En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 heure 1 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 5 heures 39 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 heures 28 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 7 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 7 heures 43 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 8 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 10 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 heures 59 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 5 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 6 heures 49 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 7 heures 21 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 7 heures 57 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 9 heures 47 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 9 heures 56 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 10 heures 18 min
Le meilleur du pire

Et selon vous, Thomas Guénolé, quelle est la plus grosse connerie de l’année ?

Publié le 09 août 2013
Aujourd'hui, c'est au gouvernement que revient la palme de la connerie pour sa décision de refuser à l'avion du président bolivien Morales l'autorisation de survoler le territoire français. Cinquième épisode de notre série...
Thomas Guénolé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, c'est au gouvernement que revient la palme de la connerie pour sa décision de refuser à l'avion du président bolivien Morales l'autorisation de survoler le territoire français. Cinquième épisode de notre série...

J'ai été invité par Atlantico à désigner la plus grosse bourde du gouvernement actuel en un peu plus d’un an d’exercice du pouvoir. J’ai tout de suite trouvé l’idée amusante : en pleine trêve estivale, pointer du doigt la plus grande maladresse connue à ce jour de l’équipe de Jean-Marc Ayrault avait quelque chose de tentant.

Cependant, une fois au pied du mur, l’exercice s’est avéré bien plus délicat que prévu. Il est en effet très, très, très difficile de définir la plus grosse bourde d’un gouvernement, quel qu’il soit, sur une période donnée, quelle qu’elle soit. Car cela suppose d’éviter un immense écueil : considérer une action du gouvernement comme une erreur pure et simple, alors qu’en réalité, l’on est en désaccord avec cette mesure qu’en raison de ses propres croyances politiques.

Par exemple, pour un analyste politique qui est de droite libérale, il sera tentant de désigner l’augmentation massive des impôts comme la plus grosse erreur du gouvernement sur les douze derniers mois écoulés. Cet analyste estimera qu’il fallait couper lourdement dans les dépenses publiques au lieu d’utiliser à ce point le levier fiscal. Cependant, en situation de surendettement public, arbitrer entre l’augmentation des recettes et la réduction des dépenses est en réalité un pur choix de préférence idéologique : la droite libérale préfèrera toujours l’austérité, la gauche social-démocrate préfèrera toujours l’impôt.

Autre exemple, pour un analyste qui est de gauche marxiste, il sera tentant de désigner le fait d’avoir laissé fermer usine sur usine, en particulier Gandrange, comme la plus grosse erreur du gouvernement sur les douze derniers mois écoulés. Cet analyste estimera qu’il fallait soit nationaliser à titre provisoire – c’est la tendance Montebourg –, soit nationaliser durablement ou subventionner la reprise des usines par leurs ouvriers en coopérative : c’est la tendance Mélenchon. Cependant, face à la fermeture d’une usine, choisir de laisser faire le jeu du libéralisme économique ou de nationaliser, c’est une fois encore un pur choix de préférence idéologique : la gauche social-démocrate préfèrera toujours laisser faire, la gauche marxiste préfèrera toujours nationaliser.

Ayant chanté tout l’été, je me trouvai donc fort dépourvu, quand l’heure de choisir la bourde fut venue. Pour ne pas tomber dans le travers de préjugé idéologique que je venais d’identifier, il me fallait dénicher une perle rare : la véritable et authentique bourde pure. Il s’agissait bel et bien d’identifier une décision du gouvernement Ayrault qui ait constitué, quelle que soit l’idéologie du point de vue de laquelle on se place, une erreur mélangeant maladresse, grossièreté et amateurisme.

C’est alors que le président bolivien Morales vint à mon secours : non pas sur son cheval blanc, mais en avion.

L’interdiction faite à son avion de survoler le territoire français au retour de sa visite officielle en Russie a constitué une triple erreur d’une espèce particulièrement rare : la bourde chimiquement pure. Primo, c’était une bourde du point de vue des données utilisées pour prendre la décision : une simple rumeur non-vérifiée, et qui s’est avérée fausse, quant à la présence clandestine d’Edward Snowden à bord de l’appareil.  Deuzio, c’était une bourde du point de vue du processus de prise de la décision : la gaffe a de fait été commise sans que ni le président de la République, ni le Premier ministre, ni le ministre des Affaires étrangères, ne soit consulté, ce qui fait désordre et alimente le procès en amateurisme intenté par l’opposition à ce gouvernement. Tertio, c’était une bourde en termes de conséquences de la décision : une crise diplomatique majeure avec la Bolivie assortie d’une forte détérioration de l’image de notre pays auprès de l’opinion publique bolivienne, caillassage de notre ambassade inclus. Le plus déplorable, au demeurant, c'est que l’auteur de cette bourde parfaite n’ait pas été licencié pour faute grave, alors qu’il y avait incontestablement matière à le faire.

Concernant l’affaire Snowden en tant que telle, on pourrait par ailleurs qualifier de bourde majeure le fait que la France, se targuant d’être la patrie des droits de l’Homme, ait refusé d’accueillir comme réfugié politique le lanceur d’alerte américain. Cependant, là encore, ce serait tomber sur l’énorme écueil déjà cité : prendre pour une bourde une mesure avec laquelle, en fait, on est juste en désaccord idéologique du fait de ses propres croyances politiques. Je me contenterai donc, en post-scriptum, de constater ceci : voir la Russie de Vladimir Poutine être sur ce dossier meilleure protectrice des droits civiques que la France de François Hollande, cela ne manque pas de sel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Beaumanoir
- 09/08/2013 - 12:21
Choix vraiment minable
on fonce dans le mur et il dit fait tout un plat d' une broutille
Vinas Veritas
- 09/08/2013 - 11:58
Amusant
J'ai bien ri à la lecture de cet article puisque sous couvert de ne pas citer avec les raisons invoquées, des bourdes de décisions politiques intérieures ont étoffé son commentaire.
L'art d'en rajouter pour notre plaisir malgré tout, Thomas sait utuiliser la riche langue française pour dénoncer un fait peu remarqué dans la presse mais qui, mis bouts à bouts, rallonge encore plus la liste des aneries.
Ravidelacreche
- 09/08/2013 - 10:16
un analyste qui est de gauche marxiste
Ils sont gâtés à Sciences PoPo ! :o))
"C’est alors que le président bolivien Morales vint à mon secours : non pas sur son cheval blanc, mais en avion."
Et le Petit Poucet toujours sur son Pot !