En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 min 44 sec
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 42 min 25 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 33 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 33 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 28 min 6 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 45 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 18 heures 15 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 22 heures 9 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 23 heures 13 min
© Reuters
"Taper", c'est le ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d'actifs par la Fed.
© Reuters
"Taper", c'est le ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d'actifs par la Fed.
Kézako ?

Le "taper", ce revirement de la politique de la Fed qui fait trembler les marchés

Publié le 29 août 2013
Depuis quelques jours, médias et marchés n'ont plus qu'un seul mot en bouche : "taper, taper, taper". Ils sont tout simplement très inquiets. Eclairage sur le sens de ce barbarisme.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques jours, médias et marchés n'ont plus qu'un seul mot en bouche : "taper, taper, taper". Ils sont tout simplement très inquiets. Eclairage sur le sens de ce barbarisme.

Le "taper", qu'est-ce que ce barbarisme ?

Le "taper" s'il ne fait pas encore partie de votre vocabulaire courant devrait rapidement l'intégrer. "Taper", c'est le ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d'actifs par la Fed. Jusqu'à présent, ces achats se montaient à 85 milliards de dollars, mais devant la montée des protestations, les craintes inflationnistes et la lente et pénible reprise de l'économie américaine, Ben Bernanke, le président de la Fed, s'est déclaré prêt à ralentir ses achats.

D'après les dernières rumeurs, et les déclarations faites mi-août par le président de la Fed d'Atlanta, Dennis Lockhart, la Fed pourrait ralentir ses achats de 10 milliards de dollars dès septembre prochain, puis de nouveau en décembre pour mettre fin au quantitative easing (la planche à billet, ndlr) en 2014. Les marchés sont donc suspendus au moindre mouvement de la Fed.

Mercredi 21 août, la publication des dernières minutes de la dernière réunion du FOMC, le comité monétaire de la banque centrale américaine, n'a rien livré de palpitant. Certains des membres de la Fed prônent un ralentissement du quantitative easing au plus vite, d'autres préféreraient attendre un peu. Quoiqu'il en soit, l'annonce d'une réduction est largement anticipée par les investisseurs depuis mai dernier et les premières déclarations de Ben Bernanke dans ce sens.

Taper n'est pas sans conséquences

Immédiatement, la perspective de l'arrêt de l'argent facile a eu plusieurs conséquences :

  • des mouvements baissiers répétés sur les marchés actions

  • une remontée des marchés obligataires (aussi bien US que dans le reste du monde)

  • une fuite des actifs "spéculatifs" ou "anti-inflation", comme le pétrole ou les métaux précieux

  • un tabassage des économies émergentes : entre la fuite des capitaux étrangers (qui se découvrent une véritable allergie au risque, le recul de leurs monnaies face au dollar (qui renchérit les importations, en particulier d'énergie), les pays émergents souffrent.

L'indice MSCI (Morgan Stanley Capital International, un indice développé par la banque d'affaire américaine Morgan Stanley qui mesure la performance d'un marché boursier donné, ndlr) des marchés émergents dégringole de 9% en 3 mois et, d'après L'Agefi, la semaine dernière, ce ne sont pas moins de 760 millions de dollars qui ont quitté les fonds émergents. Depuis le début de l'année, l'hémorragie se monte à 8,4 milliards de dollars.

Hémorragie chez les émergents

Economies et Bourses émergentes subissent de plein fouet cette vague de "taper". Le Monde cite l'exemple des compagnies aériennes brésiliennes, dont les recettes sont en dollars et qui sont au bord de l'asphyxie alors que le real s'effondre face au billet vert. La bourse indonésienne enchaîne quant à elle les séances de forte baisse, et perd plus de 15% sur la semaine.

Est-ce grave docteur ?

Oui, le phénomène n'est pas à sous-estimer. L'addiction des marchés aux liquidités de la Fed est profonde et bien ancrée. Leur réaction face à un arrêt est à la hauteur de leur besoin. Cependant, deux points d'importance sont à souligner.

