En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 17 min 13 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 32 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 40 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 16 sec
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 44 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 52 min 27 sec
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 31 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 1 heure 56 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 2 heures 55 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 12 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 3 heures 58 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 26 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 9 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 40 min
© Flickr
Image extraite du film d'horreur "Les oiseaux".
© Flickr
Image extraite du film d'horreur "Les oiseaux".
Decod'Eco

Ralentissement aux Etats-Unis, nouvelle crise en Europe... ces scénarios noirs qui menacent l’économie mondiale à la rentrée

Publié le 22 août 2013
Si la rentrée est toujours un moment difficile pour les écoliers, elle se s'annonce pas non plus comme une période agréable pour l'économie. Qu'il s'agisse de la politique monétaire américaine ou de la fragilité du système bancaire européen, les catastrophes potentielles sont nombreuses.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la rentrée est toujours un moment difficile pour les écoliers, elle se s'annonce pas non plus comme une période agréable pour l'économie. Qu'il s'agisse de la politique monétaire américaine ou de la fragilité du système bancaire européen, les catastrophes potentielles sont nombreuses.

La Fed prépare les marchés... à l'inaction

La période estivale n'a pas été perdue pour tout le monde. La Fed en a profité pour lancer divers ballons d'essai sur ce que la presse anglo-saxonne a qualifié du doux de nom de "taper", à savoir le ralentissement progressif de ses mesures de soutien à l'économie et surtout du fameux quantitative easing (planche à billets, ndlr).

Jusqu'à présent, la Fed rachetait pour 85 milliards de dollars par mois de bons du Trésor et d'actifs toxiques pour soulager marché obligataire et banques. Mais une telle politique n'a pas que des avantages, certains la considérant même comme totalement inutile voire contreproductive. Si bien que la Fed aimerait un jour ou l'autre y mettre fin, craignant à moyen terme que ces milliards imprimés ne lui reviennent sous forme d'inflation incontrôlable. A chaque fois que cette hypothèse a été évoquée par l'un ou l'autre membre de la Fed, l'effet a été immédiat : les Bourses ont chuté et les rendements obligataires ont grimpé, signe que les marchés n'appréciaient pas du tout cette perspective.

La Fed est d'autant plus prudente qu'elle ne veut en aucun cas provoquer une remontée brutale des taux obligataires... et provoquer un krach du même nom. La banque centrale américaine tente donc de mithridatiser les marchés en leur injectant régulièrement des déclarations sur le ralentissement du QE, espérant qu'ils finiront par se faire à l'idée.

La dernière injection date de mi-août. Le président de la Fed d'Atlanta, Dennis Lockhart, a évoqué réduction des achats (de 10 milliards de dollars) dès septembre prochain. Des propos immédiatement tempérés par un rappel de la ligne directrice de la Fed : tant que le chômage restera important (il a atteint 7,4% en juillet contre 7,6% en juin) et la croissance anémique (1,7% au second trimestre), la Fed poursuivra sa politique. Ce qui laisse une bonne marge de manoeuvre à Ben Bernanke.

Ce qu’il faut retenir : pendant longtemps, tout arrêt du QE semblait impossible... aujourd'hui, la question a (très) légèrement évolué car la Fed semble bien décidée à passer par la case "taper" pour prouver au monde qu'elle n'est ni laxiste ni suicidaire.

Un ralentissement en septembre est donc probable. Un ralentissement qui sera progressif pour prendre la température des marchés. Quant à l'arrêt du QE et une remontée des taux directeurs de la Fed, ils semblent toujours aussi improbables. La Fed va se fixer un échéancier mais celui-ci a de grandes chances d'être remis en cause par les données économiques (croissance et chômage).

L'Europe se prépare à une nouvelle crise

La crise de l'euro s'est mise en sommeil au cours des dernières semaines. Une apathie confortée par les chiffres de la croissance européenne. Selon Eurostat, la zone euro est enfin sortie de la dépression avec une croissance de +0,3% au 2e trimestre, contre -0,3% au 1er. En attendant, nombre de pays restent en récession (Italie, Grèce, Espagne, Chypre mais aussi les Pays-Bas et la Suède) et surtout les ferments de la crise de l'euro sont toujours présents.

L'état des banques européennes inquiète toujours. "L'Europe reste à la merci de ses banques", titrait Le Monde le 9 août dernier, résumant bien la situation. Au passage, signalons que les Echos, pris d'une inquiétante bouffée d'optimisme, annonçaient "Les grandes banques européennes sortent du long tunnel de la crise" le 13 août.

Qui croire ? Malheureusement, sans aucun doute, les pessimistes. Les banques européennes sont les plus dangereuses au monde (en utilisant comme critère la taille de leurs fonds propres par rapport au total de leurs actifs). Les Echos soulignent que ce ratio s'améliore. Certes. Mais nous sommes encore très loin des niveaux demandés par Bâle III et ce d'autant plus que le calcul des risques sur lequel repose ce ratio a tendance à très nettement sous-estimer le risque représenté par les dettes souveraines détenues par les banques. Or les établissements bancaires européens en sont littéralement gavés. Je vous renvoie à un article consacré au sujet.

