En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 1 min 9 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 42 min 38 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 8 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 31 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 12 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 min 21 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 54 min 21 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 5 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 59 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 25 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 32 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 37 min
© Reuters
L'école des chefs d'entreprise en herbe serait ouverte à tous et dispenserait des cours très variés.
© Reuters
L'école des chefs d'entreprise en herbe serait ouverte à tous et dispenserait des cours très variés.
Bonnet d'âne

Ecole d'entrepreneuriat : entre les entrepreneurs potentiels et les administrations en charge de l'économie, qui aurait le plus à apprendre ?

Publié le 28 août 2013
Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME et à l'Innovation, propose la création d'une école de l'entrepreneuriat qui faciliterait la création d'entreprises aux personnes plus vulnérables sur le marché de l'emploi.
Leonidas Kalogeropoulos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME et à l'Innovation, propose la création d'une école de l'entrepreneuriat qui faciliterait la création d'entreprises aux personnes plus vulnérables sur le marché de l'emploi.

Atlantico : Afin de promouvoir l’esprit d’entreprise, Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique travaille à la création d'une école entrepreneuriale, accessible à tous quel que soit l’âge et la situation. L’idée viendrait du fait que bon nombre de diplômés de grandes écoles ignorent des détails pratiques mais essentiels à la création d’entreprises. Les acteurs qui interviennent dans la création d’entreprise - banques, URSSAF, avocats, experts en conseil - ignorent souvent aussi ces détails pratiques. Devraient-ils également bénéficier d’une telle formation ? Comment pourrait-on former, sur le même principe, d’autres acteurs que les entrepreneurs eux-mêmes ?

Léonidas Kalogéropoulos : Promouvoir l'esprit d'entreprise dans notre pays est une ardente nécessité et il est très positif qu'un gouvernement de gauche ait conscience d'avoir un rôle à jouer dans ce domaine, en particulier pour stimuler l'esprit d'entreprise auprès de tous ceux qui se sentent exclus de l'usage de la liberté d'entreprendre, qui est une liberté fondamentale et qui appartient à toutes et à tous, indépendamment de ses origines. En revanche, on peut être dubitatif sur l'intérêt d'une école de l'entreprenariat, en particulier s'il s'agit de donner des détails pratiques sur comment créer son entreprise. L'Agence Pour la Création d'Entreprise (APCE) semble répondre parfaitement à cet objectif et il existe une kyrielle d'initiatives privées qui sont parfaitement adaptées aux interrogations de tous ceux qui veulent créer leur boîte ou se mettre à leur compte. Mais le développement de l'esprit d'entreprise, c'est le développement du sens de l'initiative, de la prise de risque, de la créativité, de la conscience que la richesse d'une Nation émane de ses talents, créateurs et entrepreneurs : c'est une culture nationale qui doit progresser, mais l'idée d'une école dédiée à l'entrepreneuriat semble décalée par rapport à cet objectif.

Comment pensez-vous que l'on pourrait favoriser l'esprit d'entreprise en France?

Notre Nation repose sur un certain nombre de préceptes parmi lesquels la liberté d'entreprendre n'a pas trouvé sa place. Ajouter la "liberté d'entreprendre" dans notre Constitution, alors qu'elle n'y figure pas, c'est l'occasion de proclamer que cette liberté est à la disposition de tous ceux qui voudront s'en saisir. Lorsque l'on voit la propagation du concept de "principe de précaution" auprès des Français après  qu'il ait été ajouté à notre Constitution, on prend la mesure de l'impact qu'aurait d'enrichir notre Constitution de l'ajout explicite de la liberté fondamentale d'entreprendre. Il faut à cette occasion rappeler que c'est une liberté dont chacun peut disposer, sans distinction d'origine, d'âge ou de sexe.

De même, "l'esprit d'entreprise" gagnerait à être ajouté à notre devise républicaine. "Liberté, Égalité, Fraternité et Esprit d'entreprise", cet ajout régénèrerait en profondeur notre socle républicain, rappelant à chaque citoyen que c'est par le développement des talents individuels que s'enrichit notre collectivité nationale. 

Il nous faut créer un souffle, une dynamique qui frappe tous les esprits et tous les imaginaires, pour que chacun sente qu'en prenant une initiative, en créant sa boîte, en prenant des risques, il s'inscrit dans un processus qui est collectivement valorisé, alors que l'on subit tellement souvent les signaux contraires en France. Et malheureusement, les politiques en général, et l'actuel gouvernement en particulier, ne sont pas en reste dans l'accumulation des signaux négatifs adressés à ceux qui entreprennent. C'est une bonne nouvelle si une prise de conscience nouvelle émerge depuis les Assises de l'entreprenariat.