Premièrement, même si la Fed ralentit effectivement ses achats dans les semaines ou les mois qui viennent, elle pourra très difficilement les arrêter complètement. La principale raison est l'endettement américain important (106% du PIB) et surtout en constante progression. Il ne vous aura pas échappé que le gouvernement US n'a toujours pas résolu le problème de la falaise fiscale et qu'une réduction de ses dépenses n'est pas à l'ordre du jour. Pour empêcher le marché obligataire de prendre le mors aux dents et les rendements d'exploser, la Fed doit continuer ses achats. C'est (presque) aussi simple que cela.

Deuxièmement, cette fuite des capitaux n'affecte pas de la même manière tous les pays. Ceux de l'Amérique latine sont particulièrement touchés à cause de leurs liens historiques avec les Etats-Unis. Certains pays de l'Asie du Sud-est aussi même si dans une moindre mesure.

Et surtout, cette fuite va permettre une purge. Les liquidités qui avaient afflué vers les économies émergentes trop rapidement et de manière trop spéculative. S'en étaient suivis flambée de l'inflation, et des bulles boursières, immobilières, du crédit, etc. Les investissements étrangers sont souvent indispensables aux pays émergents mais tout argent n'est pas bon à prendre.

On assiste donc à un phénomène plutôt encourageant à moyen et long terme : le passage des mains faibles (investissement de court terme) aux mains fortes (qui misent sur le long terme et ne s'enfuient pas au moindre soubresaut). Ces mains fortes sont celles qui sont à même d'accompagner une croissance durable dans les économies émergentes. C'est le même phénomène pour l'or.

Ceux qui survivront au "taper"

Malgré les difficultés actuelles, cette purge n'est pas forcément une mauvaise chose pour nombre de pays émergents. En Asie du Sud-est, cela sera aussi l'occasion pour la Chine d'avancer ses pions et de multiplier les investissements dans les pays voisins. Car l'empire du Milieu est intéressé par ce qui se passe au-delà de ses frontières. Les pays de l'Asie du Sud-est peuvent lui fournir matières premières, énergie, main-d'oeuvre bon marché, mais aussi des débouchés pour ses propres produits.

Autre région du monde qui attire mon attention : l'Alliance du Pacifique (Mexique, Chili, Colombie, le Pérou). En 1994, lors du précédent krach obligataire, des pays comme le Mexique avait fait partie des principales victimes à cause de ses liens extrêmement étroits avec les Etats-Unis. Depuis, si ces économies dépendent en grande partie de la demande US, les liens commerciaux, économiques et financiers se sont développés entre eux et l'Alliance du Pacifique pourrait bien mieux résister aux soubresauts obligataires qu'en 1994. Il faut dire que la région ne manque pas d'atouts grâce à une alliance d'industrialisation, de demande intérieure, de compétitivité en matière de coût du travail ou encore de ressources en matières premières.

La zone de turbulence risque donc de se poursuivre encore quelques mois avant de se calmer devant l'impossibilité de la Fed de mettre fin au quantitative easing et la reprise progressive de certaines économies émergentes.

[Pour plus d’analyses et de conseils : demandez gratuitement La Quotidienne d’Agora...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EOLE
- 28/08/2013 - 10:51
Fonds de retraite
La FED ne fera rien qui puisse remettre profondément en cause les régimes de retraites par capitalisation des américains. L'important sera donc l'équilibrage entre les actifs détenus par les funds sur les marchés actions et obligations.
Evidemment cet équilibrage ne sera pas simple compte tenu de la sur-réactivité des marchés qui implique que les principaux acteurs soient prévenus pour se donner le temps de sortir de leurs positions trop exposées d'une part et que la FED puisse intervenir puissamment en temps réel pour contre balancer cette sur-réactivité par un ou des intermédiaire(s) à sa botte (Goldman-Sachs?)...