances, de prendre un bon départ pour le XXIe siècle à venir. L’opposition ouverte et regrettable entre Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg au sujet de la nationalisation temporaire d’ArcelorMittal l’a encore prouvé ; puis l’affaire Yahoo/Dailymotion a de nouveau montré les dissensions au sein du gouvernement actuel, entre le même inénarrable Montebourg et Pierre Moscovici. En termes de politique entrepreneuriale, rien de pire que d’envoyer de mauvais signaux, de brouiller les investisseurs ; il faut créer une confiance que seuls une identité, un dialogue et des politiques cohérentes peuvent installer.

Extrait de "La gauche a mal à son entreprise", Olivier Mathiot, (Plon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 30/09/2013 - 11:34
golvan - de la cupidité
golvan: "ses fondateurs se sont empressés de le vendre à un groupe japonais, avec une grosse plus value, histoire de satisfaire le plus vite possible leur cupidité"
.
Pauvre France, dès qu'un type a plus d'argent toute son humanité s'efface dis donc.
.
Il n'a pas passé des milliers d'heures difficiles à monter un truc exceptionnel avec talent et persévérance. Non, il est simplement "cupide". Peut-être que son truc, son plaisir, son talent c'est de monter des trucs difficile justement ?
.
Quand à "plaindre ces gens là" il ne s'agit absolument pas de ça. Au pire si tu tiens vraiment à faire du Zola tu pourrais comprendre ce que dis vraiment l'article et plaindre les employés, les clients et la société française qui par la faute de l'état n'auront pas des tas d'entreprises en plus.
.
Quel jalousie et quel mesquinerie, c'est effrayant.
golvan
- 28/09/2013 - 19:17
Price minister est un site de
Price minister est un site de vente en ligne, rien de spécialement innovant, et ses fondateurs se sont empressés de le vendre à un groupe japonais, avec une grosse plus value, histoire de satisfaire le plus vite possible leur cupidité. Parmi les fondateurs on trouve également le frère Kosciusko-Morizet, alors ministre du secteur considéré, ce qui peut toujours aider.
Ce type de "business plan" équivaut à monter quelque chose qu'on n'est pas capable de développer pour le vendre le plus rapidement possible avant que ce quelque chose ne disparaisse.
Je ne vois pas trop ce que cela a à voir avec la création d'une entreprise pérenne.
Par ailleurs il est vrai que les socialistes, tous relevant de l'argent public, n'ont aucune considération pour le monde de l'entreprise qu'ils ignorent totalement.
Mais de là à plaindre des jeunes gens de bonne famille qui comprennent soudainement la vraie vie, il y a une marge.
vangog
- 28/09/2013 - 18:53
Si la social-démocratie consiste à faire des réformes
pour améliorer durablement la société, alors Schroeder est social-démocrate, la gauche française, elle, est réactionnaire et archaïque!
Les socialistes Allemands ont fait leur Bad-Godersberg et rejeté le Marxisme comme néfaste pour la société.
La plupart des pays Nordiques ont rejeté le Marxisme des la fin de la guerre, car les historiens et les médias leur ont montré la réalité des dictatures socialistes.
Mais les Socialistes français n'ont pas eu ce courage, par arrivisme électoral et volonté de manipuler l'opinion, avec l'aide des médias et de l'éducation nationale, partiellement colonisés par les Trotkystes.
En cette matière, l'hypocrite Mitterrand fut un maître inégalé!
Il aurait pu rejeter le Marxisme du PCF, mais comme celui-ci recueillait autant de voix que le PS en 1976, il leur fallait avaler quelques couleuvres pour gagner.
Cette union contre nature perdure jusqu'ici, favorisée par des 1ers secrétaires sectaires comme Aubry ou falots et sans courage, comme Flanby!
On peut se demander quelle influence sur l'élection du 1er secrétaire PS ont les Trotkystes archaïques, car c'est grâce à lui qu'ils subsistent?...