A qui devraient s’adresser des cours à « l’école de l’entreprenariat » ?

Si un cursus sur l'entreprenariat devait se mettre place, il faudrait prioritairement y placer en stage intensif tous ceux qui sont souvent ignorants de ce qu'entreprendre signifie. Il serait urgent de faire suivre ce cursus aux enseignants, pour qu'ils puissent donner envie d'entreprendre à leurs élèves et étudiants ; aux fonctionnaires, en particulier à tous ceux qui sont au contact des entreprises, par exemple à ceux de l'inspection du travail, et il serait indispensable que tout responsable politique ait pu suivre ces cours, pour que la vision de ce que sont les créateurs de richesses dans notre pays évolue dans l'esprit de tous ceux qui exercent des responsabilités dans l'organisation de la Nation.

Quelle forme devrait avoir cette école concrètement ?

L'idéal serait de généraliser les initiatives prises par les entrepreneurs eux-mêmes, et il faut saluer à cet égard ce que Philippe Hayat a lancé avec 100000 entrepreneurs dans les Écoles. Rien ne remplace le contact direct avec les entrepreneurs, qui peuvent témoigner de leur expérience, transmettre leur enthousiasme et ne pas faire l'impasse non plus sur le poids des responsabilités et des difficultés. Les Chambres de commerces peuvent contribuer à mailler ces initiatives et les réseaux sociaux sont également des vecteurs intéressants. Mais l'idée d'une école dédiée apparaît aux antipodes de la contagion d'enthousiasme que l'on veut pouvoir insuffler lorsque l'on prétend vouloir développer l'esprit d'entreprise. Par ailleurs, ce qui pèse le plus sur l'esprit d'entreprise en France aujourd'hui tient au poids des prélèvements obligatoires pour financer un État trop dispendieux. On peut craindre qu'un projet de nouvelle école alourdisse encore des dépenses publiques qu'il est urgent de freiner. A chaque fois qu'un besoin nouveau apparait, on ne peut pas revendiquer systématiquement l'intervention de l'Etat. C'est tout le contraire de l'esprit d'entreprise !

L'avantage d'ajouter "l'esprit d'entreprise" à notre devise républicaine, c'est que cela ne coûte rien aux finances publiques, cela apporterait une pierre nouvelle à notre culture nationale et distillerait dans tous les esprits une tentation, une étincelle qui est prometteuse de projets à venir. Et lorsque les projets seront en cours d'éclosion, il y aura toujours suffisamment d'informations disponibles pour apporter les réponses nécessaires à ceux qui veulent faire les premiers pas. Mais c'est l'étincelle de départ qu'il faut parvenir à insuffler, et notre pays est capable d'apporter ce souffle nouveau, qui représenterait une véritable rupture salutaire pour surmonter toutes les crises dont la France souffre depuis des décennies.

Propos recueillis par Karen Holcman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 28/08/2013 - 19:29
Mort de rire !!!
Être entrepreneur, ça ne se décrète pas ! C'est dans la tête et dans les tripes que ça se trouve, et une école n'y changera rien.
Celui qui a ça dans les tripes, n'a pas besoin d'école pour savoir comment s'y prendre. Il trouve les informations par lui même, parce que dans sa tête, il est déjà assez indépendant pour ça !
Pour celui qui a besoin d'une école, pas besoin qu'il commence, l'échec est garanti.
Il faut être abruti comme un fonctionnaire et socialo pour imaginer que l'on peut transmettre l'envie d'entreprendre à quelqu'un qui ne l'a pas.
Et de plus, il faut être con, pour quelqu'un qui a envie d'entreprendre, de le faire en socialie, si c'est pour engraisser des fonctionnaires !
La boucle est bouclée.
totor101
- 28/08/2013 - 15:41
quand une boite marche bien
quand une boite marche bien on voit se précipiter les investisseurs étrangers .....
Ils la rachètent... mettent la main sur le service commercial et VIIIITE délocalisent la production! ! !
cela dure depuis 30 ans mais TOUS les gouvernements laissent faire ..........
Bob89
- 28/08/2013 - 15:19
Euh.... Pardon ?
Moi-même apprenti entrepreneur je ne peux que soutenir votre point de vue lorsque vous affirmez qu'il faut valoriser l'esprit d'entreprendre. Mais ajouter un mot à la Constitution et à notre devise ? Sérieusement ? Est-ce là tout ce que vous êtes capable de proposer ?

De plus que dire de votre suggestion de donner des cours d'entrepreneuriat à des politiciens ? qui pour la plupart ne s'intéressent pas à l'économie et ne prennent même pas la peine de se déplacer aux conseils et autres sessions parlementaires où ils devraient siéger ? Vous rêvez monsieur.