En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

La SNCF condamnée pour avoir fermé l'accès d'un TGV en avance

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 min 37 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 50 min 21 sec
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 11 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 6 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 6 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 21 heures 14 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 21 heures 52 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 22 heures 21 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 32 min 27 sec
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 57 min 2 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 15 heures 18 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 16 heures 49 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 20 heures 43 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 22 heures 23 min
© Reuters
Contrairement à 1997, la plupart des pays asiatiques sont moins endettés.
© Reuters
Contrairement à 1997, la plupart des pays asiatiques sont moins endettés.
Decod'Eco

Quels seront les émergents qui sauront tirer leur épingle du jeu ?

Publié le 12 septembre 2013
Asie… devise… crise… fuite des capitaux... La situation actuelle rappelle furieusement "la crise asiatique de 1997″.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Asie… devise… crise… fuite des capitaux... La situation actuelle rappelle furieusement "la crise asiatique de 1997″.

La menace de ralentissement du QE par la Fed a lancé la fuite des capitaux hors des pays émergents. Or ce retrait – qui a atteint un peu moins de 10 milliards de dollars depuis le début de l’année – frappe les émergents là où cela fait mal : leur monnaie.

Par de nombreux aspects, la situation actuelle rappelle "la crise asiatique de 1997″, ce qui nous donne envie de nous plonger dans le passé pour essayer de déterminer l’ampleur de l’actuelle crise.

Le souvenir du krach asiatique de 1997

En 1997, tout semble rouler pour l’Asie et surtout pour ce que l’on appelle les Tigres asiatiques. Un taux de croissance souvent à 2 chiffres, une industrialisation galopante, une pauvreté en réduction et d’importants investissements étrangers. Bref… pas de nuage à l’horizon.

Ou presque. Car certains pays, comme la Thaïlande, celle par laquelle la crise est arrivée, montrent des signes d’affaiblissement économique dès 1996. Les exportations thaïlandaises s’affichent ainsi en recul de près de 10%, soit une baisse du volume de devises étrangères dans le pays. Début 1997, les Bourses asiatiques baissent et les investisseurs étrangers commencent à douter. Les monnaies asiatiques chutent à leur tour.

C’est le cas du baht thaïlandais, qui était arrimé au dollar. La Banque centrale thaïlandaise tente pendant quelque temps de faire illusion en soutenant sa monnaie (en la rachetant sur les marchés de change) pour la tenir au niveau du dollar mais la bataille est perdue d’avance car ses réserves de change sont limitées.

Toutes les conditions sont donc réunies pour une attaque spéculative de type carry trade. Et c’est un fonds d’investissement anglais qui lance l’assaut en mai 1997 pour forcer le pays à abandonner son change fixe. En juillet, devant la multiplication des attaques et ses réserves de change asséchées, la Thaïlande est obligée de laisser flotter sa monnaie. Le Baht s’effondre alors de 20% en quelques jours et de 30% en quelques semaines.

La crise aurait pu en rester là mais c’est oublier que la Thaïlande faisait partie d’un ensemble économique. Si le baht est dévalué – de 20%… 30% ou plus – ses exportations deviennent plus compétitives… et celles de ses voisins et concurrents économiques le sont moins. C’est l’engrenage. La Malaisie, les Philippines, l’Indonésie sont tous obligés d’abandonner leur arrimage au dollar et de dévaluer leur monnaie.

Dans un second temps, la crise s’étend à toute la région, de Taiwan à Singapour, en passant par Hong Kong et le Japon, c’est le grand massacre, toutes les économies asiatiques sont mises dans le même sac, sans distinction, sans véritable réflexion. Toutes les devises de la région et la crise économique et bancaire s’installe. Outre les faillites bancaires, c’est l’endettement qui devient le point sensible.

Les pays asiatiques sont en effet non pas endettés dans leur propre monnaie, mais en dollars. Si leur devise se dévalue face au billet vert, leur endettement explose.

Un exemple : vous vous endettez de 100 dollars, et vous vivez dans une autre devise. Au moment de l’émission de votre dette, le taux de change entre votre devise, appelons-la le "wapler" en hommage à Simone Wapler qui aime ce genre d’exemples (mais pas les dettes), et le dollar est de 1 pour 10.

Rembourser votre dette (sans les intérêts, ne compliquons pas encore plus les choses), vous coûtera 1 000 wapler.

Seulement après dévaluation de votre monnaie, celui-ci passe à 1 pour 30. Pour rembourser votre dette, vous devrez débourser 3 000 wapler. Douloureux, très douloureux même, surtout si, comme les pays et les industries asiatiques, vous êtes très endetté. La crise devient alors économique.

Pour sortir l’Asie de l’ornière, il a fallu outre l’intervention de toutes les banques centrales de la région, celle du FMI et d’importantes politiques de rigueur pour réduire déficit et endettement. Mais en 2 ans, la plupart des pays asiatiques avaient relevé la tête, portés par une démographie favorable, une main-d’œuvre abordable et le besoin de consommation intérieure.

1997, 2013, même combat ?

Pourquoi vous parler de la crise de 1997 ? Parce que les similitudes avec la situation actuelle sont nombreuses :

  • une balance des paiements déficitaire (soit une grande dépendance aux réserves en devises étrangères) et des réserves monétaires fragiles
  • un important taux d’inflation qui limite les moyens d’action des banques centrales
  • un fort endettement
  • un mouvement de fuite des capitaux étrangers

 

Si ressemblances il y a, les divergences sont d’importance. Premièrement, contrairement à 1997, la plupart des pays asiatiques sont moins endettés – du moins en ce qui concerne le secteur public, l’endettement des ménages et des entreprises ayant cependant atteint des niveaux inquiétants.

Ensuite, dans les années 1990, les capitaux étrangers s’étaient essentiellement portés sur les banques. Leur hémorragie avait enclenché une crise bancaire qui s’était répercutée à toute l’économie. Depuis 2008, les capitaux se sont cette fois essentiellement dirigés vers les Bourses et les obligations émergentes. Reste à savoir si un krach des marchés actions est moins dangereux pour l’économie qu’une crise bancaire…

La différence la plus rassurante est que certains pays émergents se sont constitués au fil des ans des réserves monétaires qui devraient leur permettre de survivre à une fuite des capitaux étrangers. L’exemple le plus cité est celui du Brésil qui vient d’annoncer une injection de 45 milliards d’euros pour soutenir le real. En Asie, la plupart des banques centrales disposent ainsi de réserves de change supérieures aux recommandations FMI, à 344% du niveau recommandé pour les Philippines ou 317% pour la Thaïlande.

L’Inde, au contraire, est particulièrement démunie, avec seulement 200 milliards de dollars de réserve, contre, par exemple, 3 000 milliards pour la Chine. L’Inde n’est pas la seule à être fragile. L’Indonésie ou la Turquie sont elles aussi dans la ligne de mire.

Afin d’augmenter leur résistance aux soubresauts monétaires et aux conséquences des politiques monétaires des pays de l’OCDE, lors du dernier G20, les BRICS ont entériné une idée qui trainait depuis quelque temps : la création d’une réserve monétaire commune 100 milliards de dollars. On peut se demander au passage si l'or y aura sa place...

[Retrouvez les analyses de Cécile Chevré sur les nouveaux axes de croissance -- et comment en profiter en tant qu'investisseur individuel -- en cliquant ici]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
VV1792
- 12/09/2013 - 22:02
Qu'est devenu le fond
Qu'est devenu le fond d'investissement british qui a declenche la curee? Pou un Thai, cela aurait merite un Scud sur la City..
Situation actuelle: et on ne va pas les plaindre, non?