En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 21 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 23 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 23 heures
© Reuters
Un réfugié syrien et ses enfants dans les rues de Beyrouth en juiller dernier.
© Reuters
Un réfugié syrien et ses enfants dans les rues de Beyrouth en juiller dernier.
Dommages collatéraux

Quel impact pour le Liban s'il y a une intervention militaire en Syrie ?

Publié le 30 août 2013
Le Liban, profondément divisé sur le conflit syrien qui a exacerbé les tensions confessionnelles, risque de payer le prix fort d'une intervention occidentale contre le régime de Bachar al-Assad.
Vincent Geisser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Geissert est un sociologue et politologue français. Il occupe le poste de chercheur au CNRS, pour l’Institut du français du Proche-Orient de Damas.Il a longtemps vécu en Tunisie, où il travaillait à l'Institut de recherche sur le Maghreb...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Liban, profondément divisé sur le conflit syrien qui a exacerbé les tensions confessionnelles, risque de payer le prix fort d'une intervention occidentale contre le régime de Bachar al-Assad.

Atlantico : Le scénario d'une intervention en Syrie se précise alors que John Kerry a formellement accusé Bachar al-Assad de l'utilisation d'armes chimiques. Le Liban, considéré par certains comme "le vassal" de Damas, pourrait-il échapper aux conséquences d'un éventuel affrontement entre les forces du régime et la coalition occidentale ?

Vincent Geisser : On observe un double langage des acteurs libanais. D’une part, il y a un consensus pour une politique de dissociation, qui est une sorte de neutralité : "nous ne nous engageons pas dans le conflit syrien". Mais d’un autre côté, la quasi-totalité des acteurs qui tiennent ce langage neutre sont profondément engagés dans ce conflit en apportant son soutien à un côté ou un autre. La crise syrienne affaiblie le Liban mais permet en même temps à ses leaders politiques et religieux d’exister. C’est tout le paradoxe de la situation actuelle.

Ensuite, l’intervention pourrait créer des dommages collatéraux. Dans un premier temps, l’accroissement des réfugiés syriens et palestiniens au Liban. Puis une légitimation des personnes prônant la théorie complotiste, qui va entraîner une augmentation de la violence politique : attentats, assassinats des personnalités politiques etc.

Il y a moins d'une semaine, un double attentat à Tripoli a fait 42 morts. Ces attentats font échos aux tensions entre les sunnites (qui soutiennent la révolution syrienne) et les alaouites (favorables au régime de Bachar al-Assad). Le conflit syrien s'est-il propagé au Liban ? Cela peut-il créer les mêmes tensions ?

A(re)lire sur ce sujet : Pourquoi après des frappes punitives sur la Syrie, ce qui attend l'Occident c'est aussi le conflit explosif entre chiites et sunnites dans tout le Moyen-Orient

La question syrienne divise la population libanaise, que ça soit la classe politique, la population, les intellectuels… Certains soutiennent le régime de Bachar al-Assad, certains soutiennent les rebelles, et certains sont contre une intervention étrangère sans pour autant être pour le régime syrien.

Le Liban n’est pas seulement une victime ou un otage de la crise syrienne, il en est aussi un acteur. Certains Libanais sont directement engagés dans la crise : le Hezbollah a des combattants engagés aux côtés de l’armée syrienne ; un certain nombre de politiques sont aussi engagés indirectement et soutiennent la révolution anti-Bachar. Un scénario de crise civile libanaise comme en 1975-1990 est peu probable. En revanche, on se dirige vers un scénario de multiplication des assassinats politiques et des attentats qui toucheront les civils, qu’ils soient pro ou anti-Bachar.

N'oublions pas les conséquences humanitaires. La Liban est le pays qui accueille le plus de réfugiés syriens : on en est à près d’un million de réfugiés syriens et palestiniens, soit presque un quart de la population totale. Cela va entraîner des troubles sociaux, politiques et économiques. Une partie de la population commence à développer un sentiment anti-syrien qui est renforcé par cet afflux massif.

A quel camp pourrait profiter la propagation du conflit syrien au Liban ? 

Cela va profiter aux complotistes qui vont être confortés dans leur théorie de manipulation occidentale. Ils vont jouer sur la comparaison - fausse - entre l’Irak et la Syrie. L’intervention va légitimer le discours selon lequel l’Occident tire les ficelles du jeu. Une partie de ceux qui sont contre Bachar al-Assad sont aussi opposés à une intervention, car ils pensent que cela va renforcer le dirigeant syrien. C'est sans doute vrai à court et à moyen terme. Il ne faut pas oublier que dans cette partie du monde les thématiques populistes et nationalistes sont très fortes, ce qui rend l’idée d’une intervention complexe.

Quels sont les autres pays qui risquent d'être touchés par une propagation de la crise syrienne ? Dans quelles proportions ?

Tous les pays qui soutiendront une coalition internationale contre Bachar al-Assad seront exposés à un risque d'attaque terroriste très fort. La présence des Français et des Américains au Liban est connue. Ces populations risquent - en cas d'interventions de leur pays - d'être la cible privilégie d'attentats.

Dans l’immédiat, les pays qui risquent de payer le prix fort de cette intervention sont : le Liban - qui le paye déjà -, la Jordanie et la Turquie. Cette dernière a jusque-là été épargnée car c’est un Etat fort, mais on pourrait voir se développer des actions terroristes qui seront des réponses du régime de Bachar al-Assad au soutien de la Turquie à une coalition étrangère.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
winnie
- 30/08/2013 - 22:02
Sac de noeuds
il ne faut vraiment pas que nous mettions les doigts la dedans,si seulement il n'y avait qu'un seul ennemie mais il y a au moins 3 béligerants
Ravidelacreche
- 30/08/2013 - 17:02
Quel impact pour le Liban
Et pour la France ?