Les banques européennes sont donc toujours des grenades sur le point d'être dégoupillées : "Espagne: les créances douteuses des banques atteignent un nouveau record", titrait cette semaine l'Expansion. "Les créances toxiques des banques en Espagne représentent 11,61% du total des crédits en juin. Le pays n'est toujours pas remis de l'éclatement de la bulle immobilière de 2008". Fin juillet, Standard & Poor's a abaissé la note de 18 banques italiennes. Et ce n'est pas fini, "Les difficultés bien dissimulées des banques publiques allemandes", annonçait La Tribune en juillet. Ou encore : "Le FMI pointe les forces et les faiblesses des banques françaises", selon BFMTV.com alors que Les Echos titraient le 7 août "Solvabilité et liquidité : les banques françaises encore sous pression".

 

Ce qu’il faut retenir : Alors que la Grèce va de nouveau avoir besoin de l'aide financière de la zone euro (il lui manquerait 11 milliards d'euros jusqu'à fin 2014), que l'Allemagne s'apprête à voter et que le cas grec est au cœur de la campagne électorale, les tensions pourraient reprendre de plus belle dans les semaines qui viennent. On peut s’attendre à voir refleurir la crise de l'euro en une des journaux. Verrons-nous enfin les indispensables réformes du système bancaire européen, de la BCE et de l'euro ? A suivre...

Les métaux précieux se préparent-ils à une nouvelle chute ?

L'or est au plus haut depuis 2 mois (+15% depuis fin juin) mais une nouvelle chute pourrait se préparer. Cela s'explique par le probable ralentissement du QE en septembre qui dissiperait un peu les menaces inflationnistes et donc pénaliserait l'or ; ainsi que par la nouvelle remontée des droits de douane sur l'or en Inde, gros consommateur d'or de bijouterie.

Qui plus est, nous ne sommes pas à l'abri d'un grand sell-off tel que celui observé au printemps dernier. Sur le fond, une plongée de l’or vers les 1 000 $ obligerait les mines à revoir leur production et surtout accélérerait le passage de l'or des mains faibles (les investisseurs qui spéculent sur le court terme) vers les mains fortes (haussières pour le moyen/long terme). Un scénario idéal pour une reprise de la progression de l'once d'or et ce d'autant plus que l'Asie est toujours à l'achat.

"Les Occidentaux vendent leur or, les Asiatiques se ruent dessus", titrait Le Monde lundi. "Pour la Chine, le Conseil mondial de l'or observe que les investisseurs ont trouvé dans la joaillerie et les lingots l'antidote au "rendement peu performant des marchés boursiers, aux craintes persistantes d'une crise domestique du crédit et au ralentissement de la croissance". C'est-à-dire les mêmes motivations qui avaient poussé les émules de MM. Paulson et Soros à miser sur l'or pendant des années..."
 
"Les oscillations du métal signalent un surprenant retour de balancier : la confiance qui renaît en Occident y démonétise – au sens propre – l'or que réclame à cor et à cri une Asie inquiète".

Ce qu’il faut retenir : pour le court terme, une chute vers les 1 000 $ est encore probable. Puis une reprise de la tendance haussière en fin d'année ou début d'année prochaine. En ligne de mire : 2 000 $ pour (fin) 2014.

Pour terminer, post-scriptum sur la croissance européenne : pas sûr qu'elle se maintienne aux prochains trimestres mais force est de constater que des modifications et des adaptations en profondeur sont en cours. [Depuis quelques mois déjà, nous nous efforçons dans la Quotidienne de traquer les valeurs européennes prometteuses, celles qui résistent à la crise de l'euro et qui ont un bel avenir : inscrivez-vous gratuitement à La Quotidienne pour profiter vous aussi de ces précieuses informations...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 22/08/2013 - 07:08
Descendre du tigre
Proverbe chinois : le plus dur n'est pas de monter sur le dos du tigre, c'est d'en descendre.
La FED ne cessera pas ses QE, ce qui entraînera la d'évaluation du dollar, et son remplacement par une autre monnaie internationale. Probablement un panel avec yuan chinois et or.
Or que les banques centrales asiatiques accumulent en prévision.
Ça va secouer.
mich2pains
- 21/08/2013 - 11:41
Mon Dieu , quelle horreur !
Pour que cette scène soit encore plus horrifiante , il parait que l'on a amené cette actrice voir la France actuelle ......
J'interdirai formellement à mes enfants d'aller voir ce film intitulé : " La G000che aux Pouvoirs " !
EOLE
- 21/08/2013 - 10:54
Cosmetic banking
Cosmétique: du grec; qui assure une belle apparence à l'ordre de l'univers.
Le "cosmetic banking" a encore de beaux jours devant. Aucun Etat n'a intérêt à la catastrophe financière globalisée, même hors ses frontières, qui conduirait à ruiner les systèmes bancaires ou de retraite par capitalisation de nombreux pays occidentaux, entraînant une énorme et durable dépression économique mondiale.
Et vive le QE!